Education : équiper ne conduit pas à l’usage

Claude Bertrand, chef de projet à la SDTICE, part du principe que les environnements de technologiques sont fiables et socialement reconnus. Ils agissent comme une « autoroute » de nouvelles façons d’éduquer. Les nouvelles technologies autorisent selon lui de nouvelles façons d’enseigner, d’éduquer ou d’apprendre. Je dirais même que c’est la question principale…

 

Pour Claude Bertrand, il faudrait donc donner accès à ces outils. Cependant, il ne s’agit pas du problème principal : dans un premier temps, développer les compétences d’usages en contexte éducatif en utilisant ces outils est la priorité. Pour lui, il faut s’abord se les approprier pour apprendre. Ainsi, des compétences sont nécessaires. De plus, il faut éviter les discours sur la transparence des outils.

 

L’expérience du conseil général des Bouches du Rhône est intéressante. Le projet a constitué en la distribution de 60 000 ordinateurs. Le constat est qu’il n’y a pas eu de décollage des usages. Dans ce projet, les enseignants ne sont pas rentrés dans le jeu. Il semble que le problème est celui de l’accompagnement. C’est la raison pour laquelle la politique de certification a été mise en place. La question est : comment faire acquérir la compétence aux enseignants ?

 

Source : Troisième édition du Forum RuraliTIC, organisée en étroite collaboration avec le Conseil Général du Cantal et le soutien du Conseil Régional d’Auvergne, de l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France) et de la Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac, le 27 et 28 Août 2008.

Laisser un commentaire