Quelle ouverture pour Internet ?

Au cours du forum de la gouvernance de l’Internet de Rio, Ronaldo Lemos  rappelle que le thème de l’ouverture renvoi rapidement à celui de la diversité et de l’accès. L’ouverture peut être analysé selon trois dimensions dont la première est liée aux lois et règlements qui administrent la production de biens culturels, de l’information, de la connaissance. La deuxième dimension est essentiellement politique. Elle concerne les relations intrinsèques des gouvernements,  régulations des accès, de la propriété intellectuelle. La troisième est économique. De nombreuses entreprises ont introduit l’ouverture dans leurs affaires, c’est une formidable création de valeur pour elles.

Trois aspects concrets de l’ouverture sont en général avancés, l’interopérabilité (souvent imposé) des systèmes, les logiciels libres, l’accès ouvert à la culture scientifique et à la connaissance comme les licences ouvertes pour les matériaux scientifiques.

Carlos Gregorio affirme que les victimes de l’ouverture sont souvent les plus vulnérables. L’ouverture facilite mais oublie les enfants, cibles faciles des pédophiles et malfaisants. Autre exemple, un Etat publie de fait les listes de personnes atteintes du virus HIV (Sida) sous l’idée de la transparence… Le résultat est catastrophique.  Parmi d’autres problèmes soulignons les discriminations à l’encontre de travailleurs, la vente en ligne d’information sur des personnes via des sites commerciaux.

Mais la réalité est beaucoup plus large, elle est directement reliée au type de société que l’on veut.

Source : Le forum de la gouvernance de l’Internet a eu lieu du 12 au 15 novembre 2007 à Rio de Janiero, Brésil, pour en savoir plus : http://www.intgovforum.org/

Laisser un commentaire