Sélectionner une page

 

Lorsque l’on construit des grands équipements, la problématique est la réutilisation de ceux-ci par la suite. Il s’agit de faire en sorte que les infrastructures restent et soient adaptées.  

Prenons l’exemple de la taille des tribunes que l’on construirait pour un stade olympique. Une dizaine de fédérations demandent des infrastructures de 10000 à 20000 personnes (9 exactement pour les jeux de Pékin). La solution est de construire des structures démontables, déplaçables ou réutilisables par inclusion dans d’autres bâtiments parfois existants.

Parfois, la solution consiste à modifier de façon profonde l’utilisation faites des bâtiment : le centre de media de Lillehammer est devenu une université. A Sydney, le parc est le lieu de foires agricoles. Le démontage du pavillon de Venezuela pour l’exposition universelle de Séville, ainsi que la réutilisation des bâtiment de celle d’Hanovre au sein des foires régulières qui si déroule. Pour l’exposition du bicentenaire à Paris, un bâtiment deviendra l’aérogare 3 de Roissy.

La réutilisation des infrastructures doit se prévoir par avance. Ainsi, pour Londres 2012, 7 infrastructures démontables sont prévues. Les villages olympiques posent aussi des problèmes. Par exemple, à Lillehammer comme à Zakopane, il était prévu de loger les sportifs dans des maisons démontables préfabriquées et déplaçables. A Nagano, la patinoire permettait de devenir salle de spectacle dès sa conception.

Source : Réunion organisé le 9 février 2007 par l’International Council for Caring Communities (ICCC)