Archives pour la catégorie Inde

Le témoignage de l’un de mes anciens étudiants pour les voeux de cette année

Un texte qui me fait chaud au coeur

(l’orthographe a été conservée à l’identique)

« Monsieur, je n’oublierai jamais votre aide quand j’étais en France. Maintenant, je suis vraiment content que j’ai appris plusieurs choses et je veux payer ma gratitude ainsi.Je ne sais pas beaucoup sur vos projets mais je vous prie de bien vouloir partager quelque chose au sujet de votre projet afin que je puisse également contribuer commeparticipant à la promotion du projet en Inde.

K. R. Bengalore, India

 

Petit tour du monde des BBQ

Les BBQ sont des modes de cuisson quasi-universel sans que l’on sache vraiment pourquoi, ou de dire tout simplement que ce sont des modes de cuisson historiques. La seule chose importante est que les aliments doivent être saisis par la chaleur, cela permet de conserver un maximum leur goût. Le support de la cuisson est varié, grilles horizontales ou verticales, tiges horizontales ou verticales, plaques, pierres, croix, … même si ce mode de cuisson est universel, les variantes sont multiples !

Afrique du Sud, braai

Les braai est une tradition importée par les boers et non pratiquée traditionnellement par les populations locales. Peu à peu, il a été accepté et donc les variantes sont multiples, présent partout, il ne fait pas partie de mythe ou d’habitude…

Allemagne, BBQ

La Thuringe mais aussi la Saxe sont des régions où se pratique ce que j’appelle le Barbecue de chasse. La viande, souvent un cerf, une biche ou des faisans, sont mis à tourner sur de grande broche. En Saxe, les restaurants de château en tire une clientèle régulière.

Argentine, el asado

C’est le plat argentin par définition, c’est même un rituel national en fin de semaine. Depuis 1556, la multiplication des vaches et des taureaux dans ce pays en fait le plat de base, il y aurait plus de 40 millions de ces bêtes en liberté. Attention, la variante argentine complète est à vous faire exploser l’estomac. Elle ne comporte rien d’autres que, empanadas, fiambres, embutidos, achuras, chinchulines, matambre, entrana, molleja, cuadril, asado de tira, bife, vacio, lomo, costilla de cerdo, pollo de corral, cordero, chivito, ensalada, pan que l’on accompagne de vin, de bière ou de yuyos comme boisson. Le repas se termine alors avec un maté. Tout un programme.

Australie, BBQ

Le BBQ est surtout pratiqué sur la côte pacifique comme un passe-temps populaire, partout ailleurs, c’est un plat de restaurant cuit dans un foyer ouvert. Il faut noter que ces barbecues sont régulièrement mixtes, donc des mélanges de viandes et de poissons. Il est dit que ce sont les meilleurs du monde, mais il suffit de le croire, la Nouvelle Zélande a aussi les mêmes pratiques.

Brésil, rodizio

Au Brésil, le rodizio est synonyme de nourriture, ce qui fait que c’est quasiment un plat national. La cuisson se fait le plus souvent sur des broches horizontales, c’est ce que signifie l’origine du mot, « tournant »

Caraïbes, barbacoa

Des Bahamas aux Etats-Unis en passant par Los Roque près du Venezuela, la cuisson au barbecue est le plat quotidien des îles des caraïbes. On y cuit de tout y compris des langoustes, donc la variété est grande. Le résultat est souvent associé à une sauce « jerk » qui parfois peut être très forte !

Chine, Kaoya

Le kaoya est donc la version chinoise du BBQ, et il est principalement composé de viande et d’oignon. Les chinois le pratique sans y ajouter du riz comme on aurait pu le croire. En revanche, il n’est pas rare à Shanghai ou à Hongkong d’être invité à un kaoya sur un balcon ! Ca change du fond de jardin à la française de faire un BBQ au 57 ème étage d’une tour…

Chili, barbacoa

Le barbacoa chilien est essentiellement à base de fruits de mer et de poissons ! J’avoue y trouver des limites.

Chypre, souvla

De cette ile provient un mode de cuisson particulier qui consiste à faire dégraisser dans le foyer des viandes grasses, avec une broche tournante. Le résultat est une viande croquante, presque déshydratée à mon goût et qui est alors servie avec des salades, du fromage de chèvre. Le pire de tout, c’est qu’ils arrosent le résultat d’huiles d’olive ! Les vins locaux s’accommodent bien avec ces plats…

Colombie, barbacoa

La version colombienne est très intéressante. Il suffit de s’écarter des grandes villes pour en tester deux variantes toutes deux fondées sur des cuissons sur des planches en aluminium. A première vue, cette première variante composée de viandes devient juteuse du fait de la conservation de la saveur sur la planche. La deuxième version est celle de poisson de rivière, j’ai goutté dans les environs de Medellin une truite cuite de cette façon servie avec une crème, du fromage en train de fondre et des fraises, et ceci, en buvant l’alcool local, l’aguardiente…un délice pour les papilles.

Corée, Bulgogi

Les Coréens aiment ce type de cuisson, mais le plus souvent, la cuisson se fait en brochette. La viande est cuite avec une sauce soja et de l’huile de sésame que l’on verse régulièrement ce qui lui donne une saveur particulière. L’ail est aussi souvent présent et contrairement à certains de leurs voisins (en particulier la Chine), le riz est toujours présent dans les Bulgogi.

Espagne, barbacoa

En Espagne, le BBQ a deux religions, mais c’est le plat numéro 1 dans ce pays. Originaire de la région de Ségovie, le BBQ se fait avec un cochon de lait (cochinillo), il existe des restaurants célèbres à Madrid, mais aussi la Meson del Candido à Ségovie, au ranchero de la Aldehuala ou encore prés de Vigo. La deuxième religion est catalane, là, le BBQ doit contenir du lapin. A LLoret del Mar, vous disposez de quelques restaurants de cette sorte, ils sont meilleurs qu’à Barcelone qui est devenue une ville cosmopolite. Je vous conseille de chercher ces lieux sur mon blog…

Etats-Unis, BBQ

Les indiens arawak le surnommait barbacua et ce serait l’origine du nom international, mais il est vrai que les américains s’attachent au peu d’histoire qu’ils possèdent ! Le barbecue actuel se fait le plus souvent de bœuf et de poulet. Il est devenu assez traditionnel dans les pique-niques du Kentucky, de la région de Minneapolis et au Texas. Dans cette dernière région, le « prime rib » au jus est le plat de choix.

Grèce et Turquie, gyros

Dans ces deux pays, la variante du barbecue est la cuisson sur une longue tige verticale soit de viandes déjà hachées, soit de viandes tranchées et empilées. Vous le connaissez tous car il s’est répandu partout dans le monde. Je viens même de voir un restaurant de ce type au Mexique qui avait pour nom Tacos arabe !

Inde

L’Inde n’a pas de nom spécifique au moins à que je sache ! L’Inde l’utilise dans sa cuisine traditionnelle comme base surtout avec du poulet. Vous pouvez trouver ce genre de BBQ dans les rues, et une saveur de curry est nécessaire pour faire local !

Mexique, barbacoa

Le barbecue est le mode de cuisson des cavaliers et des agriculteurs du XIX ième siècle, il est donc généralisé dans le pays. Mais ne vous trompez pas, les traditions reviennent vite, la cuisine de « carne en carbon » s’accompagne immédiatement des célèbres tacos de maïs. Ainsi, le plat généralisé est le « tacos de carne asada con salsas picantes, cebollines, guacamole y chiles », traduisons, des tacos de viande barbecue avec des sauces piquantes, des petits oignons, du guacamole et des piments ! Ca vous va comme menu ?

Royaume Uni, BBQ

Les anglais ont adopté le BBQ avait difficulté, c’est surement dû aux qualités culinaires de nos voisins. Le Yorkshire se distingue dans ce domaine en pratiquant le BBQ avec un « angus d’Aberdeen ». Rien de spécial donc !

Russie, Shashliki

Les russes le considère comme un plat de qualité, il est aussi un symbole de vérité, allez donc savoir pourquoi ! Il se pratique pour les fêtes à la maison, en pique-nique ou dans la datcha. Toutes les viandes sont possibles, mais aussi les poissons de rivières et dans certains cas les fruits de mer !

Un indien des plus parfait…. En Malaisie


Vansh est l’un de ces restaurants dans la fameuse galerie du Marriott. Contrairement à mes habitudes, je vous le conseille avant de décrire le menu, rien que le décor vaut le détour.

J’aime bien la cuisine indienne et j’étais avec une de mes collègues végétariennes, veggie comme on dit maintenant, d’où ce choix qui n’était pas vraiment le souhait de départ. Le choix a été délicat. Nous avons commencé par une entrée « d’onion bhajlas », ce sont des oignons frits mais pas en rondelles, plutôt multiformes. Après, il  a fallu choisir entre mary angar (à base de poulet), malmati sheekh (mouton), palak ghost (mouton), samundari toufan (fruits de mer), chutney mahl (poisson), des kebabs présentés sur un plateau,  ou enfin des tandooris lobster. Ma collègue végétarienne a opté pour un curry végétarien qui semblait être parfait à son goût. En dessert, un traditionnel kulfi est devenu le passage obligé…

Vansh, Galerie StarHill, 181 Jalan Bukit Bintang, 55100 Kuala Lumpur, Malaisie, Tel 03 21 42 6162n, www.vansh.com.sg

« E-governance » en Inde : un exemple dans la police

 

 

L’introduction de la « e-governance » répond à un objectif très opérationnel: avoir une administration de qualité, dans une société en développement.

A titre d’exemple, le Tamilnadu, état pionnier dans ce domaine, est intéressant. L’introduction des technologies les plus modernes a été précédée d’une politique d’informatisation fondée sur des centres nationaux, et leur connectivité. Ensuite, la conduite du changement a été approfondie par une action managériale : elle consistait par la mise en avant de l’idéal d’une « proactive bureaucratie ».

L’exemple étudié correspond au département de police, qui est l’un des plus vieux services d’Inde, puisqu’il remonte à environ 160 ans. Il convient également de préciser la forte présence de personnel féminin dans ces services, y compris dans les actions de commando. Le service se caractérise par l’existence d’un site web d’informations. Celui-ci a progressivement évolué : par exemple, les plaintes peuvent être déposées en ligne, mais également en envoyant des SMS. Ces dernières applications sont parues plus appropriées pour des choses simples comme les vols de voitures. En outre, les plaintes factices, par amusement, ont presque disparu du fait de la peur de la police mais également en raison de la communication engagée dans ce sens. Il existe néanmoins encore environ 10% de plaintes fausses ou farfelues, niveau qui semble difficile à réduire. De plus, le service a mis en place des lignes téléphoniques d’aide pour les femmes, les enfants ou les personnes âgées.

Enfin, le système de contrôle des véhicules est en ligne, ce qui permet de résoudre plus rapidement les affaires, mais ceci n’est pas aussi original que les outils précédents car beaucoup de force de police dispose déjà de tels outils. Quant aux policiers, ils sont également accès à des outils de formation par le web.

Globalement, les acteurs restent conservateurs, ce qui n’est pas spécifique. Les seuls vrais problèmes apparaissent du fait des hommes. Du côté des forces de police, les universitaires ont observé des craintes concernant l’expérimentation des changements, et des différences, dans les niveaux de participation et d’implication. Par contre, il faut prendre en compte, dans des pays comme l’Inde, les problèmes d’analphabétisme. Une expérience à méditer

Une question à notre ancien ministre de l’intérieur Sarkozy : à quand dans les forces de police françaises ?…

Conférence « e-governance and policing in Tamil Nadu, India », de TKS Thamizhchelvi du Meenakshi college for Women, Université de Madras, Inde dans le cadre de la conférence IBIMA qui a eu lieu du 30 juin au 2 juillet 2008 à Kuala Lumpur, Malaisie.

Connaissez-vous l’Ayurvéda ?


  


  

L’ayurvéda est une médecine traditionnelle venue d’Inde qui se distingue de notre approche allopathique européenne. Il s’agit en fait plutôt d’une recherche du « bien être », fondée sur une médecine préventive à base de plantes, de massages et de « thérapies du cerveau », que les acteurs européens de l’Ayurvéda définissent comme des thérapies spirituelles, mais qui n’ont pas vocation à remplacer la médicine « traditionnelle » occidentale.
 

Cette approche et ces méthodes sont pratiquées depuis longtemps dans leur pays d’origine, et se sont progressivement exportées dans d’autres pays, comme l’île Maurice, qui en fait la promotion auprès des VIP européens (principalement francophones et anglophones). J’ai testé ces soins pendant mes voyages dans cette île avec ravissement, sans pour autant avoir de preuve de leur efficacité.
 

Avec le retour à la « nature » des européens, des grandes firmes comme Clarins se sont intéressées à ces produits. Les acteurs locaux comme Himalaya Herbal Healhcare sont dans une position d’attente sur ce marché. Une « ferme de soin » a été ouverte dans le Morvan français (la ferme de Divali), tandis que le centre Tapovan, qui a ouvert ses portes à Paris en 1991, connaît un succès croissant, tant du point de vue de sa fréquentation que de sa médiatisation (1). Il existe même des logiciels de diagnostic, comme Ayusoft.
 

L’ayurvéda s’installe sur le marché mais quelles sont les raisons de cet attrait ?  L’article de Marie Aucouturier évoque des « publics friands d’expériences ». Dans les grands hôtels que je fréquente, trois types de produits ayurvédiques sont mis en avant : la préparation d’une journée de travail, la réduction de la « gueule de bois », et enfin une meilleure digestion des grands repas ! Quand Philippe Nasse rédige un rapport sur le stress au travail, je connais une solution ayurvédique….
 

(1) Article de Marie Aucouturier dans la rubrique « Tendances » du JDD, Journal du Dimanche du 23 mars 2008, page 21
 

Plus de 2000 essais nucléaires

Depuis les années 40, plus de 2000 essais atomiques ont été effectués.

Le classement est officieusement le suivant. Les Etats-Unis, en auraient effectué 1 032, la Russie 715, la France 210, la Chine et le Royaume-Uni 45, l’Inde et le Pakistan 6, les Coréens du Nord en seraient au premier essai. Les américains sont en tête, les français ont réduit leurs nombres d’essai par un recours à la simulation et à des techniques connexes, comme les lasers mégajoules.

Pour l’instant, les Etats-Unis sont le seul pays à avoir utilisé la bombe contre un pays ennemi, le Japon, dans des circonstances que nous connaissons tous. Il est vrai que l’on a appelé cette approche la dissuasion, mais pour combien de temps ?

Le clan nucléaire dans le monde

Selon les termes du traité de non-prolifération (TNP) de 1968, les cinq puissances nucléaires officielles : Chine, Etats-Unis, Russie, France et Royaume-Uni, sont les seuls pays autorisés légalement à détenir l’arme nucléaire. Ceci forme les cinq officiels.

L’Inde et le Pakistan possèdent également officiellement l’arme atomique,ils n’ont pas souscrit au traité. Israël ne l’a jamais reconnu, posséderait une centaine d’ogives nucléaires. La Corée du Nord a procédé officiellement à des essais. Ceci porte le clan à neuf, ce que l’on pourrait qualifié de sûr.

L’Iran affirme avoir maîtrisé l’enrichissement de l’uranium. Il avait été aidé par la France dans le cadre du nucléaire civil du temps de Shah d’Iran. La Syrie, l’Egypte, le Nigeria et Taïwan sont soupçonnés d’activités nucléaires militaires, tous disposent de spécialistes de ce domaine.

La disparition des éléphants

La lutte pour la protection de cette espèce menacée est ancienne. Une Société des amis de l’éléphant a été crée à Paris en 1905, Déjà, elle voulait protéger une espèce menacée par les trafiquants d’ivoire. L’inquiétude portait alors sur l’éléphant d’Afrique (Loxodonta Africa). En revanche, l’éléphant d’Asie (Elephas Maximus) était moins concerné. A cette époque, celui d’Asie est plus gros, moins facilement domesticable, et surtout doté de défenses plus grandes.

Actuellement, l’éléphant d’Afrique serait hors d’affaire. Environ 600000 individus vivent dans des grands parcs et réserves naturelles du continent africains. Ils ont survécu grâce au tourisme. Les pays du Sud de l’Afrique ont fait de grands efforts dans ce domaine.

L’éléphant d’Asie est dans une situation plus critique. Seulement 30 000 et 45 000 animaux vivraient dans les pays du continent, (entre l’Inde à la Chine en passant par le Laos, la Birmanie ou la Thaïlande). La pression démographique, l’urbanisation et la déforestation réduisent leur espace et les poussent à s’affronter aux villages restant. De plus, ils sont devenus inutiles face aux tracteurs, engins et autres bulldozers.

L’éléphant, un des amis de l’homme

Si certains peuples ont essayé de domestiquer le cheval, d’autres se sont intéressés à l’éléphant. Ces deux animaux ont servi à améliorer la productivité de l’agriculture. L’animal a été domestiqué depuis plus de cinq mille ans. Puis, il a été associé à toutes les activités humaines. Léonard de Vinci voyait le pachyderme comme doté d’à peu près toutes les qualités qui faisait défaut à l’homme. Avant la machine, la civilisation avait été bâtie pendant cinq mille ans durant autour de l’improbable alliance entre l’homme et des grands mammifères. La domestication de l’éléphant est attestée en 3 500 avant notre ère. La question est de savoir si,ils ont pratiquement disparu de la surface du globe.

Pour comprendre le massacre de ces éléphants tant vénérés, il faut lire le lire le livre « le Tombeau de l’éléphant d’Asie » de Gérard Busquet et Jean-Marie Javron. Ce livre est considéré comme le seul outil qui puisse répondre au questionnement sur ce pachyderme, une sorte « d’encyclopédie de tout ce qu’on a toujours voulu savoir sur le pachyderme, sans avoir jamais su à qui le demander». Il parle d’une hypothèse claire. L’éléphant est condamné à disparaître à brève échéance, c’est assurément le cas de celui d’Asie (Elephas Maximus).

L’éléphant est un animal mythique par excellence, et c’est pour cela que les peuples de l’Inde et de sa région célèbrent Ganesh. Depuis très longtemps, il a suscité l’intérêt et la curiosité des voyageurs. Le dieu est raconté par des «jatakas», un sorte de texte sur les vies du Bouddha.

L’origine de la mythologie du cimetière des éléphants est liée à une ignorance à peu près totale dans laquelle on est longtemps resté, y compris des scientifiques. L’animal est nourri par une éléphantesque mythologie, où sa sexualité est mystérieuse malgré qu’il ne soit pas un grand séducteur. La légende du «cimetière des éléphants» est d’origine cinghalaise. Elle est parvenue en Europe avec les aventures de Sinbad dans les Mille et Une Nuits. Les éléphants sont la base de nombreuse bandes dessinées : Babar, Tootie et Jumbo. Tarzan a été construit avec beaucoup d’éléphants, ce serait du au fait que Rudyard Kipling est né à Bombay en 1865.

Bibliographie

Armandi Le Chevalier P., Histoire des Éléphants dans les guerres et les fêtes des peuples anciens jusqu’à l’introduction des armes à feu, Eugène Ardant et Cie, éditeurs à Limoges, s. d. 1843

Busquet Gérard et Javron Jean-Marie, Tombeau de l’éléphant d’Asie, avec une préface de Marcel Cohen, Chandeigne éditions, 350 pages, ISBN : 2-906462-83-7, 2002

Denis-Huot Christine et Michel, L’Art d’être éléphant, Gründ, 2003

Gröning Karl, sous la direction de, L’Éléphant, mythes et réalités, Könemann, 1998.

Hall Tarquin, Vers le cimetière des éléphants, Éditions de Fallois, 2002.