Archives mensuelles : septembre 2012

Une évolution récente des tests informatiques

L’évolution récente des tests consacre la fin des tests statistiques

Pendant de nombreuses années, sous l’influence des tests statistiques, l’approche des tests se situait dans un mode binaire :

test passé (Accept), test échoué (fail)

Nous allons de plus en plus vers un continuum. Cette approche est  une avancée scientifique majeure au regard d’une double approche de boîtes noires et de boîtes blanches. En effet, il a été facile de différencier les tests de boîtes blanches ou de structure et les tests en boîtes noires qui prenaient le système par les inputs et les outputs.

Le test de structure ou de boîte blanche (white box)  est un test souvent fonctionnel fondé sur l’analyse de la structure interne du système ou de chacun de ses composants principaux.

Le test de type boîte noire (black box) est un test qui n’est pas fondé sur l’analyse de la structure interne du composant ou du système, mais sur la liaison entre les inputs et les outputs d’un système.

Dans le cas de la white box, la forte explosion de la combinatoire des graphes utilisés limite sérieusement le caractère exhaustif de la démarche. Les solutions techniques proposées récemment consistent à « blanchir » le processus de recherche d’erreur.

Dans les tests de boites noires, l’exhaustivité du test devient une question fondamentale. Ne passe-t-on pas à côté d’une erreur magistrale en n’utilisant pas une donnée d’input ?

Les classes d’équivalence correspondent à un ensemble de données ou d’événements de tests qui sont supposées tester le même comportement, c’est-à-dire activer les mêmes défauts. Cela permet de réduire la complexité du test. Dans le cas des contraintes de forme, si on prend l’exemple d’un menu déroulant à 12 paramètres à réponse binaire, cela fait 2 puissance 12 soit 12 288 structures de réponse possible. Pour obtenir statistiquement un test par sondage, il faudrait construire environ 1 million d’extractions par datamining (calcul largement arrondi).

La caractéristique heuristique ou statistique de ces solutions est un débat qu’il peut être utile d’aborder. La référence aux travaux de Nielsen est intéressante sur ce point.

Référence :

Nielsen, J. (1994). Heuristic evaluation. In Nielsen, J., and Mack, R.L. (Eds.), Usability Inspection Methods. John Wiley & Sons, New York, NY

Un excellent Saint-Véran

Un Saint-Véran exceptionnel pour un blanc….

En Septembre 2012, l’ouverture d’un carton d’un négociant fort connu, Georges Dubeuf fut à l’origine d’une excellente surprise. J’ai en effet ouvert un Saint-Véran, récolte 1998, Vieilles vignes, un blanc dont je n’aurais pas soupçonné  l’excellence de la conservation. Rafraîchi dans de l’eau avec des glaçons, il exhumait une saveur agréable quoiqu’indescriptible, mais que je noterais volontiers dans le registre des fleurs. Sa couleur était agréable à voir malgré un léger trouble sûrement lié à l’agitation de la bouteille car il n’y avait pas de dépôts.

Excellent, en boire une bouteille par personne ne nous a pas occasionné de mal de tête. C’est certainement le signe de la qualité des produits de ce négociant. Je vous le recommande donc !

Saint-Véran, Vieilles vignes, Les vins Georges Dubeuf, 71570 Romanéche Thorins, France