Archives pour la catégorie Corée

Petit tour du monde des BBQ

Les BBQ sont des modes de cuisson quasi-universel sans que l’on sache vraiment pourquoi, ou de dire tout simplement que ce sont des modes de cuisson historiques. La seule chose importante est que les aliments doivent être saisis par la chaleur, cela permet de conserver un maximum leur goût. Le support de la cuisson est varié, grilles horizontales ou verticales, tiges horizontales ou verticales, plaques, pierres, croix, … même si ce mode de cuisson est universel, les variantes sont multiples !

Afrique du Sud, braai

Les braai est une tradition importée par les boers et non pratiquée traditionnellement par les populations locales. Peu à peu, il a été accepté et donc les variantes sont multiples, présent partout, il ne fait pas partie de mythe ou d’habitude…

Allemagne, BBQ

La Thuringe mais aussi la Saxe sont des régions où se pratique ce que j’appelle le Barbecue de chasse. La viande, souvent un cerf, une biche ou des faisans, sont mis à tourner sur de grande broche. En Saxe, les restaurants de château en tire une clientèle régulière.

Argentine, el asado

C’est le plat argentin par définition, c’est même un rituel national en fin de semaine. Depuis 1556, la multiplication des vaches et des taureaux dans ce pays en fait le plat de base, il y aurait plus de 40 millions de ces bêtes en liberté. Attention, la variante argentine complète est à vous faire exploser l’estomac. Elle ne comporte rien d’autres que, empanadas, fiambres, embutidos, achuras, chinchulines, matambre, entrana, molleja, cuadril, asado de tira, bife, vacio, lomo, costilla de cerdo, pollo de corral, cordero, chivito, ensalada, pan que l’on accompagne de vin, de bière ou de yuyos comme boisson. Le repas se termine alors avec un maté. Tout un programme.

Australie, BBQ

Le BBQ est surtout pratiqué sur la côte pacifique comme un passe-temps populaire, partout ailleurs, c’est un plat de restaurant cuit dans un foyer ouvert. Il faut noter que ces barbecues sont régulièrement mixtes, donc des mélanges de viandes et de poissons. Il est dit que ce sont les meilleurs du monde, mais il suffit de le croire, la Nouvelle Zélande a aussi les mêmes pratiques.

Brésil, rodizio

Au Brésil, le rodizio est synonyme de nourriture, ce qui fait que c’est quasiment un plat national. La cuisson se fait le plus souvent sur des broches horizontales, c’est ce que signifie l’origine du mot, « tournant »

Caraïbes, barbacoa

Des Bahamas aux Etats-Unis en passant par Los Roque près du Venezuela, la cuisson au barbecue est le plat quotidien des îles des caraïbes. On y cuit de tout y compris des langoustes, donc la variété est grande. Le résultat est souvent associé à une sauce « jerk » qui parfois peut être très forte !

Chine, Kaoya

Le kaoya est donc la version chinoise du BBQ, et il est principalement composé de viande et d’oignon. Les chinois le pratique sans y ajouter du riz comme on aurait pu le croire. En revanche, il n’est pas rare à Shanghai ou à Hongkong d’être invité à un kaoya sur un balcon ! Ca change du fond de jardin à la française de faire un BBQ au 57 ème étage d’une tour…

Chili, barbacoa

Le barbacoa chilien est essentiellement à base de fruits de mer et de poissons ! J’avoue y trouver des limites.

Chypre, souvla

De cette ile provient un mode de cuisson particulier qui consiste à faire dégraisser dans le foyer des viandes grasses, avec une broche tournante. Le résultat est une viande croquante, presque déshydratée à mon goût et qui est alors servie avec des salades, du fromage de chèvre. Le pire de tout, c’est qu’ils arrosent le résultat d’huiles d’olive ! Les vins locaux s’accommodent bien avec ces plats…

Colombie, barbacoa

La version colombienne est très intéressante. Il suffit de s’écarter des grandes villes pour en tester deux variantes toutes deux fondées sur des cuissons sur des planches en aluminium. A première vue, cette première variante composée de viandes devient juteuse du fait de la conservation de la saveur sur la planche. La deuxième version est celle de poisson de rivière, j’ai goutté dans les environs de Medellin une truite cuite de cette façon servie avec une crème, du fromage en train de fondre et des fraises, et ceci, en buvant l’alcool local, l’aguardiente…un délice pour les papilles.

Corée, Bulgogi

Les Coréens aiment ce type de cuisson, mais le plus souvent, la cuisson se fait en brochette. La viande est cuite avec une sauce soja et de l’huile de sésame que l’on verse régulièrement ce qui lui donne une saveur particulière. L’ail est aussi souvent présent et contrairement à certains de leurs voisins (en particulier la Chine), le riz est toujours présent dans les Bulgogi.

Espagne, barbacoa

En Espagne, le BBQ a deux religions, mais c’est le plat numéro 1 dans ce pays. Originaire de la région de Ségovie, le BBQ se fait avec un cochon de lait (cochinillo), il existe des restaurants célèbres à Madrid, mais aussi la Meson del Candido à Ségovie, au ranchero de la Aldehuala ou encore prés de Vigo. La deuxième religion est catalane, là, le BBQ doit contenir du lapin. A LLoret del Mar, vous disposez de quelques restaurants de cette sorte, ils sont meilleurs qu’à Barcelone qui est devenue une ville cosmopolite. Je vous conseille de chercher ces lieux sur mon blog…

Etats-Unis, BBQ

Les indiens arawak le surnommait barbacua et ce serait l’origine du nom international, mais il est vrai que les américains s’attachent au peu d’histoire qu’ils possèdent ! Le barbecue actuel se fait le plus souvent de bœuf et de poulet. Il est devenu assez traditionnel dans les pique-niques du Kentucky, de la région de Minneapolis et au Texas. Dans cette dernière région, le « prime rib » au jus est le plat de choix.

Grèce et Turquie, gyros

Dans ces deux pays, la variante du barbecue est la cuisson sur une longue tige verticale soit de viandes déjà hachées, soit de viandes tranchées et empilées. Vous le connaissez tous car il s’est répandu partout dans le monde. Je viens même de voir un restaurant de ce type au Mexique qui avait pour nom Tacos arabe !

Inde

L’Inde n’a pas de nom spécifique au moins à que je sache ! L’Inde l’utilise dans sa cuisine traditionnelle comme base surtout avec du poulet. Vous pouvez trouver ce genre de BBQ dans les rues, et une saveur de curry est nécessaire pour faire local !

Mexique, barbacoa

Le barbecue est le mode de cuisson des cavaliers et des agriculteurs du XIX ième siècle, il est donc généralisé dans le pays. Mais ne vous trompez pas, les traditions reviennent vite, la cuisine de « carne en carbon » s’accompagne immédiatement des célèbres tacos de maïs. Ainsi, le plat généralisé est le « tacos de carne asada con salsas picantes, cebollines, guacamole y chiles », traduisons, des tacos de viande barbecue avec des sauces piquantes, des petits oignons, du guacamole et des piments ! Ca vous va comme menu ?

Royaume Uni, BBQ

Les anglais ont adopté le BBQ avait difficulté, c’est surement dû aux qualités culinaires de nos voisins. Le Yorkshire se distingue dans ce domaine en pratiquant le BBQ avec un « angus d’Aberdeen ». Rien de spécial donc !

Russie, Shashliki

Les russes le considère comme un plat de qualité, il est aussi un symbole de vérité, allez donc savoir pourquoi ! Il se pratique pour les fêtes à la maison, en pique-nique ou dans la datcha. Toutes les viandes sont possibles, mais aussi les poissons de rivières et dans certains cas les fruits de mer !

Un coréen comme je les aime à Kuala Lampur…


J’aime bien ces restaurants dont la cuisine est faite devant vous et c’est le cas du Kyoro Won. Le principe en est simple, un barbecue de pierre excité par du gaz permet une cuisine de différente choses avec une saveur parfaite. J’avais pris de scallops, comprenez des coquilles Saint Jacques qui ont été cuites après avoir fait revenir quelques oignions. Le tout est servi avec une kyrielle de petits plats, salade verte, soja en légumes, tofu, choux piquants, riz, ….En dessert, je vous conseille la glace verte au brandy. Pour boire, j’avais pris de la bière kite, qui était plutôt standard mais qui s’harmonisait bien avec l’ensemble.

Koryo Won, Galerie StarHill, 181 Jalan Bukit Bintang, 55100 Kuala Lumpur, Malaisie, Tel 602 2143 2189, email : kroyowon@streamyx.com

Le nombre de millionnaires explose en Inde, Chine et Brésil….

 

 

Je ne trouve finalement pas l’information du titre étonnante, puisqu’il suffit de se rendre dans ces pays pour constater leur dynamisme économique.

 

Le monde compte dix millions de millionnaires. Il a augmenté l’an dernier avec 600 000 nouveaux élus (+ 6 % par rapport à 2006) et a franchi pour la première fois le cap symbolique des 10 millions de membres (10,1 millions de personnes exactement détiennent plus d’un million de dollars, hors résidence principale). Ce nombre a par ailleurs doublé en seulement dix ans. Leur fortune a également grossie en 2007 pour atteindre 40 700 milliards de dollars, soit 9,4 % de plus qu’en 2006. Cela fait une moyenne de 4 millions de dollars, hors résidence principale

 

Les plus grandes augmentations après la Corée du Sud (+ 18,9 %), sont le Brésil (+ 19,1 %) puis la Chine (+ 20,3 %) et enfin l’Inde qui a battu tous les records (+ 22,7 % ). Il faut signaler à cet égard le reste du classement : Indonésie (+16,8%), puis la Slovaquie (+16%), Singapour (15,3%), les Emirats Arabes Unies (+15,3%), la République Tchéque (+15,1%), et enfin la Russie (+14,4%)… Intéressant, non ?

 

La richesse mondiale reste concentrée dans trois grands pays : les États-Unis (3 millions de personnes), le Japon (1,5 million) et l’Allemagne (826 000), qui représentent 53,3 % des grandes fortunes de ce monde. Actuellement, la Chine (415000) dépasserait la France en nombre de millionnaires, selon cette étude.

 

Les « très grandes fortunes» détiennent plus de 30 millions de dollars d’actifs financiers, par personne. Cette étude en compte en 2007, 103 320 personnes (soit + 8,8 % par rapport à 2006). Leurs avoirs, qui pesaient 37 % des 40 700 milliards, ont grossi de 14,5 %.

 

Dois-je faire des commentaires ?

 

 

Source : 12e édition du World Wealth Report de Merrill Lynch et CapGemini.

 

Connaissez vous le Sinawi, le Pansori et le Pangut

 

 

Le Sinawi est un art musical coréen  qui se caractérise par des harmonies dissonante. C’est une musique typique de la Corée. Elle est jouée par des musiciens assis utilisant des tambours spécifiques, une sorte de flûte et des instruments à cordes. Sinawi est en anglais présenté comme une « shamanastic instrumental music ». Celle que j’ai écouté était présenté par le « National Center for Korean Traditional Performing Arts ». Les musiciens étaient habillés tout de blanc avec un chapeau noir sur la tête. En tout cas, cela vaut le coup d’écouter…

 

Le Pansori est le théâtre musical traditionnel coréen. Les textes sont chantés sur une musique simplifiée. Le Pangut est composé de musiques mêlées de danse qui se sont perpétrées dans la tradition paysanne. Un long ruban est situé sur le dessus de chapeaux des danseurs, il décrit des formes géométriques et dynamiques variées.

Devinez qui est la seule compagnie de transport aérien

Devinez qui est la seule compagnie de transport aérien qui soit en retard à Seoul. il y en a qu’une, c ‘est AirFrance…. Air France ou Air Retard…

Voila la preuve…

air france en retard a Seoul

Cette photo a été réalisé à Séoul (Corée) , le 15 octobre 2006….

Les gâteaux Coréens

Les gateaux coréens sont souvent au riz et frits.

Le Baekseolgi est une variété de Siru tteok (Voir plus loin) dans lequel on a ajouté de la fleur de riz.

Les Dasik sont des sortes de cookies coréens. A la farine, est mélangé des graines de sésame, des noisettes. En général, les graines sont mélangées avec du miel. Les gâteaux sont alors cuits avec des modèles de moules variés.

Le Gangjeon s’apparente au cracker. Il est réalisé à base de riz doux et servait essentiellement aux célébrations. La pâte est grillée dans l’huile. Il existe différentes sortes selon que l’on y a ajouté des graines de soja, de sésame. Le gâteau est normalement vide à l’intérieur du fait du mode de cuisson.

L’Injeolmi est aussi un gâteau particulier. Il est réalisé pendant les festivités. Le gâteau est enrobé d’une poudre de graine de soja, ce qui lui donne une couleur jaune et un goût assez doux.

Le Maejakqwa est le gâteau du dimanche. Il est réalisé à partir de farine, de cinnamome et de gingembre. La pâte est roulée en fine couche. Tout d’abord, il est frit dans de l’huile, puis il est passé au four avec du miel.

Le Mujigae est une variété de Siru-tteok (voir ce mot). Pendant la fabrication, la pâte est colorée en trois couleurs puis elle est mise sous forme de trois couches. Souvent, les locaux y ajoutent du sucre.

Le Siru-tteok est le gâteau coréen des fêtes et des grands événements. Sa base est du riz. C’est le nom générique de ce type de gâteau.

Le Songpyeon est un gâteau fourré dont la couche de pâte est faite à base de riz. Traditionnellement, c’est le gâteau de la fameuse semaine de vacances d’automne qui correspond au Thanksgiving américain. Ce gâteau est un hommage aux ancêtres. Il prend la forme d’une lune ou d’une boule. Selon les goûts, il est fourré d’haricot de soja, de graines de sésame ou de noix.

Le Yakgwa est un gâteau à base de farine qui était autrefois réalisé pour les fêtes religieuses. Il est d’abord frit dans de l’huile puis passé au four avec du miel pour la touche finale.

Il vino rosso

D’abord, vous n’êtes pas en Italie mais en Corée. Même si vous ne voulez pas manger, vous pouvez visiter ce restaurant à l’architecture futuriste de verre, d’acier et de béton. Commencez par un petit tour, admirez le « réfrigérateur » à vins, mais ne regardez pas trop les bouteilles, elles sont hors de prix.

Passez à table, les couverts sont géniaux, une forme de design qui ne paraît pas efficace au premier abord, mais c’est une illusion. Ils sont utiles. Coté repas, il s’agit de version européenne revue et corrigée par des coréens. J’ai testé des boulettes de viande, comme celle que l’on trouve dans les restaurants des magasins IKEA, mais nettement meilleures. Je vous conseille aussi le mélange de pâtes et de légumes, excellent quoique un peu piquant. En dessert, la glace servie avec des copeaux de chocolat attise bien le feu du plat précédent.

Comment s’y rendre :

I vino rosso, 340-5 Huamdong, yongsanku, Seoul, Corée, téléphone 82 2 754 0011, fax : 822 754 2232

Les alcools en Corée

Voici une liste d’alcools coréens

L’Insamju est du vin de ginseng. Cette racine est considérée comme une herbe médicinale et ses bénéfices seraient nombreux. Les vertus seraient parfaitement atteintes en buvant une petite quantité pendant une certaine période.

Le Maesilju est le plus représentatif des vins de fruit, celui-ci est obtenu à partir de prunes. Il parait que beaucoup de coréens font ce vin à la maison en laissant « mûrir » des prunes vertes pendant 5 ans.

Le Makgeolli est une liqueur faite à base de riz fermenté, elle est de couleur jaunâtre. Le jeune voyageur inexpérimenté pourrait la confondre avec la mayonnaise mais les effets ne seraient pas les mêmes, bien que le niveau d’alcool soit faible. Selon les coréens, elle est « sweet and sour ». Pour les goûts difficiles, évitez !

Le Soja est la boisson alcoolique préférée des coréens. Elle ressemble en fait à de la vodka, c’est une distillation suite à la fermentation d’un mélange de riz et de pomme de terre. Elle est présente partout

7,4, les chiffres affreux

Les chinois n’aiment pas le 7, il est porteur de malheur. C’est un peu comme le 13 en Europe, mais ce chiffre y est plus dual, chiffre de chance mais aussi de malheur. Si le français joue le vendredi 13 dans l’espoir de gagner, il ne se met pas 13 à table car cela pourrait être néfaste. Mais en Chine, 7 c’est vraiment l’apocalypse. Il n’y a pas d’étage 7 dans les immeubles qui passe du 6 au 8 ème niveau.

En Corée, c’est le cas du quatre. Le chiffre 4 se prononce à l’anglaise for en Coréen, mais se mot signifie aussi la mort. Conclusion, dans un immeuble, si les ascenseurs ont partout des chiffres pour montrer les étages, le quatrième est remplacé par F. Selon les Coréens, c’est mieux….

Le plus grand connaisseur de musique à Séoul?

Si vous passer par Séoul, je vous conseille de visiter ce bar.

Le lieu se situe dans le quartier de l’université Kyonggi, le Bakahycon dong . Il se nomme « Soul Bunker » et affiche clairement la couleur en terme musical « Old pop, rock, blue ». Depuis la rue, vous descendez quelques marches, vous arrivez dans une vaste salle où un mur est rempli de CD et de vieux vinyls. Vous êtes arrivé. Le bar est d’accueil sympathique, vous pouvez y rencontrer une jeunesse amatrice de musique, des responsables des médias ou des artistes. Mais ceci n’est pas le plus intéressant. Si le tenancier vous repère comme français, vous allez pouvoir entendre des musiques française assez improbables en Corée, Piaf, Nana Mouskouri, Sheila, Goldman, Sacha Distel, … Vous pouvez y trouver aussi un tas d’autres musiques dans le thème. Questionnez le barman sur un chanteur, il vous sortira en quelques secondes le bon CD. Nous avons pris à chacun de nos passages une bière locale, mais les locaux préfèrent visiblement les alcools forts.

La difficulté est de retrouver le lieu car les rues de ce quartier n’ont pas de nom. La solution la voici, émerger par la sortie 6 du métro Chungjeongno, avancer sur le boulevard, première rue à gauche, deuxième à droite légèrement penché, vous allez trouver le lieu au bout d’une centaine de mètres sur la gauche.

Adresse :

Soul Banker, tel 3142 2803, mobile 011 339 5468