Archives mensuelles : octobre 2009

SIANA Nanchang a débuté aujourd’hui

SIANA 2009 en Chine a commencé aujourd’hui par les cérémonies de lancement.

Voici une photo et le texte de mon discours.

lancementsianananchang.jpg

SIANA est dévoilé aux yeux du public aujourd’hui à 15h (heure locale)

Permettez-moi de vous remercier de votre accueil à tous, les réalisateurs de SIANA en Chine, mais aussi le gouvernement de la province du Jangxi, le gouvernement municipal de la ville de Nanchang, et la  société TellHow qui ont permis la réalisation de cette manifestation.

Lorsque je suis venu pour une première fois dans les équipes de TellHow, j’avais offert un livre dont j’étais l’auteur, il représentait l’histoire d’une norme qui s’appelle le GSM pour Groupe Special Mobile, qui est le nom original de cette technologie qui a été créé par quelques fonctionnaires entre 1981 et 1988. A cette période, on nous prenait pour des fous et des artistes… Les grands cabinets d’audit et de conseil de l’époque prévoyaient une taille de marché de 70 000 mobiles pour l’an 2000 dans les deux grands pays européens que sont la France et l’Allemagne. A cette date, il y en avait 50 millions dans ces deux pays! Une erreur totale de prévision pour ceux qui se disaient « experts en technologie » ! En 2009, 2 humains sur 3 sur la planète ont un téléphone mobile dans la poche. Quel succès pour cette technologie de fous et d’artistes ! Souhaitons que les technologies numériques que nous évoquons aujourd’hui dans SIANA aient le même succès commercial. Cet exemple me permet de donner un  des objectifs de SIANA, tracer l’avenir en faisant se rencontrer des artistes, des ingénieurs et des managers… Que les ingénieurs et les technocrates n’explorent pas seuls le monde que nous préparent les technologies numériques. La force des artistes est de porter un regard critique sur ce monde.

SIANA est avant tout, un laboratoire pour le futur ! C’est aussi pourquoi je suis heureux d’être ici en Chine à Nanchang. L’art doit ouvrir sur des réflexions, c’est le leitmotiv de SIANA, faire de l’art pour définir le futur !  Mais, c’est aussi la base d’une vaste activité que les américains appellent « entertainment ».Doit-on alors croire en Andy Warhol « Gagner de l’argent est un art, travailler est un art et faire de bonnes affaires est le plus bel art qui soit. »
 

SIANA Semaine des Arts Numérique, dont la première édition a eu lieu en 2005, est un partenariat entre une école de management et d’ingénieurs l’Institut National des Télécommunications, la ville d’Evry, qui sera représentée cette année  par Hervé Perard, maire adjoint d’Evry et le théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry, avec Monica Guillouet Gélys. SIANA a été créée avec cette volonté de rencontres, de discussions, d’échanges comme je souhaite qu’elle ait lieu ici a Nanchang en Chine comme elle a eu lieu il y a quelques mois au Brésil. Le dialogue est important, pour se comprendre et il se place dans le présent. Là encore, je ne peux résister à utiliser une citation de Pablo PICASSO, qui a été un des premiers artistes de la mondialisation présent en France, comme au Japon ou au Brésil « Il n’y a en art, ni passé, ni futur. L’art qui n’est pas dans le présent ne sera jamais »

Il y a un fait important dans SIANA, c’est que les artistes puissent expliquer leurs œuvres, c’est aussi pour cela que l’on organise des workshops ou les « élèves » apprennent à utiliser des outils, là encore, je souhaite citer un philosophe français, Alain, qui à  écrit dans son livre Minerve ou De la sagesse  « Le petit mot «Je ferai» a perdu des empires. Le futur n’a de sens qu’à la pointe de l’outil. Prendre une résolution n’est rien; c’est l’outil qu’il faut prendre. ». C’est l’outil numérique qu’il nous faut donc prendre, quitte à revisiter son imaginaire. SIANA nous a permis d’explorer les interactions entre la mobilité et la globalisation en 2007. Pour 2009, nous avons eu envie d’explorer le thème de l’imaginaire des technologies numériques, car chacun, artiste, ingénieur et manager est porteur d’une vision du monde par le numérique… c’est celui de cet imaginaire que l’on retrouve dans les Cosplay et dans les dessins animés.

Je terminerai ce discours par une petite blague, une citation de Paul Auster, auteur moins connu, dans son ouvrage « Moon Palace », « Une fois qu’on a goûté au futur on ne peut pas revenir en arrière ». Cet auteur né aux Etats-Unis a passé une grande partie de sa vie en France il est plus connu pour son autre ouvrage, « La cité de verre », qui est l’œuvre qui parle du futur qu’il convient de lire…

Alors, souhaitons que SIANA, qui est une invitation à la rencontre, une invitation à écouter, une invitation à la réflexion, soit le lieu de naissance de nouvelles technologies, que SIANA rencontre un vif succès populaire en Chine, et qu’il soit porteur, tant sur le plan de la vie artistique que de celui des affaires de grandes et belles réalisations !

Ils s’arrachent les dépouilles de Nortel

Après le rachat de la branche UMTS de Nortel par Alcatel en septembre 2006, Nokia Siemens Network a racheté juste avant la fin de Nortel les infrastructures de téléphonie mobile de Nortel pour 650 millions de dollars, 457 millions d’euros (1).

 

Avaya, société issue du dépeçage de ATT (maintenant Alcatel Lucent) vient de reprendre la division réseau d’entreprise de Nortel, qui en effet était maître dans les réseaux IP. Elle aurait payé cette partie pour 475 millions de dollars, 334 millions d’euros (2).

 

Ericsson, enfin, récupère les activités de transmission de Nortel pour 804 millions d’euros (1,13 milliards de dollars). Cette entité possède surtout un paquet de brevet CDMA, ce qui est intéressant dans le cadre du développement des nouvelles générations de mobile, ce qui permet aussi à Ericsson d’atteindre de nombreux opérateurs clients de Nortel jusqu’à présent (3).

(1)   Les Echos du 22 Juin 2009

(2)   Les Echos du 21 juillet 2009

(3)   Le Monde du 31 juillet 2009