Archives mensuelles : octobre 2007

Une évolution des systèmes d‘information gouvernementaux

 

 

Le modèle de l’évolution des systèmes d’information de la gouvernance pourrait se décomposer en trois phases.

 

Les deux premières phases peuvent être caractériser par un terme :  l’accès

 

Le premier niveau est souvent nommé « On line gouvernement ». Les gouvernements et les collectivités territoriales développent des sites web. Elles mettent en place des présences en ligne, souvent par des centres d’appel. Elle répond au cas d’une administration qui reste passive et informative.

 

Une évolution de cette phase est représentée par « l’interactive gouvernement ». Le site web se transforme en une infrastructure de portail intelligent.

 

Les deux phases d’intégration suivent.

 

Dans un premier, les spécialistes parlent de « Gouvernement intégré ». L’administration utilise des systèmes multicanaux. Ils sont centrés sur le citoyen, il y a à la fois intégration des systèmes d’information dans l’administration et transformation de celle-ci pour plus de performance.

 

« Le gouvernement étendu » est la suite logique. Les technologies de l’information et de la communication augmentent la valeur des actions de chacun des partenaires,  des partenariats entre privé et public sont mis en place.

 

La phase de réponse a la demande

 

Cette phase est celle de la démocratie participative. La gouvernance devient collaborative. La technologie permet d’améliorer la réponse aux attentes des citoyens. Les services aux administrés sont fournis plus rapidement et avec plus d’efficacité. Cela passe souvent par des systèmes assez éloignés des demandes, par exemple, la géolocalisation des forces de polices améliorent leur temps d’intervention dans les cas d’appel au secours. Le système d’information introduit des processus adaptatifs pour répondre au mieux à des besoins individuels et à des situations qui sont souvent vécues comme de l’urgence.

 

POUR une PARTICIPATION INCLUSIVE au FORUM de la GOUVERNANCE de l’INTERNET 2007

La participation au prochain Forum sur la Gouvernance de l’Internet, l?Internet (FGI) des représentants des pays en développement suscite de graves inquiétudes. A moins d?un mois du FGI Brésil 2997, aucune mesure d’aide financière n?a en effet été prise. On s?oriente donc, en l?absence d?intervention urgente, à une quasi-exclusion des membres de la société civile originaires de ces pays. Cette éventualité n?est pas acceptable
Des donateurs ont mis à la disposition des fonds pour permettre une participation inclusive, notamment le Canada (23 mai 2007) et le Japon (03 Septembre) : Le Canada prend une mesure concrète ../? Je suis heureux de dire que nous avons pu placer $100.000 auprès de l’UIT pour fournir des bourses aux experts des pays en voie de développement pour participer à la réunion de Rio. Nous croyons fermement que notre dialogue sera augmenté par la participation des experts des PVD dans les discussions à Rio. Nous voyons également ceci comme manière positive d’encourager l’UIT et au FGI de coopérer à une manière très concrète.
- Nous sommes heureux d’annoncer que le Japon augmentera son appui à l’FGI et au secrétariat en contribuant 10 millions de Yens ou environ $87.000 dollars US à un taux de change récent pour la future facilitation du processus de préparation de FGI, aussi bien que le renforcement des capacités, tel que des programmes de bourse pour les pays en voie de développement.
Comme on peut le lire sur cette page du site du Forum de la Gouvernance de l’Internet, il y a de nombreux autres donateurs, dont on ne connaît d’ailleurs pas le montant de leurs contributions. On constate un manque de transparence, et en général un manque d’enthousiasme pour mettre en oeuvre les textes du Sommet Mondial sur la Société de l’information qui a crée ce Forum de la Gouvernance de l’Internet.
La société civile africaine, très vigilante et regroupée à l’échelle continentale au sein d »ACSIS-SCASI, avait déjà exprimée en 2006 ses vives inquiétudes dans une lettre ouverte au secrétaire du FGI et plus récemment dans une lettre adressée aux deux co-présidents du groupe consultatif. Ces lettres sont restés sans effet pratique.
Le Groupe de travail, de la Société Civile, au SMSI sur la Gouvernance des Réseaux d’Information ( WSIS-GOV ) dans une approche inclusive et solidaire a élaboré une lettre ouverte qui a été envoyée au Secrétaire Général des Nations Unies; le 23 Octobre 2007.
La présente lettre adressée au Secrétaire Général constitue un recours ultime,

Appuyez cette démarche solidaire en contre-signant la lettre ouverte :

http://wiki.wsis-gov.org/petition2007f
http://www.wsis-gov.org

Ubicast, Bruno Salgues ou le don d’ubiquité

Depuis de nombreuses années maintenant, M. Salgues sillonne le globe de conférences en salons. Toujours en alerte concernant les dernières technologies émergentes, il s’intéresse particulièrement à leur impact socioculturel.  Le plus souvent, il travaille en « situation de mobilité » et son métier d’enseignant-chercheur l’amènerai à être à plusieurs endroits à la fois. Oui mais voilà, personne ( hormis feu Napoléon ) ne peut être physiquement à deux endroits en même temps.  Mais il y a quelques jours, M. Salgues a découvert UbiCast, une jeune entreprise innovante basée à l’Incubateur TIC de l’Institut National des Télécommunications.  UbiCast propose un outil novateur en terme de captation, de retransmission et de diffusion audiovisuelle. Il s’adresse à ceux qui, comme M. Salgues, animent ou participent à des dizaines de conférences, colloques ou séminaires chaque année.  Cette start-up propose de déployer son système de captation dynamique lors de ces manifestations pour en assurer leur sauvegarde, leur retransmission à posteriori et même leur diffusion en direct sur tout site Internet.  A cela s’ajoutent de nombreux services annexes comme la synchronisation des « slides » présentées ou encore l’affichage « multi-conferenciers ».  Grâce à Ubicast, M. Salgues possède enfin le don d’ubiquité (virtuelle s’entend). Il peut, alors qu’il fait cours à ses étudiants de l’INT, proposer aux internautes de revoir, sur son blog, la conférence qu’il donnait deux jours plus tôt à Québec.  Mais ce n’est pas tout, il est également en direct sur Internet lorsqu’il enseigne, pendant que d’autres étudiants, partout dans le monde, suivent avec intérêt ses cours magistraux.   M. Salgues donc trouvé là un outil jeune mais intelligemment développé, qui ne demandait qu’à être utilisé.

Contact :

Antoine Peltier, Directeur associé, Tel : +33 1 60 76 69 65, GSM : +33 6 85 30 62 69, Skype : antoine.peltier, Mail : antoine.peltier@ubicast.eu, site web : http://www.partycast.eu


 

UbiCast, Incubateur TIC, Institut National des Télécommunications, 14 rue Charles Fourier, 91000 Evry cedex 11

La fausse « bonne idée » de Valérie Pecresse

 

 

 

« Valérie Pécresse propose aux sociétés de donner leurs vieux PC à leurs salariés », tel était le titre du Monde du 25 octobre 2007 faisant référence à une interview du ministre, mercredi 24 octobre,sur  RMC Info et BFM TV. L’article du Monde précise : « Cette mesure s’adresserait en priorité aux familles de travailleurs non cadres ayant des enfants et ne disposant pas d’ordinateur. » Le ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur désire améliorer le taux d’équipement des foyers français en ordinateurs.

 

En effet, il reste inférieur à celui de ses voisins européens. L’opération « un ordinateur à 1 euro par jour », lancée en 2004,est sûrement à l’origine du fait que  le taux d’équipement des étudiants en France a grimpé de 9 % à 50 %., mais la baisse des prix a été a mes yeux un facteur plus important. C’est pour cela que je proposerais plutôt de baisser les prix des configurations de base par la suppression des taxes (taxez de mémoire et TVA) comme le font de nombreux autres pays.

 

La ministre reprend l’idée que j’avais critiqué et c’était l’une de mes rares critiques des propositions du Livre blanc 2010 « L’Internet pour tous », publié en mars par Renaissance numérique, une association regroupant universitaires et patrons du secteur. En effet, la « donation directe » par les entreprises aux salariés d’ordinateurs personnels coûtent plus cher de remise en niveau que d’acheter des ordinateurs légers qui sont commercialisés 175 dollars par exemple au Brésil et dont le prix ne cesse de baisser.  Notons que cette solution ne supprime pas le problème du recyclage des machines qui devra être fait un jour ou l’autre…

 

Source : article d’Annie Kahn avec Nathalie Brafman, article paru dans l’édition du 26.10.07. site web mis à jour  le 25.10.07 à 14h26. 

 

Les limites des moteurs de recherche

Si 80% des internautes font appel à des moteurs de recherche pour trouver ce qu’ils désirent, ces outils restent tout de même limités. Google est la star en Europe et aux Etats-Unis. C’est le réflexe le plus facile, mais il ne donne pas toujours la bonne solution.

Par exemple, taper pomme en anglais, sur la version anglaise, l’internaute ne retrouve que des résultats de la firme Apple et rien sur la pomme. Avocat et voile sont en français des cas intéressants. Les problèmes auquel on fait face sont dus à l’absence de contextualisation de la recherche. Elle-même vient de l’histoire des langages informatiques où les créateurs de ceux-ci se sont éreintés à construire des langages « context free » dans le passé. Le problème est encore plus complexe pour les images. Imaginez une société qui veuille rechercher les publicités de sa marque sur des paquets de photos.

De plus en plus l’internaute aimerait personnaliser les résultats, mais cela sera chose complexe  ou reviendra à reconstruire l’informatique.

Source : Journée Opticsvalley du  16 octobre 2007 à l’INRIA Rocquencourt

Colubris présente le 802.11n

 

 

Actuellement le 802.11n, nouvelle norme de Wifi commence a être déployée dans les entreprises. Dans le cas des déploiement avec les normes précédentes 802.11a/b/g, tout le trafic passe par le commutateur Wifi, qui peuvent s’avérer être des goulots d’étranglement si les débits augmentent. En effet, le 802.11n génère des nouveaux flux, l’architecture de réseau conserve la gestion centralisée, mais optimise le réseau Wifi.

 

Les avantages du 802.11n se résument dans sa capacité à supporter des applications performantes, qui sont permises par cette norme. Des classes de qualité de service définies pour chaque application permettent de résoudre le problème. La couverture de zone dense devient possible. Cette nouvelle norme permet une protection de l’infrastructure wifi en temps réel, avec une  authentification des utilisateurs et un cryptage des flux.

 

Colubris a cherché à simplifier le management de l’infrastructure ainsi qu’une protection de l’investissement. L’installation d’équipement 802.11n ne mets pas en cause les équipements en place dans les réseaux

 

La ratification finale de la norme 802.11n, mais déjà, HP, Toshiba,  DELL, Sony ont des offres de PC en  802.11n. La gamme  de Colubris comprend des contrôleurs multiservices, des systèmes de gestion des accès visiteurs

 

Source : Alvarion Channel Academy du 25 octobre 2007 à Evry. http://www.alvarion.fr

 

Les nouveau moteur de recherche : multimédia ?

 Opticsvalley nous proposait le 16 octobre 2007 à l’INRIA Rocquencourt un rendez- vous suivi de démonstrations sur le thème des moteurs de recherche multimédia.

Les défis scientifiques des moteurs de recherche multimédia ont été présentés par Nozha Boujemaa, Directrice de recherche INRIA, ce qui m’a surpris dans cette présentation fut le manque total de référence aux processus de normalisation comme si MPEG n’existait pas. A ma question, elle répondit que le consensus n’était pas encore là.

 

Alexis Joly, chargé de recherche INRIA s’est chargé de présenter les méthodes de détection de copie vidéo, il s’agit là d’un détournement des moteurs de recherche à des fins strictement juridiques même si l’auteur s’en défend. La personnalisation de la recherche est à mon avis un vrai sujet, il a été traité un peu vite mais avec des exemples brillants par Marin Ferecatu, ingénieur INRIA.

L’après midi s’est terminé par trois applications vraiment passionnantes.

 

Marie-Luce Viaud, Responsable de « Recherche et visualisation de contenu audio-visuel », Institut National de l’Audiovisuel s’est intéressée aux besoins et aux défis des moteurs de recherche audiovisuelle.

 

Philippe Birnbaum, Chercheur CIRAD – UMR AMAP a présenté la problématique des bases de données en biodiversité végétale et impact des moteurs de recherche multimédia sur le métier de botaniste et d’écologue

Jean-Marc Lazard, “Manager – Strategic Projects”, Exalead a fait une présentation très opérationnelle du programme joint sur l’annotation sémantique automatique et du projet bagaaz.

Contact: Anne-Laure Aurelle – Tél. : 01 69 31 75 16 al.aurelle@opticsvalley.org , site web http://www.opticsvalley.o€rg

 

Rugbistiquement vôtre

Voici les thèmes de cette série conçue et réalisée pendant la coupe du monde en France qui s’est achevée le 20 octobre 2007.

Un café du centre de Paris

A l’aéroport d’Orly, dans un autre débit de boisson

ou dans les couloirs de l’aérogare

Histoire de banque générale…

  

Dans les musées, on fait la mêlée…

 

Même Mac Do propose un menu rugby

Les marques de voiture sont derrière les bleus…

Vous pouvez boire rugby avec Powerade

Ou avoir la tenue du véritable du bénévole