Sélectionner une page

 

 

Voila ce que je viens de lire dans un article des Echos signé David Barroux, « Un sondage conduit par le Chicago Council on Global Affairs et le WorldPublicOpinion.org dans 17 pays totalisant 56 % de la population du globale vient cependant de révéler que, si la France est bien le pays comptant le plus fort taux de personnes estimant que la mondialisation n’est pas bonne pour leur pays (42 %), les Etats-Unis arrivent en deuxième position, avec 35 % d’Américains jugeant que la globalisation fait plus de mal que de bien à leur économie ». Je me demande si je rêve ou s’il s’agit de réalité dépassée. A force de copier sur l’ouest, le vieux monde se mettrait à penser comme le cousin d’Amérique. 

 

Plus loin, on peut lire : « Près d’un Américain sur deux va jusqu’à estimer que la globalisation a une incidence négative sur l’environnement contre 66 % des habitants de l’Hexagone, seul pays au monde où plus de la moitié de la population porte un jugement aussi sévère. Français et Américains se rejoignent même dans leur analyse de l’impact de la globalisation sur le marché du travail ». Et même « pour 80 % des Français et 67 % des Américains la globalisation a un effet négatif sur la sécurité de l’emploi ».

 

Tout le monde sait que la France est la source des altermondialistes, mais les Etats-Unis ! C’est intéressant de penser que les rares pays qui sont dans notre camp sont le Mexique,  la Russie et les Philippines. Dans les autres pays, l’opinion publique y serait plutôt favorable avec un pic en Chine (90%), pour Israël (80%) et pour les Australien (65%), la majorité de l’opinion publique des pays sondés se révèle globalement favorable à la mondialisation.

 

David Barroux se veut rassurant « s’ils ne sont que 51 % à trouver des vertus au commerce mondial, on ne peut parler d’une population hostile à la globalisation ».

 

Source :

 

Barroux David, Entreprises et marchés, Français et Américains champions de l’antimondialisation,  article paru dans l’édition du 30 avril des échos