Archives pour la catégorie Boutique du Monde

La ville de Caldes de Malavella

Caldes de Malavella est une ville d’eau en Catalogne

Les fouilles archéologiques attestent que, Depuis la Préhistoire puis durant les périodes romaines jusqu’à nos jours, le secteur autour de Caldes de Malavella a été sans interruption habité. Cela ne fait aucun doute que c’est l’éruption de l’eau chaude qui a fait l’attraction principale de ce secteur. Dans ce village, vous pouvez trouver les vieux thermes romains, mais également deux thermes modernes, la Balneari Prats et la Balneari Vichy Catalan. Au XV° siècle, un hôpital a été construit. La famille Prats a créé les bains en 1840 en canalisant l’eau de la fontaine de la Mine. Les bains Vichy Catalan sont nés quelques années plus tard. Le Dr. Modest Furest Roca vérifia les propriétés de l’eau et acheta la source en 1881. La mise en bouteille de l’eau a commencé dès 1889.

Je vous conseille aussi de rendre visite à la Pastisseria Bomboneria Buhigas, où l’on fabrique des Galetes Vichy excellent, une sorte de biscuit avec l’eau locale, et des turrons.

 

Balneari Prats, Plaça Sant Esteve, 7, 17455 Caldes de Malavella (Girona), Espagne, Tél : 972 47 00 51, Fax: 972 47 22 33, email: info@balneariprats.com, site web http://www.balneariprats.com/

 

Balneari Vichy Catalan, Av. Dr. Furest, 32 / E-17455 Caldes de Malavella (Girona) , Espagne/ Tél : +34 972 470 000 / Fax +34 972 472 299, email : balneario@vichycatalan.es, site web : http://www.balneariovichycatalan.com/

 

Pastisseria Bomboneria Buhigas, Cami Termes Romanes 57, Tél : 972 47 00 06, 17455 Caldes de Malavella (Girona), http://www.pastisseriabuhigas.com

La rue de la soif à Gérone (Girona), Espagne

Chaque grande ville espagnole dispose de sa rue de la soif…

Voici l’ambiance à Gérone…

Rue de la soif a Gérone, Girona, espagne, Spain, catalogne

Voici le nom de la rue, pour vous éviter de chercher…

rue de la soif gerone, girona, espagne, bonaventura carreras i peralta

Et un exemple de tapas …….

tapas a gerone rue bonaventura carreras i peralta

Ca vous fait saliver les babines!

Petit lexique de nourriture mexicaine

Ce  lexique de nourriture mexicaine est classé par ordre alphabétique

Cecina

Plateau de viandes mélangées dont certaines piquantes et d’autres pas, variante mexicaine du mixed grill.

Champurrado

C’est un chocolat à l’eau, local.

Chilaquiles

Petite tortilla où l’on y ajoute au centre des haricots rouges, du fromages, pendant la cuisson…

Enchiladas

Ce sont des aliments qui sont à base de tortillas  « molles » et de piment chili, il en existe plusieurs qualités (voir mon blog à ce sujet)

Enfrijoladas

Tortilla dont la partie principale est du haricot rouge

Enmolada

Tortilla à base de mole (voir ce mot)

Gorditas

Sorte de mini pizza que l’on remplit de sauce, de viande (pollo ou poulet le plus souvent)

Hongos al gusto

Ce sont des champignons, mais ils sont toujours « al gusto » et donc je ne sais pas pourquoi !

Jicama

Le jicama est un fruit qui ressemble à une grosse pomme. Il est découpé en tranches qui prennent la forme de nos frites. Puis, il est mis dans un récipient et on y ajoute du chili local et du jus de citron. Typique mais il faut aimer.

Mole

Sauce à base de chocolat dont il existe des variantes régionales mais dont il est dit qu’elle contient entre 25 et 40 éléments différents, dont du chocolat, bien sûr et des piments.

Panuchos

Tortilla épaisse découpée en deux comme un blinis et remplie de nourriture

Picadas (en général sortidas)

Ce sont des minipizzas remplies comme un volcan de légumes et de viandes

Pozole

Soupe fondée sur des grains de maïs et de la viande

Tamales

Ce sont des aliments cuits dans une feuille de banane, souvent avec des grains concassés de maïs et de la viande

Tapadas

Il s’agit de deux tortillas mises en sandwich et donc remplies de nourriture

Tostadas

Cela regroupe des tortillas qui sont frites ou grillées et que l’on remplit de nourriture, un peu comme des coquilles saint jacques ou des vols au vent.

Les restaurants Outback à Hong Kong

 

La spécialité de ces restaurants est l’oignon frit « bloomin’oinions » qui se présente comme une fleur. Cela vaut le déplacement, et de plus c’est bon ! Pour ceux qui ont peur du risque, les serveurs et les serveuses vous le font goûter.

J’ai testé celui de causeway bay et ceux de Tsim Sha Tsui. Tous les deux sont situés dans une zone commerçante.

Le restaurant par lui-même est d’un décor assez classique de pub, comme ceux que l’on imagine en Angleterre. D’ailleurs les dépliants reprennent des photos de ces côtes de craie. En dehors de la spécialité de la maison, le principe est simple : steak, frittes, salades, ou fruits de mer. Je vous déconseille les fruits de mer, ce sont des congelés frits sans goût.

La viande est annoncée comme provenant de l’Australie. Le dépliant vous propose du Sirloin Steack coupé de façon spéciale pour éliminer au maximum les graisses ou du New York Steak dont ils ne conservent que les meilleures portions. Sinon, vous pouvez vous orienter sur le Ri Eye Steack dont la boutique vante les mérites de ces 21 jours (depuis l??%9

Le comptoir Paris-Marrakech

Le comptoir Paris-Marrakech est un lieu qui semble bien fréquenté par la jet-set des Paris Marrakech, bien qu’ils doivent être déçus de la prestation d’Air France sur cette destination qui dessert cet escale depuis Orly sous forme de vol vacances….

C’est à la fois un restaurant, une boutique pour ceux dont les bagages se sont égarés ou on été insuffisamment chargés. Je vous conseille le menu marocain plutôt que la version européenne. J’ai commencé par des Briouates aux trois parfums parfaites. Le couscous royal est excellent avec des « merguez locales », bien que cela ne soit pas la tradition. Vous pouvez terminer avec une salade d’orange à la cannelle, ou d’excellentes pâtisseries chocolatées.

La carte des vins est garnie mais assez chère.

Envie d’ailleurs, volonté d’unir, de mêler deux cultures »

Le comptoir Paris-Marrakech, Avenue Echouada, Hivernage, Marrakech, Maroc, Tel 212 44 43 77 02 et 10, GSM 06264 97 83, email : comptoirdarna@menara.ma, site web : www.comptoirdarna.com

Mes tests de restaurant à Madagascar

Dans la capitale à Tananarive (Antanarivo), j’ai mangé essentiellement chinois à « La Muraille de Chine » ou le « Taste of Shandong »

A Morango, le test décevant de « La Flore Orientale » nous a conduits à « La Sirène Dorée »

Sur le canal de Pangalanes, je me suis restauré aux « Acacias », prés du lac de Rasoabe.

Le routier de la nationale 2 m’a beaucoup intéressé avec sa cuisine malgache à Savalaina. Ne cherchez ni le nom, ni le numéro de téléphone, ils ont tous les deux absents.

A Foulpointe, je vous conseille vivement le restaurant où officie Antoine et qui porte le même nom que le lieu (Le Foulpointe).

Sur l’île Sainte Marie, « la bigorne » très près du port, Ambofifotatra, vous accueille avec sympathie.

Sur l’île aux Nattes, n’hésitez à visiter le Meva Paradis et ses langoustes à la vanille et aux rhum.

Petit tour à Madagascar (résumé ou plan du carnet de voyage)

Premier et deuxième jours : la capitale, Antanarivo (Tananarive) C’est surtout une question d’acclimatation. Le palais de la reine est un point de visite. Mais lors de notre passage, il était en travaux.Troisième et quatrième jours : la région du canal de PangalanesLe canal de Pangalanes se mélange avec des lacs. Nous avons aboutis au bord du lac Rasoabe, dans les bungalows des acacias. Malheureusement, l’emploi du temps n’a pas permis de faire un petit voyage sur ce canal. Cela reste conseiller sauf si vos avez peur des moustiques…Cinquième jour : Foulpointe (Mahavelona) Le trajet entre la zone du canal et Toamasina (Tamatave)  se passe parfaitement bien. Cela se corse lorsque l’on quitte la deuxième ville du pays après la zone de l’aéroport. La nationale 5 est beaucoup moins entretenue, sur les cotés de l’artère, des paniers résidus de la cueillette des litchis jonchent le sol. Les ponts sont en mauvais état et même le pont flottant ne flotte plus. Ce serait un cadeau des ukrainiens à un ancien président.  Foulpointe (Mahavelona), c’est la plage touristique par excellence, dans une grande baie protégée par une barrière de corail. Située à seulement 60 km de Toamasina (Tamatave), il parait que c’est une des destinations touristiques privilégiées du pays. Le Manda Beach hotel étant complet, nous avons abouti au «Gentil Pêcheur ». Nous avons préféré manger au FoulpointeTrois jours à l’île Sainte Marie (Nosy Boraha) et à l’île aux NattesPour y aller, deux solutions, le bateau depuis Soanierana Ivongo ou l’avion. Je vous conseille le second. En effet, le port d’embarquement est aussi chaotique que sale. La mer y est souvent agitée et le franchissement de la passe. A l’arrivée à Saint Marie, changement de décor. N’importe qui pourra vérifier que c’est une île touristique. Je vous conseille si vous venez en bateau de vous restaurer au « Bigorne ».Le deuxième jour, la visite de l’île aux Nattes est indispensable. Le touriste s’y rend en pirogue, pour le fun, car la traversée à pied serait possible. L’île propose ses hôtels, qui restent quand même en dessous de la qualité que l’on pourrait espérer dans un tel lieu idyllique. Derrière la barrière de corail, vous pourrez nager et observer les poissons si vous aimez la plongée sous marine. Manger une langouste au « Meva Paradis », vous serez enchantés. Les autres lieux de l’île me sont apparus en dehors des standards de qualité

Connaissez vous les Ravitoto et les Brédes et l’Anatsonga

 

 

Le Bréde Mafana, le Bréde Morelle, l’Anatsonga, les feuilles de patate douce et le Ravitoto sont des légumes malgaches. Vous pouvez les acheter en boite de conserve. Vous pouvez les trouver sous la marque « Bongou », tout un programme. J’ai testé, c’est bon !

 

Notez que vous pouvez aussi manger des pois de bambou. Ceux-la, j’ai pas pu les goûter.

 

La plage de Foulpointe et ses hôtels (Madagascar)

 

 

 

Pour vous aidez à passer des vacances à Madagascar, la plage de Foulpointe (Mahavelona) est là. Protégée de l’Océan indien par une barrière de corail. Vous pouvez vous baignez sans risque, vous avez pied bien longtemps…

 

Un certain nombre d’établissements vous y accueille. Vous pouvez loger au « Manda Beach », lieu assez proche des standards dans ce domaine ou au « Gentil pécheur » plus rustique. Pour manger, je vous conseille vivement le Foulpointe.

 

 

Restaurant Le foulpointe,  Foulpointe, Madagascar, tel  261 20 57 220 33

 

Le Gentil Pécheur, Foulpointe, Madagascar, Tel 261 20 57 220 16

 

Manda Beach, Foulpointe, Madagascar, tel 261 20 57 220 00, fax : 261 20 57 220 02, GSM 261 33 15 220 00, email : mandabeach@moov.mg; site web : www.mandabeach-hotel.com
 

Asian Projekt

Je relie dans ce blog celui d’un de mes téuidants

« Pour certains d’entre vous, nous n’avons pas eu le temps de vous
prévenir de notre départ…
Il était prévu pour le 15 juillet, mais, en raison de petits imprévus de
dernières minutes, nous
sommes finalement partis le 31 juillet.
Nous sommes actuellement à Istanbul, porte de l’Asie! Vous pouvez d’ores
et déjà lire nos 1ères
aventures, « Orléans – Istanbul en stop », sur notre blog:
http://www.asianprojekt.over-blog.com.
L’aventure continue prochainement en direction de la Syrie et de la
Jordanie. Dès la fin septembre,
vous pourrez regarder nos 1ers films sur le site: www.asianprojekt.com.

Nous vous tiendrons régulièrement au courant de notre évolution par
l’intermédiaire de ce mail collectif.

Nous profitons également de ce 1er mail pour remercier les nombreuses
personnes qui ont grandement
aidé à l’élaboration de ce projet. Nous vous en remercierons jamais assez…

A bientot,

Benoit & Louis » 

 Pour en savoir plus :http://www.asianprojekt.over-blog.com.

 Pour en savoir plus :