Archives pour la catégorie Grande Bretagne (UK)

Mot doux pour dire « avoir une aventure »

Les mots doux pour dire « avoir une aventure » varient selon les pays.

 


Pour les Anglais

 

Jouer sur un autre terrain

 

Aux Etats-Unis

 

Avoir quelqu’un sous le coude

 

Pour les Hollandais

 

Expédition qui mène bizarre et consiste à pincer le chat dans le noir

 

En Irlande

 

Faire hors-jeu

 

En Israël

 

Manger à la table d’à côté

 

Au Japon

 

Prendre la tangente

 

En Russie

 

Tourner à gauche

 

Au Sénégal

 

Avoir un second bureau

 

Source : L’express, n 3020, semaine du 21 au 27 mai 2009

Petit tour du monde des BBQ

Les BBQ sont des modes de cuisson quasi-universel sans que l’on sache vraiment pourquoi, ou de dire tout simplement que ce sont des modes de cuisson historiques. La seule chose importante est que les aliments doivent être saisis par la chaleur, cela permet de conserver un maximum leur goût. Le support de la cuisson est varié, grilles horizontales ou verticales, tiges horizontales ou verticales, plaques, pierres, croix, … même si ce mode de cuisson est universel, les variantes sont multiples !

Afrique du Sud, braai

Les braai est une tradition importée par les boers et non pratiquée traditionnellement par les populations locales. Peu à peu, il a été accepté et donc les variantes sont multiples, présent partout, il ne fait pas partie de mythe ou d’habitude…

Allemagne, BBQ

La Thuringe mais aussi la Saxe sont des régions où se pratique ce que j’appelle le Barbecue de chasse. La viande, souvent un cerf, une biche ou des faisans, sont mis à tourner sur de grande broche. En Saxe, les restaurants de château en tire une clientèle régulière.

Argentine, el asado

C’est le plat argentin par définition, c’est même un rituel national en fin de semaine. Depuis 1556, la multiplication des vaches et des taureaux dans ce pays en fait le plat de base, il y aurait plus de 40 millions de ces bêtes en liberté. Attention, la variante argentine complète est à vous faire exploser l’estomac. Elle ne comporte rien d’autres que, empanadas, fiambres, embutidos, achuras, chinchulines, matambre, entrana, molleja, cuadril, asado de tira, bife, vacio, lomo, costilla de cerdo, pollo de corral, cordero, chivito, ensalada, pan que l’on accompagne de vin, de bière ou de yuyos comme boisson. Le repas se termine alors avec un maté. Tout un programme.

Australie, BBQ

Le BBQ est surtout pratiqué sur la côte pacifique comme un passe-temps populaire, partout ailleurs, c’est un plat de restaurant cuit dans un foyer ouvert. Il faut noter que ces barbecues sont régulièrement mixtes, donc des mélanges de viandes et de poissons. Il est dit que ce sont les meilleurs du monde, mais il suffit de le croire, la Nouvelle Zélande a aussi les mêmes pratiques.

Brésil, rodizio

Au Brésil, le rodizio est synonyme de nourriture, ce qui fait que c’est quasiment un plat national. La cuisson se fait le plus souvent sur des broches horizontales, c’est ce que signifie l’origine du mot, « tournant »

Caraïbes, barbacoa

Des Bahamas aux Etats-Unis en passant par Los Roque près du Venezuela, la cuisson au barbecue est le plat quotidien des îles des caraïbes. On y cuit de tout y compris des langoustes, donc la variété est grande. Le résultat est souvent associé à une sauce « jerk » qui parfois peut être très forte !

Chine, Kaoya

Le kaoya est donc la version chinoise du BBQ, et il est principalement composé de viande et d’oignon. Les chinois le pratique sans y ajouter du riz comme on aurait pu le croire. En revanche, il n’est pas rare à Shanghai ou à Hongkong d’être invité à un kaoya sur un balcon ! Ca change du fond de jardin à la française de faire un BBQ au 57 ème étage d’une tour…

Chili, barbacoa

Le barbacoa chilien est essentiellement à base de fruits de mer et de poissons ! J’avoue y trouver des limites.

Chypre, souvla

De cette ile provient un mode de cuisson particulier qui consiste à faire dégraisser dans le foyer des viandes grasses, avec une broche tournante. Le résultat est une viande croquante, presque déshydratée à mon goût et qui est alors servie avec des salades, du fromage de chèvre. Le pire de tout, c’est qu’ils arrosent le résultat d’huiles d’olive ! Les vins locaux s’accommodent bien avec ces plats…

Colombie, barbacoa

La version colombienne est très intéressante. Il suffit de s’écarter des grandes villes pour en tester deux variantes toutes deux fondées sur des cuissons sur des planches en aluminium. A première vue, cette première variante composée de viandes devient juteuse du fait de la conservation de la saveur sur la planche. La deuxième version est celle de poisson de rivière, j’ai goutté dans les environs de Medellin une truite cuite de cette façon servie avec une crème, du fromage en train de fondre et des fraises, et ceci, en buvant l’alcool local, l’aguardiente…un délice pour les papilles.

Corée, Bulgogi

Les Coréens aiment ce type de cuisson, mais le plus souvent, la cuisson se fait en brochette. La viande est cuite avec une sauce soja et de l’huile de sésame que l’on verse régulièrement ce qui lui donne une saveur particulière. L’ail est aussi souvent présent et contrairement à certains de leurs voisins (en particulier la Chine), le riz est toujours présent dans les Bulgogi.

Espagne, barbacoa

En Espagne, le BBQ a deux religions, mais c’est le plat numéro 1 dans ce pays. Originaire de la région de Ségovie, le BBQ se fait avec un cochon de lait (cochinillo), il existe des restaurants célèbres à Madrid, mais aussi la Meson del Candido à Ségovie, au ranchero de la Aldehuala ou encore prés de Vigo. La deuxième religion est catalane, là, le BBQ doit contenir du lapin. A LLoret del Mar, vous disposez de quelques restaurants de cette sorte, ils sont meilleurs qu’à Barcelone qui est devenue une ville cosmopolite. Je vous conseille de chercher ces lieux sur mon blog…

Etats-Unis, BBQ

Les indiens arawak le surnommait barbacua et ce serait l’origine du nom international, mais il est vrai que les américains s’attachent au peu d’histoire qu’ils possèdent ! Le barbecue actuel se fait le plus souvent de bœuf et de poulet. Il est devenu assez traditionnel dans les pique-niques du Kentucky, de la région de Minneapolis et au Texas. Dans cette dernière région, le « prime rib » au jus est le plat de choix.

Grèce et Turquie, gyros

Dans ces deux pays, la variante du barbecue est la cuisson sur une longue tige verticale soit de viandes déjà hachées, soit de viandes tranchées et empilées. Vous le connaissez tous car il s’est répandu partout dans le monde. Je viens même de voir un restaurant de ce type au Mexique qui avait pour nom Tacos arabe !

Inde

L’Inde n’a pas de nom spécifique au moins à que je sache ! L’Inde l’utilise dans sa cuisine traditionnelle comme base surtout avec du poulet. Vous pouvez trouver ce genre de BBQ dans les rues, et une saveur de curry est nécessaire pour faire local !

Mexique, barbacoa

Le barbecue est le mode de cuisson des cavaliers et des agriculteurs du XIX ième siècle, il est donc généralisé dans le pays. Mais ne vous trompez pas, les traditions reviennent vite, la cuisine de « carne en carbon » s’accompagne immédiatement des célèbres tacos de maïs. Ainsi, le plat généralisé est le « tacos de carne asada con salsas picantes, cebollines, guacamole y chiles », traduisons, des tacos de viande barbecue avec des sauces piquantes, des petits oignons, du guacamole et des piments ! Ca vous va comme menu ?

Royaume Uni, BBQ

Les anglais ont adopté le BBQ avait difficulté, c’est surement dû aux qualités culinaires de nos voisins. Le Yorkshire se distingue dans ce domaine en pratiquant le BBQ avec un « angus d’Aberdeen ». Rien de spécial donc !

Russie, Shashliki

Les russes le considère comme un plat de qualité, il est aussi un symbole de vérité, allez donc savoir pourquoi ! Il se pratique pour les fêtes à la maison, en pique-nique ou dans la datcha. Toutes les viandes sont possibles, mais aussi les poissons de rivières et dans certains cas les fruits de mer !

La chine parle des incidents de Paris

La télévision chinoise évoque les incidents de Paris et Londres. La chaîne publqiue CCTV montre des images de policiers combattants des manifestants, des drapeaux tibétains. Les images des échauffourés de l’hotel de ville de Paris ont été aussi vues.

 chineolympique.jpg

Extrait de l’émission sur les jeux olympiques à la télévision chinoise CCTV

En revanche, le slogan de reporter sans frontière, les menottes sont absentes des reportages. Robert Ménard de RSF a donc rater son coup!

La folie iphone touche Londres

Elle devrait atteindre Paris

 iphonelondres.jpg

 

De la publicité dans le métro de Londres….

 

Un utilisateur parisien fou de son iphone

 iphone1.jpg

 

Et un autre montrant qu’il sait s’en servir…. entre deux appels pour le telethon

 iphone2.jpg

 

Les photos sont de Bruno Salgues

Connaissez vous le Ninjabi

Dans beaucoup de pays, les femmes voilées sont méprisées ou encore conspuées. Dans d’autres, cela est la règle. En Angleterre, les attaques des femmes islamiques se sont multipliées. En 2005, 269 crimes contre des musulmans ont été recensés par les autorités sur 290000 musulmans vivant à Londres.

Celle qui porte le « hijabis » se sont regroupées et se forment à des méthodes d’autodéfenses qui portent le nom de « Ninjabi ».

Ces techniques, alliant sport de combat et psychologie ont d’abord été créés et diffusées par les cercles islamiques anglais avant de s’étendre à l’ensemble du monde. Ainsi, Dee Teeret est l’instructeur le plus connu. Une sorte de Veronique et Davina et de Gym Tonic version moderne.

Plus de 2000 essais nucléaires

Depuis les années 40, plus de 2000 essais atomiques ont été effectués.

Le classement est officieusement le suivant. Les Etats-Unis, en auraient effectué 1 032, la Russie 715, la France 210, la Chine et le Royaume-Uni 45, l’Inde et le Pakistan 6, les Coréens du Nord en seraient au premier essai. Les américains sont en tête, les français ont réduit leurs nombres d’essai par un recours à la simulation et à des techniques connexes, comme les lasers mégajoules.

Pour l’instant, les Etats-Unis sont le seul pays à avoir utilisé la bombe contre un pays ennemi, le Japon, dans des circonstances que nous connaissons tous. Il est vrai que l’on a appelé cette approche la dissuasion, mais pour combien de temps ?

Le clan nucléaire dans le monde

Selon les termes du traité de non-prolifération (TNP) de 1968, les cinq puissances nucléaires officielles : Chine, Etats-Unis, Russie, France et Royaume-Uni, sont les seuls pays autorisés légalement à détenir l’arme nucléaire. Ceci forme les cinq officiels.

L’Inde et le Pakistan possèdent également officiellement l’arme atomique,ils n’ont pas souscrit au traité. Israël ne l’a jamais reconnu, posséderait une centaine d’ogives nucléaires. La Corée du Nord a procédé officiellement à des essais. Ceci porte le clan à neuf, ce que l’on pourrait qualifié de sûr.

L’Iran affirme avoir maîtrisé l’enrichissement de l’uranium. Il avait été aidé par la France dans le cadre du nucléaire civil du temps de Shah d’Iran. La Syrie, l’Egypte, le Nigeria et Taïwan sont soupçonnés d’activités nucléaires militaires, tous disposent de spécialistes de ce domaine.

Panne monstre sur Internet

La communauté des internautes s’est apperçu dimanche 26 mars matin vers 10h50, qu’une panne officiellement d’ordre électrique, a impacté le centre serveur de Redbus Interhouse. Ce centre est situé à Courbevoie en région parisienne. Environ 30% du web français est hors service. Certains détracteurs annoncent 50%.

Rebus héberge des centaines de milliers de sites. Ce lieu était présenté par la presse jusqu’alors comme l’un des plus sûres. Il a sombré au fil de la journée dans un KO technique se répercutant de ce fait sur tous les hébergeurs présents dans le centre avec une liste non complète : amen, azuria, ecritel ( site redbus), europeanservers, hiwit, ikoula, imingo, infomaniak, nfrance, nexxen, nuxit, online, ovanet, ovh ( site redbus ), oxyd, sivit, yellis, …… De plus, FreIx , le point d’échange internet de free a été impacté de manière forte, mettant hors service des clients de cet acteur.

Il semblerait que certaines machines aient redémarré à 11h54 avant de s’arrêter à nouveau à 14h 32, puis à 17h01

Panne en série malgré une publicité d’enfer…

Redbus se présente comme l’hébergeur confiance. Sur son site web est écrit encore le jour de la panne : « Redbus Interhouse réunit la connaissance du monde des affaires, des clients et des marchés, allié à l’excellence technique pour proposer un environnement idéal et un ensemble de solutions qui protègent et garantissent la continuité de services pour toutes vos infrastructures techniques ». Plus loin, on lit : « Quand il est question de sécurité, nous refusons tout compromis ».

Mais

Il y a 1 mois déjà, le 28 février, Redbus Interhouse a déjà été victime du même genre d’incident électrique durant une bonne partie de l’après midi.

Le journal du net affirmait il y a quelques jours. « Aux côtés d’une double alimentation EDF, l’implantation possède trois générateurs de secours prêts à prendre le relais en cas de coupure.
Le temps de démarrage de ces générateurs (de 40 secondes environ) est comblé par des onduleurs. ». Il expliquait aussi que la sécurité y était maximale et l’accès contrôlé par l’iris. Dans un autre article, ils parlent de quadruple redondance. « La connectivité est assurée par les différents opérateurs présents dans le centre, parmi lesquels Level 3, Global Crossing, MCI Worldcom et Telia. « Tous ces opérateurs ont ramené chez nous leur boucle locale » dévoile Jean-Christophe Le Lay. « Level 3, dont nous sommes l’un des deux e-POP en France, a même placé son Ethernet dans notre centre. De plus, nous avons une quadruple adduction, c’est à dire 4 routes de fibres différentes qui arrivent chez nous. » ….Quant à la redondance, elle ne touche pas que les liaisons à haut débit. « Nous avons aussi quatre sources diverses d’énergie et de climatisation », triomphe Jean-Christophe Le Lay.

Sur ce point de vue, zdnet, vnunet avaient été plus discrets sur les capacités de cet hébergeur. Félicitations à Silicon.fr et à l’AFP pour leur information rapide.

En revanche, si vous consultez les dépêches d’actualité sur le site de redbus, elles s’arrêtent en 2003. Signe précurseur ou absence d’actualité depuis cette date ? De toute façon, le communiqué du 2 mars 2006 émis par la société Redbus sur la panne précédente n’est pas une actualité. La société avait déjà eu ce type d’incident le 9 novembre 2004 et le 1 mars 2005 sur son site de Londres, mais cela aussi, ce n’est pas d’actualité. Notons que l’autre centre de Courbevoie a eu sa panne le 16 mars 2006.

Je crois que je vais rire…

Les clients sont dans le brouillard

Les clients ne disposent pas d’information. Les hébergeurs ne semblent pas avoir de systèmes d’alertes supplémentaires pour avertir leurs clients par téléphone, sms ou email en cas d’incident majeur sur l’infrastructure technique.. « Nous, nous sommes chez Infomaniak, qui ne nous a toujours pas fourni des explications (Infomaniak est Suisse). », dit l’un d’entre eux.

Certains ironisent, car ce dimanche est celui du changement d’heure. « Bug de l’an 2000 retardé ». D’autres expriment leur raz le bol, car cette panne fait suite à des incompétences des hébergeurs. «Et puis ce matin la cerise sur le gâteau, REDBUS à Courbevoie qui « tombe », des milliers de sites plantés, c’est scandaleux. Tous mes sites inaccessibles et ceux de mes clients ! Imaginez la pagaille, moi qui rêvais d’un long dimanche tranquille… ».

Des décisions diverses des hébergeurs

Certains hébergeurs n’ont volontairement pas redémarré leur machine car ils ne veulent pas prendre de risque. En effet, une panne de leur machine pourrait conduire à la perte de données irrécupérables. « Ikoula a pris la décision de ne pas rallumer ses équipements. Les
machines supportent très mal les coupures électriques brutales. Le risque de dommage est élevé. Un disque dur cassé peut signifier la perte de données et des heures pour que vous puissiez le remettre opérationnel à 100%. ».

En revanche, certains hébergeurs ont apparemment rétabli à plusieurs reprises leur service.

La société rebus interhouse se caractérise par des résultats financiers peut enviable avec un chiffre d’affaires de 16 millions de livres sterling et une perte nette de 8,1 millions de livres sterling sur l’année 2004. Pour certains hébergeurs, des économies auraient été effectuées par le loueur de surface, mais ceux qui l’affirment ne veulent pas être cités…. Ils ne voient pas bien comment déménager leurs équipements et ou. Selon, deux d’entre eux, 2% ou 10% des machines auraient été cassées par ces arrêts brutaux.

Les clients s’organisent

Secoué par les changements de pouvoir au sein d’AMEN, la communauté des utilisateurs de cet hébergeur a diffusé des informations. Il propose des mesures d’urgence au utilisateurs : « Il est recommandé de réaliser rapidement des sauvegardes de vos données web / base de données dès que votre hébergeur et/ou serveur reviendra en ligne afin de vous prémunir contre toute nouvelle panne vu les indications actuelles laissant à penser que Redbus semble instable le temps qu’une intervention technique majeure n’ait pas été entreprise. »

Les clients d’AMEN sont furieux. Je cite l’un deux : « Pour ce qui est de AMEN, depuis 6 jours nous avons de gros problèmes sur un serveur commun, indépendant du problème de ce matin. Plus moyen d’accéder à certaines pages, certains fichiers, sites plantés, plus de mises à jour sur les fichiers incriminés via FTP et aucune communication de leur part ! C’est une maintenance nous ont ils annoncés ! Ils nous prennent vraiment pour des C… Ils nous laissent dans le flou (6 jours sans site ça fait mal, très mal…) »

D’autres attendent

« J’attend avec impatience les explications de REDBUS (via nos chers prestataires) car on se demande ce qu’ils vont encore trouver comme excuse cette fois-ci… (Peut-être que la mémé du coin à allumer sa cafetière et qu’elle a fait disjoncter tout le réseau, mais que comble du malheur, les groupes de secours de REDBUS ont eu la scarlatine, etc…) ».

Pour ma part, je souhaiterais une évaluation publique de cette panne…
Ouf mes sites stratégiques ne sont pas hébergés chez redbus, bravo iFrance de ne pas avoir fait ce choix

Des américains, des romains et de la guerre…

L’amitié entre certains français et certains américains est ancienne et réelle. La crise irakienne a fait apparaître un anti-américanisme foncier et constant. Comme les Français, les Américains sont partagés entre un patriotisme universaliste et un nationalisme réactif. Le patriotisme explique dans les deux cas les tendances impériales.

Le dilemme qui se pose depuis la première guerre du golfe de 1990à 1991, est celle de la logique de riposte à l’agression. C’est ce qui discrédite le terrorisme, c’est la difficulté de la reconstruction d’un monde viable au-delà de la guerre. Cette situation est assez ancienne, l’époque romaine est un exemple déjà ancien.

Les romains étaient confrontés à un monde où il y avait d’un coté les grecs et de l’autre les barbares. Face à cette situation, ils n’avaient d’autres choix que de se faire grecs ou de s’annexer les grecs. L’Etat romain revendique la violence légitime. C’est une tradition d’origine républicaine, un produit du sans-gêne aristocratique. L’identité chrétienne, source de cette modernité, est une chose précieuse pour laquelle l’homme peut tuer et mourir. C’est exactement comme pour la guerre en Irak. L’identité « anglophone » serait là pour lutter contre le terrorisme « islamisant » bien sûr. Le Royaume Uni a dépensé, jusqu’à maintenant, 5 milliards de Livres Sterling pour la guerre Irak. Les américains auraient dépensé 235 milliards de dollars, ils ont perdu officiellement plus de 2000 personnes, sans comptés les handicapés et les estropiés. Cette guerre a certainement démontré que l’anglais n’a pas rempli un rôle gagnant pour la paix.

Biographie :

David Jean-Michel, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République Romaine, Ecole Française de Rome, Rome, 1992

Dupont Florence et Valette Cagnac Emmanuelle, Sou la direction de, Façons de parler grec à Rome, Belin, Paris, 2005

Jullien François, Sous la direction de, Agenda de la pensée contemporaine, Hiver 2005, PUF, Paris, 112 p, ISBN 2 13 055341 9

Lieven Anatol, Le nouveau nationalisme américain, JC Lattes, Paris, 2005, 490 p

Nicolet Claude, Le métier de citoyen romain dans la Rome républicaine, Gallimard, Paris, 2005

Veyne Paul, L’Empire gréco-romain, Le Seuil, Paris, 2005, 864p

Walzer Michael, De la guerre et du terrorisme, Bayard, Paris, 2005, 256 p