Des américains, des romains et de la guerre…

L’amitié entre certains français et certains américains est ancienne et réelle. La crise irakienne a fait apparaître un anti-américanisme foncier et constant. Comme les Français, les Américains sont partagés entre un patriotisme universaliste et un nationalisme réactif. Le patriotisme explique dans les deux cas les tendances impériales.

Le dilemme qui se pose depuis la première guerre du golfe de 1990à 1991, est celle de la logique de riposte à l’agression. C’est ce qui discrédite le terrorisme, c’est la difficulté de la reconstruction d’un monde viable au-delà de la guerre. Cette situation est assez ancienne, l’époque romaine est un exemple déjà ancien.

Les romains étaient confrontés à un monde où il y avait d’un coté les grecs et de l’autre les barbares. Face à cette situation, ils n’avaient d’autres choix que de se faire grecs ou de s’annexer les grecs. L’Etat romain revendique la violence légitime. C’est une tradition d’origine républicaine, un produit du sans-gêne aristocratique. L’identité chrétienne, source de cette modernité, est une chose précieuse pour laquelle l’homme peut tuer et mourir. C’est exactement comme pour la guerre en Irak. L’identité « anglophone » serait là pour lutter contre le terrorisme « islamisant » bien sûr. Le Royaume Uni a dépensé, jusqu’à maintenant, 5 milliards de Livres Sterling pour la guerre Irak. Les américains auraient dépensé 235 milliards de dollars, ils ont perdu officiellement plus de 2000 personnes, sans comptés les handicapés et les estropiés. Cette guerre a certainement démontré que l’anglais n’a pas rempli un rôle gagnant pour la paix.

Biographie :

David Jean-Michel, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République Romaine, Ecole Française de Rome, Rome, 1992

Dupont Florence et Valette Cagnac Emmanuelle, Sou la direction de, Façons de parler grec à Rome, Belin, Paris, 2005

Jullien François, Sous la direction de, Agenda de la pensée contemporaine, Hiver 2005, PUF, Paris, 112 p, ISBN 2 13 055341 9

Lieven Anatol, Le nouveau nationalisme américain, JC Lattes, Paris, 2005, 490 p

Nicolet Claude, Le métier de citoyen romain dans la Rome républicaine, Gallimard, Paris, 2005

Veyne Paul, L’Empire gréco-romain, Le Seuil, Paris, 2005, 864p

Walzer Michael, De la guerre et du terrorisme, Bayard, Paris, 2005, 256 p

Laisser un commentaire