Archives mensuelles : juillet 2008

Manger chez Estaban, dans le quartier latin de Madrid

Le quartier latin de Madrid est rempli de restaurants et tavernes en tout genre. Il est possible d’y manger, avec des versions locales de tapas ou bocadillos accompagnés de breuvages divers. Je vous propose de vous arrêter chez Esteban. C’est excellent !

Le lieu est assez typique, avec les photos du patron avec des célébrités (qui me sont inconnues) accrochées sur les murs à côté de pages de l’encyclopédie ou de gravures de batailles de Napoléon (Pont d’Arcole et Moscova). Un vrai musée…. Le service est des plus agréables, attentionné sans être collant. Et les serveurs font de l’humour, même si je ne suis pas sûr d’avoir tout compris.

Parlons nourriture maintenant. Pour l’entrée, vous pouvez opter pour des anchois, du boudin de burgos, des escargots, mais j’ai préféré attaquer avec des tripes à la madrilène : ce sont des tripes à la catalane, donc avec des tomates, assez relevées, et avec des morceaux de charcuterie dans la sauce.

Le plat principal pose encore plus le problème du choix. Le patron suggérait des queues de taureaux à l’étuvée (Estolado de Rabo de Toco) et un riz au clovisse (Arroz con Almejas), mais j’ai plutôt opté pour le cochon de lait (Codinilla asado), qui était vraiment excellent. J’aurais pu prendre aussi du bœuf, dont la cuisson est achevée prés de vous sur une plancha de terre.

Le repas s’est terminé sur des profiteroles maison avec une sauce au chocolat servie de côté dans une cruche. J’ai bu du vichy catalan, mon eau gazeuse de prédilection et une bouteille de rioja: Gloriozo, Crianzo, Rioja 2005, Bodegas Palacio. Le vin est alcoolisé, au moins 13 degrés, mais excellent. Pour les « cochons », le patron vous fournit un bavoir géant, ça aide….

Restaurante esteban, cava baja, 36, 28005, Madrid, tel: 91 365 90 91, fax: 91 365 92 91.

Comment améliorer les questionnaires utilisant les technologies de l’information et de la communication ?

 

 

La réalisation de questionnaires en utilisant des outils électroniques, comme l’email ou le web, pose de nouveaux problèmes. Il convient de les connaître avant d’utiliser de tel outils. Les spécialistes considèrent qu’il en existe à trois niveaux.

 

Utilisation d’outils traditionnels

 

Le premier est la traduction, en ligne, du questionnaire qui aurait été réalisé initialement sur papier. Cette transcription, qu’elle soit sous forme d’email, ou de sites web, conduit à des erreurs multiples dont la liste est « à la Prevert »: taux de réponses, qualité des données, couverture de la population, erreur de mesure, non réponse, réponses multiples pour la même personne, difficulté d’avoir la bonne personne pour le sujet.

 

A priori, sur le plan du taux de réponses, le résultat est meilleur que sur le téléphone (20 à 30 %), pour atteindre environ 50% avec des emails personnalisés. En ce qui concerne le web, ce taux de réponses est très variable dans la littérature. Donner de l’argent augmente à la fois le taux de réponses et la qualité des données, mais, paradoxalement, il diminue les réponses multiples par les mêmes usagers. Cela serait dû à la nécessité de s’enregistrer, et de fournir des données bancaires.

 

L’usage d’un panel augmente la qualité des réponses, mais introduit d’autres biais. Harris Interactive gère par exemple un panel de 6,5 millions de membres. D’autres sociétés comme Zoomerang, Greenfield on line, annoncent disposer toutes les deux de 2,5 millions de membres dans leurs panels. Si la qualité augmente, il existe des « répondants professionnels » qui ont des réponses sur tout, y compris sur des sujets qu’ils ne connaissent pas.

 

Plateformes assignées à cet usage 

 

Une deuxième amélioration consiste à construire des plateformes « désignées » pour limiter les problèmes précédemment cités. Ainsi, le système peut avoir plusieurs questions par page : le lecteur voit plusieurs questions, y répond, ou pas, et doit soumettre ce qu’il choisit. L’engagement du répondant est augmenté. Il est possible d’introduire des questions obligatoires et des questions qui sont « tournantes », qui diminuent généralement les biais.

 

Dans ce cas, il devient intéressant de faire du « piping », c’est-à-dire d’introduire des réponses aux questions précédentes dans les questions suivantes. Cette solution améliore grandement la qualité des réponses au questionnaire mais augmente la complexité et donc le coût du traitement et de l’analyse. Des images peuvent être ajoutées, ce qui permet d’illustrer ce dont la firme parle, et d’améliorer la qualité de la compréhension du questionnaire, et, ainsi, la qualité des résultats. De plus, il devient possible d’observer la dynamique de réponse.

 

Implémentation dynamique

 

Pour encore améliorer le processus, il est possible de faire des implémentations dynamiques. Elles commencent par la création d’invitations à participer, que l’on propose à des internautes. Puis, se déroule un questionnement progressif des usagers, des délais de l’ordre du jour à la semaine, entre les différentes questions soumises aux internautes. Cette approche comporte un risque, celui de la perte de répondants au cours du processus. Cependant, en reposant quelques jours après la même question, il est possible de construire un indice de qualité.

 

La mise en place de challenge introduit une compétition entre les répondants mais risque d’allonger le temps de retour des informations. En effet, il n’est possible de passer à l’étape suivante que si un nombre suffisant de répondants a réagi…

 

Information extraite de la communication de Thomas J Maronik de Towson University, Etats-Unis au colloque Gbata qui a eu lieu à Madrid du 8 au 12 juillet 2008

Une initiative intéressante

L’hôtel chic du centre de Madrid, le Westin, propose tous les dimanches un « Opera brunch ». Vous comprendrez rapidement le principe : vous prenez un brunch dans l’hôtel et vous écoutez un opéra « performed live ». Concernant le brunch, il s’agit d’un buffet à base de salades et de desserts.

En Juillet 2008, le prix était de 69,55 euros, tout compris… Rien n’est dit sur la compatibilité entre l’opéra et les bruits de fourchettes, ou sur la tolérance des artistes. En revanche, si le public est mécontent, il pourra réellement lancer des tomates aux artistes ! Même si je considère cette hypothèse comme improbable… étant donné le public chic du Westin, peu enclin à se dévergonder et à se laisser aller à de tels excès.

Westin Palace, Plaza del Cortes, Madrid, Espagne, tel 91 360 78 18, email: reservas.palace@westin.com  , site web : http://www.palacemadrid.com

Le bonheur entre Ille sur Têt et Prades


La route express va enfin arriver jusqu’à ma résidence de vacances

Le décret d’utilité publique a été publié au Journal officiel.

Le voila !

JORF n°0165 du 17 juillet 2008 page 11395

texte n° 2

DECRET

Décret du 16 juillet 2008 déclarant d’utilité publique les travaux relatifs à l’aménagement à 2 × 2 voies de la RN 116 entre Ille-sur-Têt-Ouest et Prades-Est (département des Pyrénées-Orientales) et nécessaires à son classement en route express, et portant mise en compatibilité des plans locaux d’urbanisme des communes de Bouleternère, Rodès, Marquixanes, Eus et Prades

NOR: DEVR0814012D

Les feux de forêt, un fléau social?

Le gouvernement espagnol vient de publier quelques chiffres sur les incendies de forêt qu’ils considèrent comme un fléau social.

Les chiffres sont éloquents. Madrid annonce qu’en 2007, il y a eu 20 500 feux, qui ont brûlé 150 000 hectares de forêt. Le coût de ces incendies est évalué à 1,5 milliards d’euros, sans compter les vies humaines. Le CO2 émis à cette occasion correspond à celui d’une ville comme Séville. Autre statistique intéressante, plus de 50% des feux ont eu lieu en Galice.

Les associations protestent étant donné que 96% des feux sont intentionnels et que seulement 13% de la superficie de forêts font l’objet de plans de gestion. De plus, sur les presque 20 000 feux intentionnels, seulement 83 personnes ont fait l’objet de poursuites.

Je ne sais pas quelles sont les statistiques françaises mais ces exemples espagnols sont éloquents…

Explosion de visites pour « Prêtres Academy »

                      

Un site web devient mondialement connu. J’avais lu des articles en France, puis dans des revues allemandes, et maintenant, c’est ADN, le journal gratuit de Madrid qui y consacre une demi page… Voila!

Je ne peux donc pas résister à vous en parler. « Prêtres academy » est une émission diffusée sur le web où des prêtres doivent concourir selon le principe du jeu la « Star Academy », mais appliqué à des sujets religieux.

Cette émission a été initiée par le diocèse de Besançon en France. Romain Marengo, le chargé de communication du diocèse, où le jeu a commencé le 20 juin, rappelle que, sans être des acteurs, les prêtes qui participent à ce jeu racontent la vie de leur sacerdoce.

Ce site a un grand succès, étant donné qu’en 25 jours, il a accueilli plus de 300 000 visites, et nul ne doutera qu’avec le battage médiatique actuel, ce nombre va exploser…

Pour se rendre compte : http://www.pretres-academy.com

Connaissez vous Javier Salas ?

 

 

Javier Salas est un photographe assez peu connu du grand public, alors que ces photos sont présentes dans les plus prestigieux magazines et journaux. Elle, GO, Glamour, El pais, ou encore Time ont publié ses portraits, puisqu’il s’agit de sa spécialité. Une autre de ses qualifications concerne les photos d’artistes, pour des pochettes de disques et de CD. Emi,  Sony-BMG, Universal, Virgin, Warner Music ont fait appel à lui.

 

Site de l’artiste : http://www.javiersalas.com

Pour contacter son agent Almudena Madera: almudena@almudenamadera.com téléphone : +34 91 522 30 89

Quel est le marché de l’iphone et de ses concurrents ?

 

 

 

Actuellement, l’iphone est valorisé par les médias, davantage que ses concurrents. Face à l’iphone d’Apple, RIM Blackberry propose un modèle vraiment similaire, introduisant également un GPS. Les deux autres concurrents sont HTC de Taiwan, avec son système Windows et tactile, ou encore le LG Viewty qui intègre une caméra.

 

Apple annonce un objectif de vente de 10 millions d’iphone pour 2008. La banque Morgan Stanley parle d’un marché de 27 millions de mobiles de ce type, alors que le groupe d’analystes Needham se fonde sur un marché de plus de 30 millions.

 

L’avenir nous dira qui aura raison…

 

L’effet des outils de communication sur les prescriptions médicales.

 

 

Les médecins sont-ils sensibles aux cadeaux? Les études semblent le démontrer. Ainsi, selon Walker (1993) et Bhatt (1993), les cadeaux faits aux médecins aboutissent à des prescriptions précises. L’impact des articles de journaux est en revanche moins automatique. Mais, dans les deux cas, le problème de la confiance se pose ici (Williams et Hensel, 1991, Mossinhghoff 1992).

C’est également ce que révèle Elvin Yelgecen.  Cependant, lorsque l’on questionne les médecins, la réponse est toute autre : ce serait plutôt l’expérience, qui est le plus souvent mise en avant lorsqu’ils sont interrogés sur l’origine de leurs prescriptions.

 

Information extraite de la communication de Elvin Yelgecen, Istanbul Bilgi University au colloque Gbata qui a eu lieu à Madrid du 8 au 12 juillet 2008

site de gbata : http://www.gbata.com

 

 

Encore un problème de « Pillow », mais à Madrid cette fois !

 

Cette histoire de Pillow va devenir un feuilleton. L’hôtel dans lequel je suis, pourtant de la même chaîne que le précédent, n’a pas la même « pillow politic », ……. dur-dur de suivre….. Donc, il faut choisir entre cinq oreillers:

? synthétique, moyen, antiallergique

? synthétique, dur, antiallergique

? synthétique, doux, latex

? naturel, doux, antiallergique

? naturel, moyen en plumes

 

J’avoue avoir eu du mal à trancher. Et vous qu’auriez-vous choisi?

Bon! En fin de compte, je préfère les options de Hong Kong ! Voir mon précédent blog sur les « Hong Kong Pillow » : http://www.salgues.net/?p=1934