Archives pour la catégorie Symboles de la république

La loi sur le mariage pour tous est votée !

Le projet de loi qui permettra le mariage aux couples de même sexe, a été définitivement adopté mardi 23 avril à l’Assemblée nationale par 331 voix pour et 225 voix contre. Ce projet de loi était porté par la Ministre de la justice, Madame Taubira, qui a été visiblement très émue.

La France est le quatorzième pays à ouvrir le mariage aux couples homosexuels, le neuvième en Europe.

A la tribune, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, a annoncé le résultat de façon originale: « Après 136 heures et 56 minutes, l’Assemblée a adopté le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. » mais tout à fait d’actualité.

imagegay1

Dans de nombreuses villes, des manifestations de joie en eu lieu, comme ci dessus à Montpellier ou Vincent Autin président de LGBT était à coté de Héléne Mandroux, maire de Montpellier et Jean-Pierre Moure, président de l’agglomération de Montpellier.

Dois je vous rappeler que dans les années 80, le gouvernement Mitterrand avait aboli la répression contre les homosexuels en 1982, avant, ils allaient en prison!

Parution de mon ouvrage : Avenir d’un redressement

mon livre

Livre Avenir d’un redressement

Avenir d’un redressement de  Bruno Salgues, e livre vient de sortir le 14 janvier 2013

Résumé

LE politique, c’est ce qui permet aux hommes et aux femmes d’être ensembles, par conséquent de composer une société. LA politique désigne les fonctions autour du pouvoir et de sa représentation. Comment passer du triplet Peur, Prévention, Preuve au triplet Pulsion, Plaisir, Puissance ? Tout cela en évitant la corruption et l’hypocrisie, tel est le thème développé dans cet essai à travers des exemples précis et des références à des auteurs politiques.

 Références:

Avenir d’un redressement

Discipline : culture-société

Parution : 14-01-2013

Auteur : Bruno Salgues

ISBN : 978-2-312-00729-8

Format : 150×230 mm

Nombre de pages : 118

Série / Collection : Les Editions du Net

Prix : 13 euros

En vente dans toutes les bonnes librairies, chez l’éditeur et :

Lien pour l’achat sur Amazon

http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=bruno+salgues

Combien ca coute le soutien scolaire…

La France est officiellement le pays de l’école gratuite.

Selon Mark Bray, directeur du centre de recherche en éducation comparée de l’Université de Hong Kong, les français ont consacré 2,2 milliards d’euros en 2007 au soutien scolaire. Le soutien scolaire concernerait entre 850 000 et 2 millions d’élèves selon l’institut national de recherche pédagogique, sur les 12 millions d’élèves de l’enseignement primaire et secondaire.

Le leader français du secteur Acadomia annonce un chiffre d’affaires annuel de 110 millions d’euros pour 80 000 élèves en 2009?
D’ou le prix de revient de la scolarité de soutien:

INRP bas : 1100 euros par an (2007)
Acadomia : 1375 euros par an (2009)
INRP haut :  2588 euros par an (2007)

Chercher l’erreur!

Affaire Bettencourt

Dois je comprendre que l’on est considéré comme des abrutis?

http://www.france24.com/fr/20100708-ump-achete-le%20mot-clef-bettencourt-soutien-a-eric-woerth-google

je croyais qu’ »Un média sur Internet ne peut pas avoir des informations sérieuses ».

« « Est-ce que vous vous rendez compte que vous êtes en train de tracer le sillon des extrêmes et de l’extrême droite ? (…) Comment vous pouvez jeter l’anathème sur les uns et sur les autres, sans preuve, en additionnant des tweets, les blogs, des gens qui règlent des comptes, des opposants politiques qui ne partagent même pas vos valeurs… Comment vous pouvez continuer sur ce chemin-là ?«  » (Monsieur Baroin, Ministre de notre république).

Alors, cet achat est pas sérieux?

Ou l’UMP est-il encore le parti de notre chef d’état (Nicolas Sarkozy  pour mes amis étrangers)?

Le musée de l’émigration italienne est fort instructif

Le musée de l’immigration italienne mérite un détour, on y apprend plein de choses sur les flux migratoires et ce blog ne peut contenir que quelques détails.

 

Pendant le transfert, sur 600 personnes qui constituait un contingent de volontaires au départ, 45 mourraient principalement de maladie.

 

Les émigrés italiens qui étaient restés à proximité de leur pays n’étaient pas nécessairement bien vus. Le musée retrace l’agression de 11 émigrés dans les salines d’Aigues Mortes le 17 août 1893 par une horde de 200 « français ».

 

Le 26 mai 1924 est la date de promulgation de la première loi pour limiter l’immigration aux Etats Unis dite « National origins act ».

 

Carlo Rosselli (1899-1937) est un antifasciste très connu qui a émigré en France. Le musée possède les fiches de suivi de ces actions par les autorités.

 

A partir de 1924, des grandes vagues de départ sont liées au fascisme et se situe vers les colonies. Ces vagues se sont réorientées vers l’Allemagne en 1938.

Connaissez vous Aluisio Azevedo?

Aluísio Azevedo est un romancier brésilien né à São Luís, Maranhão 1857, mort à Buenos Aires 1913. Considéré comme l’initiateur du roman naturaliste au Brésil, il publia son premier roman, Uma lágrima de mulher (Une larme de femme) à 23 ans; son second, O Mulato (Le mulâtre) créa une polémique vu le thème racial qu’il abordait. A partir de ce moment, installé à Rio, il écrivit presque chaque année un roman, en plus de collaborer à des journaux et avec son frère Artur à des revues théâtrales. Révolté par les injustices sociales, influencé par Zola et Eça de Queiroz, il se sert alors de ses écrits pour attaquer les préjugés raciaux et le problème des esclaves.

Ses ouvrages les plus connus sont O Mulato (Le mulâtre – 1881), Casa de Pensão (La Pension – 1884) et surtout O Cortiço (1890), qui représentent le meilleur d’une œuvre qui excelle dans l’abordage des groupes plus que dans la création des personnages.

Le Roman :

Azevedo Aluísio, Botafogo, une cité ouvrière (O Cortiço, 1890), roman, traduit du portugais par Henry Gunet, introduction de André Rousseaux, Club Bibliophile de France, Paris, 1953

La pièce de théâtre


CORTIÇOS,  spectacle inspiré du roman « O Cortiço », d’Aluísio Azevedo,a été joué par la Cie. Luna Lunera  pendant SIANA 2009 à Brésil

Un débat sur la cohésion sociale et la diversité qui tourne en débat sur l’immigration

Le débat de ce soir avait pour thème la cohésion sociale et la diversité. La Mairie était assiégée par des manifestants et de très nombreux journalistes. Manuel Valls a mis en avant sa ville, une ville jeune comme la notre et universitaire (15000 étudiants), ville d’enseignants et d’étudiants qui étaient cruellement absents. Puis il a invité à un débat serein.

Eric Besson, ministre de l’intégration, le président de SOS racisme, Dominique Sopo, Yves Threard du Figaro, Michel Wievorka, directeur de recherche au CNRS devaient traiter de la question de l’immigration. Thierry Guerrier, journaliste, animera les rendez vous de l’éthique d’Evry, la question : « qu’est ce que cela veut dire être français ? » est la question de départ.

Michel Wievorka a séparé la responsabilité et l’éthique, en rapellant les célèbres thèses de Max Weber, qui sépare les convictions et les responsabilités. Pour lui, les politiques actuelles s’éloignent des politiques de conviction et de responsabilité… Les politiques conduisent à des images dégradées de la France… Expulser une personne coûte 15000 à 20000 euros, on en expulse 30000. Ne peut-on utiliser l’argent à autre chose? L’immigration n’est pas un fardeau économique, Michel Wievorka prend l’exemple des chinois qui vont plus en Italie. Qu’en est-il de l’effet économique ?

Yves Threard se situe dans la logique de l’intégration. « Besson n’est pas un tortionnaire », affirme-t-il. Pour lui, la question n’a jamais été résolue par aucun des gouvernements. Il y a selon lui une différence entre l’émigration clandestine de celle qui est organisée. Il veut dissocier ce problème de celui de l’intégration. Pour lui, la question de l’identité nationale doit être résolue.

Pour SOS racisme, l’émigration n’est pas un problème, mais, un fait. Passer de l’immigration subie à une immigration choisie, ce sont des mots d’une extrême violence. Pour Dominique Sopo, ces termes affaiblissent car impliquent qu’il y a une mauvaise part au sein de la nation française. Il se refuse à l’idée que des gens soient des catégories statistiques. Il propose de fluidifier les déplacements des humains… comme on a fluidifié les dépalcements de flux de capitaux

Le droit souverain d’un pays est souvent mis en avant par Eric Besson. Pour lui, « les français comprennent et adhèrent à cette politique, il n’y a qu’un juge de paix, le vote ». La France accueillerait 200 000 étrangers de long séjour et plus de 2 millions de court séjour. La France accepterait le plus de réfugiés politiques (plus que qui ? que les autres pays européens ?). La France serait dans la lignée européenne depuis le pacte de 2004. Puis, Eric Besson a mis en valeur les propos de notre président…Il  demande à la gauche de définir une politique alternative…

Thierry Guerrier parle alors d’impasse, parce qu’il n’y aurait pas selon le ministre de politique alternative. Michel Wievorka répond au Ministre, lui, l’air du temps, il l’écoute, et renvoie aux informations du GISTI, du RESF (Education sans frontière), il explique des cas réels !  Pour lui, les choses se dégradent… « En ce qui concerne la Tunisie, les copains de ben Ali ne sont pas nécessairement ce que je choisirais ». Yves Threard voudrait que le débat ne tourne pas à un débat d’un intellectuel de gauche et face à un ministre de droite. Pour lui des formes comme le co-développement et l’éducation pourraient être des termes à discuter. Que fait-on pour accueillir ceux qui viennent légalement ? Le ministre mentionne le fait que les clandestins ont peur d’aller à l’hôpital et ne bénéficient plus de la scolarité.

Dominique Soto rappelle que l’immigration choisie est à remettre dans le contexte où l’on sous-entend que l’immigration précédente était subit. Il réclame des actes pour l’intégration, une des façons de s’intégrer est celle de l’emploi, de nombreux emplois sont fermés aux immigrants, en particulier dans la fonction publique, ainsi que dans des métiers réservés comme par exemple les débitants de tabac.

Les verts s’étonnent qu’il n’y ait pas d’expertise de terrain. Selon eux, il s’agit de discours électoralistes, pour draguer les voix d’extrême droite. Les Verts proposent de faire venir la société civile. Que va gagner l’Afrique dans l’immigration choisie ? Dit une personne dans la salle qui venait visiblement (pardon, par ces propos) de l’un de ces pays. Le ministre répond par la sécurité ! (on ne comprend pas Bruno… Que répond le ministre à cet homme ?) Il rappelle que le président de la république utilise le terme de métissage, et qu’il y a des régularisations. Le ministre propose de dénoncer les filières mafieuses ! Il  propose une immigration circulaire qui ne pille pas les pays.

Michel Wievorka propose à ce stade du débat de dépasser le traitement social pour un traitement identitaire. Dominique Sopo rappelle que l’immigration familiale légale se dégrade…à cause du durcissement de la législation, dont les tests ADN en sont des exemples. Il prône la fluidité du monde …et propose la circulation des étudiants.

Yves Threard s’oppose à l’idée de l’harmonisation de la politique européenne. Des politiques de régularisations ont eu lieu en Espagne et en Italie, et c’est un des problèmes majeurs.

Le Ministre met en avant l’identité chrétienne ! Une personne met en avant l’identité laïque et pose le problème des droits de l’homme !  Un autre déplore la politique étrangère de la France, et propose de combattre les despotes ! Michel Wievorka rappelle que la politique s’est durcie dans les zones grises, où les associations peuvent  négocier les cas. Il pense qu’il est dangereux de traiter ensemble de la politique de la diversité et de l’immigration. Idée que reprend Dominique Sopo, en rappelant que les symboles ne sont pas négligeables !

A toutes ces idées, le Ministre répond que ces questions sont de bonne guerre…y compris sur la politique étrangère de la France, nuançant en parlant de « guerre intestine locale ». Mais dit-il, il faut discuter avec les dirigeants existants, ce qui est la seule solution. Pour le Ministre, être français, c’est revendiquer la chaine républicaine.

Manuel Valls propose de construire une politique alternative, une politique issue d’une coopération européenne, posant les problèmes des flux migratoires.

Dommage que ce débat ait volé bas et sur les seules idéologies ! Dommage qu’il ne se soit pas élevé … le thème cohésion sociale et diversité n’a pas été traité… et loin de là !

Source : Les rendez vous de l’éthique à Evry, Cohésion sociale et diversité, l’immigration, facteur d’unité nationale ?, lundi 6 avril 2009 à 20h30, Mairie d’Evry, Evry, 91, France

Il ya quelques années, j’étais co-auteur d’un rapport sur ce sujet:


Commissariat général au plan, Immigrations : le devoir d’insertion : rapport du groupe de travail immigration présidé par Stéphane Hessel, sur le rapport de Claire Guignard-Hamon, 2 vol., 87 et 620p., La Documentation française, 1988

A voir, le film « die welle »…. (la vague).

A voir, le film « die welle »…. (la vague).

Comment pourrait-on rater une pareille prise de conscience ! Ce film est magnifique.

Le film « La vague », traduction en  français du titre allemand « Die Welle » est un de ces films qui vous prend à la gorge.

Comment débutent les sociétés totalitaires. Ce film apporte une réponse qui n’est certes pas très originale car elle reprend une expérience réalisée par le professeur d’histoire Ron Jones. En 1967, il montra comment les modèles totalitaires pouvaient être séduisants, voire envoûtants aux yeux des élèves d’un lycée de Palo Alto, la Cubberley High School en Californie, USA. En moins d’une semaine, ceux-ci étaient en effet parvenus à former un groupe discipliné, soudé, obéissant à de rigoureuses règles d’appartenance et fondé sur une communauté primant sur tout.

Cette expérimentation avait fait l’objet d’un article de son auteur sous le nom de «Take As Directed » dans une publication alternative « the Whole Earth Review.» en 1972 par Ron Jones, puis d’un livre de Morton Rhue (Pseudonyme de Todd Strasser). Ce livre a été publié aux Etats-Unis et  en Allemagne en 1981, ensuite le film a été vendu en plus de 1,5 million d’exemplaires. Je ne connais pas de version française. Le thème avait fait l’objet d’un téléfilm avec ce titre, proposé par la chaine ABC dans les Afterschool Special Series, le 4 octobre 1981. Il a aussi fait l’objet de pièce de théâtre.

Expliquant à mes étudiants les expérimentations de l’école de Palo Alto, je leur proposai il y a un an, la lecture de cette nouvelle de 80 pages…

Le film actuel (die welle) reprend cette expérience dans l’Allemagne actuelle, mais il est tourné dans l’ex-partie de l’est. Il est réalisé par Dennis Gansel sur un scénario qu’il a écrit avec Todd Strasser et Peter Thorwarth. Le spectateur est véritablement pris par ce film qui dure presque deux heures, et nombre d’entre eux sortent de la salle avec une mine  bouleversée.

A partir de l’analyse du mot autocratie, on voit disparaître la démocratie et monter le totalitarisme. Ou comment des jeunes construisent eux-mêmes cet environnement totalitaire !

Un film à ne pas rater !

Source :

 

Morton Rhue: The Wave. Puffin Books 1988, ISBN 0-14-037188-5

 

Ron Jones: No Substitute for Madness: A Teacher, His Kids, and the Lessons of Real Life Island Pr 1981, ISBN 0933280068

 

Morton Rhue: Die Welle. Ravensburger Buchverlag, Ravensburg 1996, ISBN 978-3-473-54034-1

 

……………………………………………………………………………………..

Le film a été vendu à plus de 1,5 million d’exemplaires ? ça veut dire quoi ?

J’ai fait partie des visiteurs de Picasso et ses maîtres…

L’exposition « Picasso et ses maîtres » a reçu près de 800 000 visiteurs, dont moi ! Après avoir vu une exposition de ce type au Guggenheim à New-York, elle s’appelait il est vrai « El Greco to Picasso », on voit la source d’inspiration de celle de Paris. La parisienne a durée du 8 octobre 2008 au 2 février 2009 à la Galeries nationales du Grand Palais (Champs Elysées, Paris). L’exposition de New-York a eu lieu du 17 novembre 2006 au 28 mars 2007. J’avais apprécié la mise en scène de cette exposition. Je n’ai guère apprécié la parisienne. Dois-je critiquer l’accrochage des tableaux qui étaient peu visibles, et très souvent très peu mis en valeur par l’éclairage.

Les deux autres volets de l’exposition étaient organisés aux musées d’Orsay et du Louvre. Elle a  attiré pour Picasso-Manet au musée d’Orsay, 450 000 visiteurs et pour Picasso-Delacroix au musée du Louvre, environ 300 000 visiteurs. No comment car je n’ai pas vu !

J’avais écris un blog sur l’exposition de New York: http://www.salgues.net/?p=1232 , pour ceux qui ne l’ont pas visité, c’était mieux, mais c’est trop tard !