Cours à l’université de Fudan

Faire un cours dans l’une des meilleures universités chinoises, l’université de Fudan à Shanghai m’a charmé. Les étudiants se promènent en vélo sur un campus de la taille d’un de nos bourgs de province, ceux qui possédaient des marchés à bestiaux. Les parterres sont fleuris, les allées et les salles sont coquettement installées, les toilettes sont modernes et propres. Que demander de plus ….

A l’entrée, Mao trône en maître de ces lieux… certains étudiants parlent un anglais correct, d’autres pas, mais la statistique à l’air d’être meilleure qu’en France.

université de fudan cours professeur daoli zhu

Panneau d’accueil pour le cours à l’université de Fudan

L’université vous accueille avec un panneau dont elle a le secret. Le fluorescent, le rouge sont de rigueur. Réminiscence de l’époque communiste ou volonté d’aiguillier, personne ne le sait vraiment. Le cours se déroule comme dans toute les universités du Monde, ou presque. Les étudiants y sont plus motivés que leur copains français, mais il est vrai qu’être plus performant est facile compte tenu du piteux état de nos universités. Ils posent des questions et viennent vous voir à la fin pour avoir des informations complémentaires…

université de fudan cours professeur daoli zhu

Dans l’ordre de la photo: Josef Puzo, Philippe Tronc, Daoli Zhu, Bruno Giacometi, Jacques Cinqalbre, Bruno Salgues et Yao Whuea

Une réflexion au sujet de « Cours à l’université de Fudan »

  1. Mathieu

    Et oui les étudiants Chinois sont nettement plus volontaires et appliqués.

    Concernant votre remarque « Ils posent des questions et viennent vous voir à la fin pour avoir des informations complémentaires », c’est aussi une conséquence du système français où les normes ont tendance à vouloir casser celui qui sort du rang. Un français venant souvent poser des questions en fin de cour sera souvent taxé de « lêche botte », etc… ce qui n’ai pas le cas en Chine.

Laisser un commentaire