Archives mensuelles : avril 2006

Manger du poisson à Shenzen

Vous aimez les fruits de mer, je vous conseille ce restaurant de Shenzen, le Chuangzhan seaport restaurant. Vous y mangerez grenouilles, calamars, poissons cuits à la vapeur, homards, calamars géants. Le décor y est sobre, mais zen.

restaurant poisson shenzen

Quelques plats

Le raffinement du lieu va jusqu’à la découpe d’une poule.

restaurant poulet shenzen

L’art de la découpe de la poule

Le reste est assez classique, mais les saveurs sont particulièrement agréables. Nous avons bu une bouteille de Cabernet Sauvignon du Great Wall.

Chuangzhan Seaport Restaurant, 2-3 Fl, Chuangzhan Center, Anhui Building, N°6007, Shennan Road, Fulian District, Shenzen, Guangdong, Chine, Tel 0755 83860090, 83860091, fax: 83860092, mobile 137 983 53206, cz@seaport.com.cn, http://www.seaport.com.cn

CMEF

Plus de 2000 exposants, des milliers de visiteurs …. pour un salon des équipements médicaux

Du matériel médical de tout poil. Equipements électroniques, lits d’hôpitaux, machine à rayon X voisinent.

Les géants du secteur sont là. Kodak, General Electric, Philips, ….Siemens trônent dans le hall 1 à coté du français Biomérieux.

Le stand français est digne, pour une fois….avec des exposants présents. Il s’agit aussi bien d’Axon Cable, fabriquant de câble médical, boites en plastique médicale (Plastique Gosselin), des endoscopes (SOPRO) ou genouillères pour rescapé du sport (Thuasne).

Pour manger, la queue ressemble à une armée en attente de nourriture. Un océan humain. Le restaurant traditionnel chinois n’est pas unique. Un restaurant « all hallal, muslin » et une des horreurs fast food américain de José Bové le jouxtent. La mondialisation est à Shenzen.

Quelques évolutions autour de ce salon. Le salon ressemble à celui de l’année précédente qui avait lieu à Harbin. L’électronique est donc présente partout. Point faible, l’absence de normalisation outre celle générée par la copie. Quelques nouveautés sont présentes : la pilule que l’on avale. Version Infineon ou version israélienne. La pilule transmet ce quelle voit, et bientôt ce qu elle analyse. Une d’elle mesure 11mm de diamètre, 26 mm de long et 3,45 g de poids.

La vielle ville de Shanghai (Chine)

Le vieux quartier de Shanghai est magnifique. Il est une sorte de verrue dans une ville moderne aux immeubles en forme de crayon. Ici, rien de cela, des constructions traditionnelles dans une zone lacustre. Partout des pilotis. Des bars à thé alternent avec des vendeurs de toutes choses. Des boutiques avec une marque mondiale comme starbucks dénote dans ce paysage millénaire.

arbre dore shangahai vielle ville

Faire un arbre aux feuilles dorées

Un arbre géant aux feuilles dorées est en construction. Des images d’une chine tel qu’un voyageur aurait pu l’admirer il y a quelques années.

Des groupes de gens se pressent autour des boutiques les plus célèbres. Elles font des photos, intégrées par la suite dans des tableaux, pour un des passages d’un chef d’état américain,ou pour d’autres. A ce sujet, une sorte de compétition se dégage….

Zhujiajiao, une vielle ville

En se promenant dans cette cité pleine de canaux, le premier sentiment qui vient à l’esprit est le calme qui y règne. Sûrement du fait de l’absence de bateaux à moteur. Des effluves odorantes montent. C’est celles des différents marchants de nourritures qui se situent dans les artères principales.

venise de shanghai zhoujiajiao

Une vue de la ville

Un calligraphe attend désespérément ses clients. Le vieux hôtel-restaurant « chez vous » y attend avec un air de ne pas y penser.

calligraphe zhujiajiao

Dessins à la chinoise…

Les bateaux fonctionnent avec des rames-gouvernoirs dont seul le pilote semble avoir le secret.

Tout y est calme, et donc majestueux…

L’AFORS va dans mon sens

L’AFORS enfonce le clou à la suite de la publication du rapport de l’IDATE. Le rapport de l’IDATE, sur l’étude du Très Haut Débit en France avait été commandée par le Ministère des Finances.

L’étude de l’IDATE

Comme d’habitude, l’IDATE fait un rapport nuancé en affirmant que la France n’a pas encore pris de retard dans le déploiement de solutions Très Haut Débit (+ de 20 Mbps/s). Je suis tout sourire, seul quelques lieux comme Castres, Besançon et Pau sont réellement couverts. A Shentzen, où je suis actuellement, le haut débit est desservi à environ 11 millions d’habitants.

La qualité de la boucle locale de cuivre en France serait à l’origine du développement vertueux de l’ADSL. Selon ce rapport cette technologie permettrait en effet de satisfaire la demande actuelle de débits des particuliers. Or ceci est faux, j’ai dix fois plus de débit dans ma chambre d’hôtel qu’à la maison. Les coupures de liaisons sont multiples en France… L’IDATE ne veut vraiment pas se fâcher avec ses clients.

Au USA par exemple, la vétusté des lignes et leur longueur n’ont pas permis au DSL de pleinement se développer. Je ris, ou plutôt je suis attristé. Le câble, les solutions radios MMDS apportent du haut débit là où on en a besoin. Le WiFI y a été installé dans des villes entières….

Quant aux grandes entreprises, elles seraient, soit déjà desservies par les boucles optiques des opérateurs alternatifs ou par celles de l’opérateur historique, soit en voie de l’être. Là je pense que l’on se moque. Une entreprise située à Montmirail dépose un dossier à la DATAR pour construire elle-même sont réseaux à haut débit. Telle autre à Prades désespère…

Le commentaire de l’AFORS

« Toutefois, la croissance des débits offerts au client final est une tendance de fond inéluctable qu’il faut favoriser par le déploiement progressif de la fibre – seul support pérenne du développement Très Haut Débit – au plus près de l’abonné (FTTH). Or, l’essentiel du coût d’un déploiement FTTH, qui ne réutiliserait pas les infrastructures existantes, réside dans le génie civil (60 à 70%) et la partie passive des réseaux. Economiquement, il serait absurde de dupliquer sur un même territoire cet investissement qui, du reste, ne pourrait pas être amorti à des tarifs abordables pour le consommateur. La mutualisation du réseau d’accès dans sa partie passive, c’est-à-dire génie civil ou fibres noires, est donc clef pour le développement d’offres de THD innovantes et plurielles, dont la partie active des réseaux est le support. Le support de cette mutualisation peut être les infrastructures de collectivités dans le cadre du déploiement de réseaux neutres et ouverts là où il n’existe pas d’infrastructure alternative et plus généralement l’utilisation des infrastructures passives de France Télécom, dans des conditions réglementaires, économiques et opérationnelles qui, tout en ne pénalisant pas ses efforts d’investissement, permettent aux opérateurs tiers d’investir dans les équipements actifs des réseaux et de développer leurs propres offres de THD, au bénéfice du consommateur. »

Mes commentaires….

Voila ce que j’aime, mais pourquoi faut-il commander un rapport à l’IDATE pour retrouver des choix stratégiques que j’avais personnellement formulés il y a 8 ans. C’est pour cela que j’avais participé au déploiement de réseaux à haut débit avec mes amis Castrais ou plus récemment en Wimax à Sillé le Guillaume…. Mais on a pris 8 ans de retard …

Ne vaudrait-il pas mieux s’appuyer sur les spécialistes des écoles des télécommunications qui dépendent du Ministère. En période de restriction budgétaire, je ne suis pas sûr que de tels rapports soient pertinents mais, je salue, en revanche, le coup de lucidité de l’AFORS

Contact AFORS Télécom

Katia Duhamel : + 33 1 56 88 14 01, Kduhamel@aforstelecom.fr, Site web : www.aforstelecom.fr

Cours à l’université de Fudan

Faire un cours dans l’une des meilleures universités chinoises, l’université de Fudan à Shanghai m’a charmé. Les étudiants se promènent en vélo sur un campus de la taille d’un de nos bourgs de province, ceux qui possédaient des marchés à bestiaux. Les parterres sont fleuris, les allées et les salles sont coquettement installées, les toilettes sont modernes et propres. Que demander de plus ….

A l’entrée, Mao trône en maître de ces lieux… certains étudiants parlent un anglais correct, d’autres pas, mais la statistique à l’air d’être meilleure qu’en France.

université de fudan cours professeur daoli zhu

Panneau d’accueil pour le cours à l’université de Fudan

L’université vous accueille avec un panneau dont elle a le secret. Le fluorescent, le rouge sont de rigueur. Réminiscence de l’époque communiste ou volonté d’aiguillier, personne ne le sait vraiment. Le cours se déroule comme dans toute les universités du Monde, ou presque. Les étudiants y sont plus motivés que leur copains français, mais il est vrai qu’être plus performant est facile compte tenu du piteux état de nos universités. Ils posent des questions et viennent vous voir à la fin pour avoir des informations complémentaires…

université de fudan cours professeur daoli zhu

Dans l’ordre de la photo: Josef Puzo, Philippe Tronc, Daoli Zhu, Bruno Giacometi, Jacques Cinqalbre, Bruno Salgues et Yao Whuea

Laurel Restaurant Shentzen

Laurel n’est pas hardie…Bon la blague est facile. En effet, ce restaurant est très hardi dans les mets qu’il propose. Il est situé en plein Cyberpark. La serveuse vous proposera un canard dans la pure tradition chinoise. Les plats y sont excellents, parmi ceux-ci, vous pouvez retrouvez un gâteau de riz, des légumes de toutes sortes et des coquilles saint jacques excellentes. Un plat de bœuf vous sera servi exactement comme un steak en France, mais avec des saveurs en plus. Ce restaurant vous propose du vin de bonne qualité. Il s’agit d’un cabernet sauvignon chinois, il s’agissait du Greatwall, Huaxia selection.

Laurel Restaurant, Century Plaza Branch, 2/FL Century plaza Hotel, Kin Chilt Road, Shenzen, Chine, Tel 66 755 823 23 888, fax 88 755 82325661

Défilé d’hommes à la télévision chinoise…

Cela pourrait être Mister France

Vous connaissez Miss France, c’est la même chose mais pour les hommes à la télévision chinoise. Trois passages, le premier se fait en maillot de bain.

misterchina

Vive les hommes….

misterchina

en version libre….

misterchina

et en version maillot de bain

Puis deux passages habillés, un en costume, l’autre dans le vêtement de votre choix.

misterchina miss france mode

Version « habillée »

Excellente idée mesdames ?

Joseph Roth et le genre féminin

Nicole Casanova a réuni et traduit des textes publiés dans la presse par Joseph Roth entre 1918 et 1938. L’extrême actualité de ces textes est passionnante à différents titres. Les femmes disaient de lui qu’elles n’avaient jamais connu un homme ayant autant d’attrait sexuel, alors que l’homme est plutôt connu comme un de ces journalistes succombant souvent à l’attrait de l’alcool. Ses petites phrases sur les femmes sont assassines autant qu’elles sont drôles.

Sa vision des femmes est à la fois réelle et sarcastique. La diva ne fait pas selon lui de l’art « pour gagner son pain, mais pour avoir des cachets gigantesques ». Les girls ne sont que des créatures qui savent lever la jambe. Il parle d’une « motte de chair femelle » qui remplit les espaces.

Il les raille de toute force. La femme se dit discrète par ce quelle est très distinguée. En réalité, elle est très indiscrète et cherche toujours à se différentier, pour être vue ou entendue. Autre exemple, l’érotisme du vêtement consiste à mal interpréter la finalité des différents membres et parties du corps humain. Avec les accessoires de mode et les produits de beauté, cela rend les femmes esclaves sous le prétexte de les mettre en valeur.

Pour lui, une femme, c’est toujours difficile à contrôler. C’est le cas de la diva… les femmes aiment que l’homme soit violent, démolissent la basse bourgeoisie. Elles envoient des fleurs à des condamnés à mort. Mais cette violence doit s’arrêter lorsqu’elle se rapproche d’elle.

Source:

Roth Joseph, traduit de l’allemand par Casanova Nicole, Le genre féminin, Liana Levi éditeur, Paris, 2006, ISBN 2 86746-406 –6, 167 pages

Le prix mobius à Montréal

Le 14e Prix Möbius international des multimédias en présentation spéciale au Festival du nouveau cinéma

Dans le cadre de son 35e anniversaire, le Festival du nouveau cinéma de Montréal est heureux de s’associer à la Chaire UNESCO-Bell de l’UQAM pour présenter le 14e Prix Möbius international des multimédias. En collaboration avec la section Open Source : les rencontres de la création, cette présentation spéciale du FNC aura lieu au Musée Juste pour rire les 13, 14 et 15 octobre 2006.

Créé en 1992 sous l’égide de l’UNESCO et à l’initiative des Directions Générales de la Commission Européenne, du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et du CNET(organisation disparue de l’ancienne Direction générale des télécommunications en France), le Prix Möbius est un événement multimédia de portée internationale récompensant les œuvres multimédia de qualité à caractère innovant ou avant-gardiste. Chaque année, les comités de sélection nationaux en Allemagne, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Chine, en Espagne, en Finlande, en Grèce, en Roumanie, de l’aire linguistique française et italienne, de l’Océan Indien et du consortium des pays nordiques présentent les meilleures productions en nomination au Prix Möbius international.

Pour assurer la veille éditoriale et internationale en nouveaux médias, le Prix Möbius compte sur l’appui d’un réseau universitaire mondial, de laboratoires de recherche et de personnalités investis dans l’analyse des systèmes de communication et l’étude des industries culturelles. Ainsi, avec la tenue de sa 14e édition à Montréal en 2006, s’amorce la triennale Montréal – Paris – Pékin qui conduira le Prix Möbius aux Jeux olympiques de 2008.

En 2006, le Festival du nouveau cinéma sera associé à cette manifestation qui se déroulera pour la première fois en Amérique du Nord en octobre prochain. «Nous sommes très heureux d’offrir cette vitrine à un événement aussi prestigieux que le Prix Möbius qui s’allie parfaitement à la section OPEN SOURCE : les rencontres de la création, dont le mandat est d’offrir une fenêtre sur l’exploration des nouvelles formes de création, notamment en médias interactifs » de révéler Bruno Jobin, directeur général du Festival du nouveau cinéma.

Jean-Paul Lafrance, titulaire de la Chaire UNESCO-Bell en communication et développement international et président du Prix Möbius Québec/Canada depuis sa création est très heureux de cette association : « Cet extraordinaire maillage du cinéma et des écritures numériques, production et distribution confondues, s’annonce riche et haut en couleurs pour nos publics, mais surtout pour les délégations étrangères qui seront présentes » a-t-il déclaré.

De par l’association établie entre le FNC et le Prix Möbius, le public montréalais jouira d’horizons élargis et d’un contenu exhaustif qui englobera les arts médiatiques d’ici et d’ailleurs. L’échange, la synergie et la proactivité seront les maîtres mots au service des intérêts professionnels et artistiques des domaines du cinéma et des nouveaux médias.

Informations :
www.nouveaucinema.ca
et www.mobius2006montreal.uqam.ca

Contacts:

CONTACT : Festival du nouveau cinéma et Chaire UNESCO-Bell à
l¹UQAM

Mélanie Mingotaud tel: (1) (514) 861 7871 , email mmingotaud@sympatico.ca et Hela Bourogaa, tel : (514) 522 1021, email : bourogaa.hela@uqam.ca