Les vœux du maire d’Evry

 

 

Immense queue devant la mairie, l’équipe municipale avait décidé de saluer les visiteurs, ce fut une catastrophe. Le discours du maire d’Evry cette année a été moins combatif et l’assistance comme le pot était de meilleure qualité. Signalons entre autre la présence de Jean Luc Melenchon, de passage…

 

Comme à l’accoutumé aussi, Vals a défendu le « vivre ensemble ». Il a commencé par un état du Monde en qualifiant les bouleversements qui étaient en cours. La référence « aux deux femmes que l’on voulait faire taire » (Bhuto et Bettencourt) précède la citation de désordre : « palestiniens, israéliens », puis l’Irak et « l’horreur du terrorisme ».

 

Les déséquilibres économiques qu’il juge favorable à l’Asie l’amène à une conclusion : « il faut saisir toutes les opportunités politiques ». Il ré-enchérit en affirmant : « la France ne doit pas subir les effets pervers de la mondialisation », puis appelle de ses vœux un « printemps démocratique » , surtout du fait que « la droite s’installe à nouveau ». Il pense que le doute s’installe à nouveau en France, et que les français subissent les difficultés dans leur vie quotidienne. Avec une croissance qui risque d’être inférieure aux 2% annoncés, le déficit historique du commerce extérieur et le risque de vie chère, la situation a des chances de ne pas s’améliorer.

 

Pour la ville, il annonce une renégociation du contrat de chauffage urbain. Le logement reste selon lui un problème d’actualité. « Rien n’est réglé », annonce-t-il en affichant les 43% de logement sociaux de sa ville. A l’esprit d’égoïsme de certain, il aimerait voir substituer un esprit de solidarité. Il rappelle que de nombreux quartiers de la région parisienne sont « des poudrières sociales ». Il s’oppose à la « médiatisation contrôlée actuelle » et aux personnes qui « ont un rapport à l’argent indécent ». Pour Emmanuel Vals, il faut une « alternative crédible », elle consiste à « réformer et repenser le modèle social ». Le maire d’Evry ne voit qu’une solution : attaquer les inégalités à la source.

 

En ce qui concerne la réforme de l’Etat, il prône « une parfaite refonte de l’Etat », avec une décentralisation réelle « lié à la fiscalité locale ». Elle devra encourager les actions et « soutenir l’enseignement supérieur et la recherche ».

 

Après avoir fait de l’humour sur les élections cantonales et municipales, il souhaite encourager le « débat démocratique » et faire en sorte que les prochaines élections soient l’occasion « d’une confrontation d’idées et de projets ». Il voudrait construire une ville plus solidaire où les habitants seraient plus attachés à leur ville. Il a la « volonté de redonner vie à un cœur de ville » qui permettra de « vivre en toute sécurité ». Avoir un cœur de ville plus dynamique est important, cela passe aussi par la réhabilitation de la gare. Les autres quartiers vont poursuivre leur mue.  « Aucun jeune evryen ne doit être laissé au bord de la route », affirme-t-il. En guise  de conclusion..

 

Il annonce deux projets phares, l’hôpital sud francilien et l’institut de biologie. « L’image d’Evry est en train de changer », annonce le maire d’Evry. Aux 1300 agents de la ville, il les remercie pour leur « haut niveau de service public » afin de faire l’éloge de son amour personnel pour cette ville : Evry.

Laisser un commentaire