Les points clés de la servicisation

Nous traiterons dans cette partie des points clés de la servicisation ainsi que des évolutions actuelles dans ce domaine.

 

 Visualisation et virtualisation

Les deux points principaux de la « servicisation » sont la visualisation et la virtualisation qui sont deux techniques liées aux technologies de l’information et de la communication.

 

La virtualisation qui était impliquée dans le processus de « servicising », n’est pas suffisante pour mettre en place une servicisation. Il faut disposer aussi de processus de visualisation et de gestion des données, ce dernier processus se décompose en des technologies de « data mining » et des technologies de fourniture de contenu. Nous ne discuterons pas ici la différence de logique que l’on voit naître entre « Open data », « Big data » et « Long-life data ».

 

 

 Les Évolutions récentes

 

Pour développer la « servicisation », les Japonais ont créé un groupe d’étude avec des industriels, des consultants, des universitaires et des membres des administrations autour de l’Université de Technologie de Tokyo. L’idée est de réfléchir au sujet de comment faciliter l’innovation.  Ce groupe a conclu à l’importance du développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) ainsi que de celui de leurs infrastructures associées. La Commission européenne s’est également intéressée à ce sujet.

 L’Université de technologie de Tokyo

 

L’approche proposée par l’Université de technologie de Tokyo est enseignée dans deux Masters. Elle se décompose en trois blocs de formation :

 

-       Management de la technologie et de sa dynamique

-       Management de la propriété intellectuelle

-       Management des affaires et économie industrielle

 

Le projet SPREE

 

La Commission européenne a financé le projet SPREE (Servicizing Policy for Resource Efficient Economy) dans le cadre du Seventh Framework Program (FP7), projet qui consiste à analyser comment passer d’une société de vente de biens à celle d’une fourniture de services. Une des conclusions de ce groupe est de constater le rôle vital des infrastructures ainsi que leurs normalisations.

 

Ce texte doit beaucoup a mes discussions avec Yoshio Tanaka, Professeur de dynamiques des technologies au  département du  Management des Technologie (MOT), Université des sciences de Tokyo au cours du Global Forum « Shaping the Future 2013, Driving the digital future, strategies to grow stronger communities and businesses », les 28 et 29 octobre 2013, Palazzio dei Congressi della stazione Marittima, Trieste, Italie.

Laisser un commentaire