Sélectionner une page

 

 

Le célèbre bleu de Klein doit être associé à l’air qui nous entoure et encore plus, je le crois, à une « cosmogonie », une vision mondialisée. Par le judo, il s’est intéressé à d’autres cultures comme celle du Japon, qui nul doute, ont influencé sa pensée et son travail. Klein s’intéresse beaucoup au climat, et à son amélioration locale.

 

Dès 1959, Klein se consacre à des projets « utopiques » d’architecture de l’air et de climatisation à l’échelle planétaire conçus «comme une étape éventuelle dans le chemin de l’immatérialisation de l’architecture». Klein dessine, imagine des machines qui n’auraient d’autre but que de climatiser le monde, et peut être même de calmer ses ardeurs.

 

Source :

 

Exposition Klein, Couleur, Immatériel, Centre Pompidou, Paris, du 5 Octobre 2006 au 5 février 2007.