La contrainte pour la formation électronique est-elle un problème matériel ?

Hélène Marchi (Intel) a lancé un état des lieux sur l’enseignement primaire. A partir de ce constat, la firme a proposé un « Manifeste pour la réussite à l’école ». Le constat s’est centré sur ce que font les élus et ce que font les enseignants dans ce domaine. Le résultat principal est que l’éducation est un travail en commun. Le deuxième constat est qu’il ne s’agit pas d’un problème de matériel. Enfin, il est de plus en plus nécessaire d’avoir un projet politique au plan national afin d’assurer une cohérence globale.

 

Anita Iriart-Sorhondo, responsable des nouveaux usages et services innovants, à la direction des relations avec les collectivités locales de France Telecom –Orange,  justifie son activité. Elle constate que ces équipements ne sont pas mutualisables. Il y aurait des aspects industrialisables, mais du fait des différences d’établissement, il y aurait nécessairement du sur-mesure. Ce constat est par conséquent inverse à celui d’Hélène Marchi.

 

Le constat est clair. Les taux d’équipements augmentent, les services existent, les usages personnels des enseignants sont là. A contrario, les enquêtes sur les usages dans la classe montrent que ces technologies sont peu développées. La question est donc : comment faire pour développer ces usages ?

 

Source : Troisième édition du Forum RuraliTIC, organisée en étroite collaboration avec le Conseil Général du Cantal et le soutien du Conseil Régional d’Auvergne, de l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France) et de la Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac, le 27 et 28 Août 2008.

Laisser un commentaire