Sélectionner une page

Deux propositions sont mises en avant : les bailleurs sociaux et les zones de montagne.

 

Gaël Serandour, de la Caisse des Dépôts, souligne la transformation des métiers des territoires, cela est sûrement plus important que le qualitatif. Dans le logement social, il faudra qu’il y ait une démarche pour faciliter le déploiement et donc convaincre les bailleurs sociaux. Avec le numérique,  c’est aussi un des domaines de la caisse des dépots, les bailleurs sociaux reçoit 10 milliards d’euros de prêts.

 

« Les gens de la montagne ! »  répond Henri Nayrou, Président de l’ANEM. L’enjeu est clair selon lui. Les habitants de ces zones ne sont pas des sous-citoyens qui doivent « mettre la main à la poche » pour avoir  la télévision, la téléphonie et maintenant Internet. Cela devient inadmissible. D’autant plus que 5 millions d’habitants vivent en ces lieux et plus de 13 millions qui s’y rendent. Les besoins sont là ! La solution se décline en trois points : une indispensable montée en débit, une cohérence nationale et par ailleurs l’existence de solutions de financement. Selon lui il y a urgence à mettre en place une politique de péréquation.

 

Ces deux exemples relatifs aux logements sociaux et la montagne imposeront de se poser la question politique : comment repenser le lien social avec le numérique ?

 

Source : Ruralitic 2013, Université d’été des territoires numériques qui s’est déroulée au Centre de Congrès d’Aurillac (Cantal),  les 11 et 12 septembre 2013, http://www.ruralitic.org