Vient de paraître : LE SOMMET MONDIAL SUR LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION ET «APRÈS »? Perspectives sur la cité globale

 

 

L’ouvrage : LE SOMMET MONDIAL SUR LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION ET «APRÈS »? Perspectives sur la cité globale, vient de paraître aux Editions Bruylant sous la direction de Michel Mathien
 

Le Sommet Mondial sur la Société de l’Information a eu lieu. Sous l’égide de l’ONU et en deux phases. La première à Genève, du 10 au 12 décembre 2003, et la seconde à Tunis, du 16 au

18 novembre 2005. La plupart des États y ont participé avec – et une première – la « société civile ». Si la « réduction de la fracture numérique» entre pays du Nord et pays du Sud en a été la motivation première, les questions posées par l’essor des technologies de l’information et de la communication (TIC) n’ont pas manqué.

 

Gérées par les deux agences concernées de l’ONU, l’Union Internationale des Télécommunications (IUT) et l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (Unesco), ces deux manifestations ont été précédées de rencontres préparatoires dans les différentes régions du monde. Malgré de sérieux débats, qui n’ont fait que croître en pertinence et en profondeur, ces réunions n’ont pas eu suffisamment d’échos dans les médias pour être relayées dans l’espace public. On retiendra pourtant une décision majeure: la création du Forum pour la Gouvernance de l’Internet, dont le but est de suivre, voire de pondérer, l’emprise des firmes de premier plan dont le siège est … aux États-Unis.

 

Mais le SMSI a aussi mis en évidence les mutations sociales et culturelles qui découlent des TIC et de leurs usages les plus divers, ainsi que leurs enjeux économiques croissants aux conséquences insuffisamment mesurables en l’état actuel. Dès lors, au-delà d’un idéal d’accessibilité pour tous à l’échelle planétaire, les problèmes en perspectives dépassent les seules relations Nord-Sud. Et la question de l’après se pose! Le but n’est-il pas de mieux comprendre les fondements de la Cité globale en construction? À fortiori en lien avec l’expression de «société de l’information» et tout ce que l’on y reconnaît déjà ou que l’on y projette?

 

Les représentants des États au SMSI ont fixé une échéance pour un premier bilan.

 

«Nous demandons à l’Assemblée générale des Nations Unies de procéder à un examen d’ensemble  de la mise en oeuvre des conclusions du SMSI en 2015».

 

L’objet du présent ouvrage, dont le contenu fait suite à une rencontre de scientifiques et de spécialistes à Strasbourg – donc de dimension bien plus modeste qu’un Sommet! – est de s’engager dans cette perspective. Quitte à revenir sur un idéal commun au regard de la diversité des réalités sociales et culturelles de notre Monde.

 

Avec les contributions de :

 

Rocio Amador-Bautista et Alejandro Pisanty-Baruch, Gérald Arboit, Olivier Arifon et Philippe Ricaud, Michel Arnaud, Patrick-Yves Badillo, Santagio Castro, Annie Chéneau-Loquay, Richard Delmas,Annie Fouquet, Divina Frau-Meigs, Jean-Louis Fullsack, Alain Kiyindou, Anne-Marie Laulan, Mustapha Masmoudi, Françoise Massit-Folléa, Michel Mathien, Jacques Perriault, Olivier Sagna, Bruno Salgues.

 

Référence de l’ouvrage :

LE SOMMET MONDIAL SUR LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION ET «APRÈS »? Perspectives sur la cité globale,  sous la direction de Michel Mathien, ÉDITIONS JURIDIQUES BRUYLANT, 2007 • ISBN 978-2-8022-2475-9
440 pages • Prix : 55 €
 

Pour commander :
 

ÉDITIONS JURIDIQUES BRUYLANT
RUE DE LA RÉGENCE 67 • B-1000 BRUXELLES
T: +32(0)2.512.98.45 • F: +32(0)2.511.72.02
INFO@BRUYLANT.BE • WWW.BRUYLANT.BE
 

Représentant à Paris
 

Dépositaire à Paris : LGDJ
20 rue Soufflot • F-75005 Paris
Tél.: +33(0)1.46.33.89.85
Fax: +33(0)1.40.51.81.85
 

 

Laisser un commentaire