NXP versus Sony, la bagarre entre les deux solutions RFID

 

 

Actuellement, deux systèmes de carte RFID se partagent le marché : la puce « Mifare Classsic » dont la technologie a été mise au point par NXP (auparavant Philips) et la puce « FeliCa card »  de Sony.
 

La première de ces cartes est diffusé en masse au Pays Bas, elle n’est pas vraiment baptisée. la seconde est l’Octopus. Au Pays Bas, ce système a été distribué à deux millions d’exemplaires pour faire des passes d’accès et cette technologie a été choisie pour effectuer les paiements au niveau national. On estime que le nombre de ces cartes en service dans le monde atteindrait le milliard, sachant que Pékin, Taipei, Séoul, ou encore Londres utilisent cette technologie.
 

La carte Octopus permet quant à elle de payer dans les transports, mais aussi plus de 1000 boutiques de petits achats à Hong Kong. C’est par exemple le cas des restaurants de « fast food » comme Mac Donalds.
 

Une équipe de chercheurs de l’université Radboud de Nijmegen a cependant trouvé de nombreuses failles de sécurité dans la puce NXP. Ces chercheurs ont même réussi à montrer comme elle pouvait être « hackée ». Une vidéo de ce « hacking » a d’ailleurs été placée sur You Tube.
 

En revanche, d’après la compagnie Octopus qui gère le système du même nom, sa carte est infaillible, du fait des différents niveaux de sécurité associés à un système de monitoring. Pour l’instant, personne n’a été capable de la « casser ».
 

Source : Information de Guusje Ter Horst, ministre de l’intérieur des Pays Bas auprès des élus et de la presse et visite à Hong Kong en Mars 2008.
 

Laisser un commentaire