Les internautes à Rio, à la recherche d’un modèle pour l’Internet

 

 

Il faut rappeler que le réseau Internet est le résultat de la contribution de nombreux pays, de nombreux acteurs. Il est devenu le système utilisé par tous. 1995 est une date fatidique, qui est marquée par l’entrée du grand public, facilitée elle-même par les moteurs de recherche qui sont les germes permettant cette explosion.

 

Un Internet pour tous

 

Pour Sergio Rezende, il s’agit de contribuer à la stabilité d’Internet et de maintenir son devenir dans les axes actuels. Cette thèse est assez répandue. L’ISOC milite pour la stabilité. Sa représentante,  Lynn Saint Amour rappelle que, depuis 1992, les ingénieurs de l’IETF ont construit un Internet qui est resté robuste et est en pleine santé. De plus, le développement des compétences, la création de contenu, l’investissement des entreprises sont fondamentaux et nécessaires et doivent se poursuivre.

 

Un Internet qui respectent les hommes

 

Maud de Boer Bucquicchio, secrétaire général du conseil de l’Europe, veut faire la promotion des droits de l homme. Elle désire mettre en pratique la convention sur les droits de l’homme qui se traduit dans les réseaux par : « Jouir d’un maximum de service avec un minimum de contrainte ».  Cette idée est bien celle qui préoccupe Gilberto Gill, pour qui, l’accès au savoir est la seule solution pour obtenir de la justice et de la sécurité. C’est pour cela qu’Internet doit être un territoire pour tous.

 

Un Internet pour le développement

 

Pour Ivy Matsepe Casaburri, ministre des télécommunications d’Afrique du sud, le défi le plus important est l’élimination de la pauvreté qui va rester encore pendant quelques années, mais Internet peut faciliter sa réduction.

 

Source : Le forum de la gouvernance de l’Internet a eu lieu du 12 au 15 novembre 2007 à Rio de Janiero, Brésil, pour en savoir plus : http://www.intgovforum.org/

 

 

 

Laisser un commentaire