Les quatre dernières années du projet de Taipe, la M-ville

Dans la phase deux (2003-2006) de l’initiative de CyberCity, la ville a étendu les infrastructures et les services. La ville a construit un accès sans fil à bande large, établi un e-gouvernement, automatisé les demandes de services publics, cultivé notre environnement d’e-commerce, et travaillé pour combler l’espace numérique. Tous ces efforts ont été aidés pour transformer Taipe et mieux être prêt pour la société de l’information et de la connaissance.

Pendant des heures « maximales » d’une journée, la population de Taipe atteint 3.6 millions de personnes. Mais, 80% d’entre eux sont concentrés dans un secteur de 10 fois 13 kilomètres qui est traversé par 30 rues principales. Un réseau Wi-Fi mobile couvrant ce domaine entier a été établi le plus économiquement en installant les points d’accès (AP) le long de ces 30 voies de communication. Pour obtenir son réseau, Taipe a suivi le modèle de B&O (Build and operate, Construire et faire fonctionner), invitant les investisseurs privés tels que des Q-ware, choisis par appel d’offre, pour établir l’infrastructure et pour offrir le service. Très rapidement Taipe est ainsi devenues la première ville dans le monde avec un réseau sans fil si à grande échelle accessible n’importe quand, à n’importe quel endroit, et avec n’importe quel dispositif. Le but, qui consistait à faire devenir Taipe sans fil a été atteint.

Le modèle de B&O était une alliance innovatrice entre le gouvernement et le secteur privé. Par cette association, la ville a obtenu son réseau sans fil public ; Q-ware, l’associé privé, a appris comment transformer des magasins de coin de rue en stations d’information numérique, créant un nouveau modèle fonctionnant ; et les résidants ont obtenu un réseau sans fil, à bas coût, facile d’accès et des services à valeur ajoutée. Tout le monde a gagné.

La construction du réseau a commencé en septembre 2004. Puisqu’il était le premier réseau de sa sorte jamais établie, de nombreux problèmes imprévus ont été soulevés. Des riverains ont été préoccupés par des risques possibles sur la santé de rayonnement électromagnétique. Les poteaux de réverbère, qui avaient été choisis, n’obtenaient pas de courant électrique pendant la journée. Les arbres le long des rues ont « bloqué » les signaux sans fil. Travaillant ensemble, le groupe de travail de Q-ware et de l’administration de ville de Taipe ont du résoudre ces problèmes un à un. En juillet, 2006, chacune des trois phases des travaux de construction avait été finie ; 4.000 points d’accès ont, en tout, été installés à Taipe. Comme indiqué dans l’annonce publique de septembre 2006, qui marquait l’accomplissement du projet, le réseau couvre 90% de la population de la ville, c.-à-d., 2,3 millions de résidants.

Le réseau sans fil de Taipe a commencé ses opérations sous le nom de marque WIFLY en février de 2005. Pendant une période d’essai à partir de février 2005 à janvier 2006, 55.000 utilisateurs ont signé pour ce service. Après l’approbation de la Commission du réseau local de la radio de Taipe (WLAN), les Q-ware a commencé l’opération commerciale avec des tarifs progressifs en janvier 2006. Le nombre d’abonnés payant s’est développé pour atteindre 70.000 en 10 premiers mois. Selon une enquête conduite par un magazine indépendant Taiwanais, Times Weekly, les résidants de Taipe ont été très satisfaits du réseau sans fil de la ville, bien que ce soit un service payant. Le réseau était en second service en terme de satisfaction juste après le système d’EasyCard dans la satisfaction publique.

Source :

Rencontre avec le Maire et les autorités de Taipe (Ile de Taiwan, Republic Of China, ROC) en Octobre 2006 et Juillet 2007

Laisser un commentaire