Archives pour la catégorie Restos du Monde

Pour connaître les restaurants du monde à visiter absolument …

Le Café Basile

Le Café Basile à Paris fait partie de ces cafés qui ont gardé un décor sympathique, un peu à l’instar des bistrots new-yorkais. Le menu comporte une belle variété de Burgers et de salades que je n’ai en l’occurrence pas testés. J’ai opté pour un Tartatre little Italy qui était bien servi. Il s’agissait d’un steak tartare malheureusement préparé à l’avance et haché top finement à mon goût. Pour le dessert, le cheesecake de forme arrondie était un peu surprenant, mais d’un goût agréable.

 

Un lieu dans lequel il ne faut pas hésiter à faire une station quand vous passez par là.

 

Café  Basile, 2 Boulevard pasteur, 75015 Paris

Julia n’est pas accrochée à la potence

L’ynsolence fait partie de ces restaurants qui vous proposent une cuisine de potence. C’est assez original pour vous le signaler. Pour le décor, le restaurant est presque une boutique d’antiquaire et vous pouvez manger assis dans une baignoire. Un cheminée sert de décor et donne une impression chaleureuse.

 

Une potence est un ustensile avec beaucoup de clous sur lesquels on accroche de la viande ou du poisson que l’on fait ensuite flamber en présence du client. Julia la patronne, maîtrise parfaitement l’opération. J’ai opté pour une potence à la viande qui était parfaite et assortie de champignons et de poivron. La sauce dégagée par la flambée nappait les frites tout en leur donnant un goût agréable. Pour le reste de la carte, il y avait une spécialité servie dans des coquilles de crabe vidées qui paraissait sympathique, mais je ne l’ai pas testée.

 

Le choix des vins est excellent. J’ai opté pour un rouge local, mais il y également des vins plus classiques. C’est un endroit que je vous conseille vraiment si vous passez par Grenoble. Par ailleurs, le lieu n’est pas très éloigné de la gare, ce qui est un atout !

 

L’ynsolence, Café brasserie, restaurant, 36 Avenue Alsace-Lorraine, 38000 Grenoble, tél 09 53 36 54 29, site web : http://lynsolence-genoble.com, email : lynsolence-grenoble@free.fr

Musée ou restaurant ?

La famille Font n’est plus aux commandes, mais le décor n’a pas changé. Il est des jours où l’on se rend aux Templiers pour manger ou bien pour visiter le musée. Personnellement, j’y vais toujours pour les deux ! Pour ceux qui ne connaissaient pas le lieu, la famille Font a accumulé des œuvres appartenant à des artistes de passage à Collioure. L’endroit est vraiment rempli de tableaux, de sculptures et d’assiettes faites par Picasso. Je ne vais pas vous décrire le contenu du « musée », mais il y en a qui viennent là juste pour boire un « canon » de rouge local et en prendre plein la vue ! Il y a aussi la gent locale qui passe avec le chien de chasse, boit un « jaune », puis sort par l’autre porte avant de revenir quelques minutes plus tard pour commander à nouveau le breuvage anisé… Il y a aussi ceux qui, par exemple, tentent d’apprendre le catalan à des touristes allemands. Le lieu comme vous l’avez compris est également un théâtre permanent.

 

Côté repas, ce sont des jeunes, ex-employés de la famille qui sont maintenant aux commandes. Le menu a évolué favorablement dans le temps. L’assiette fromage Machego et jambon cru en entrée est à conseiller ainsi que celle de Collioure aux anchois. La production locale de cette salaison se marie bien avec les poivrons préparés de façon excellente. La paella est souvent le plat de référence, elle est toujours bien garnie et de saveur agréable. Préférez un poisson Pauline, une dorade si les pêcheurs en ont ramené la veille ou le matin même. Le dessert est nécessairement un Turrón, encore une spécialité locale qui s’impose !

 

Nous avons voulu faire un repas au Champagne, mais cela a été un peu compliqué. L’efficacité des nouveaux patrons et leurs voisins ont permis d’atteindre cet objectif. Certes, nous avions choisi de nous y rendre hors saison, mais c’est le meilleur moment pour y aller.  C’est vraiment un lieu que je vous conseille…

 

Les templiers, 12 Quai de l’Amirauté  66190 Collioure, tél : 04 68 98 31 10, fax : 04 68 56 93 71, site web : http://www.hotel-templiers.com/, email : contact@hotel-templiers.com

Hoki Sushi ou le 5 fois 5

Je ne me fatigue pas souvent à écrire un blog sur un des ces restaurants japonais tenus par la communauté asiatique parisienne. Les tenanciers ne sont pas nécessairement d’origine japonaise.

 

Si je parle de celui-ci en particulier, c’est du fait de sa spécificité qui est  la formule « illimitée », certes pas tout à fait illimitée. On vous donne une liste de plats, vous en cochez cinq ; on vous sert, vous mangez, et ainsi de suite à 5 reprises. En général, même les gros mangeurs n’accèdent pas au cinquième tour !

 

De plus, la formule « 5 tours, 5 plats » est à un prix très raisonnable, ce qui m’amène à vous conseiller cet endroit.

 

Hoki Sushi, 117 Boulevard Murat, 75016 Paris, tél 01 46 51 72 99

La tour des souhaits, un souhait de réduction des prix

Ce restaurant chinois implanté près de la gare de Lyon est de bonne qualité. J’ai pris des nems un peu décevants, mais le bœuf Saté servi sur une plaque chaude était excellent. Les nouilles aux légumes étaient bien cuisinées. Je n’ai pas pu résister, j’ai terminé mon repas par un coco givré.

 

Juste une limite notable, ce restaurant est devenu trop cher ! Donc, vous vous y rendez si vous avez la nostalgie des anciens restaurants chinois, mais attention au prix…

 

La tour des souhaits, 7 rue de Lyon, 75012 Paris, Tél : 01 43 43 27 26

Un petit restaurant en France : au « Tadorne »

Si vous ne connaissez pas le « Tadorne », il vous manque quelque chose … Le Tadorne

 

Le Tadorne  est une espèce d’oiseau, souvent appelé gros-canard car sa morphologie et le son qu’il émet sont quasiment identiques. Il présente également certaines caractéristiques classiques communes avec les oies quant à leur différence de forme en fonction de leur sexe (ce que les scientifiques appellent faible dimorphisme sexuel) ; par ailleurs on retrouve la participation du mâle au travail du couple (soin de la couvée par exemple).

 

Je ne sais pas si c’est cela qui a été déterminant pour le choix du nom du restaurant, mais c’est à cet endroit que nous nous sommes arrêtés lors d’un parcours entre Troyes et Saint-Dizier. Force est seulement de constater que le canard était présent au menu !

 

Certes nous avons opté pour le menu le moins cher, mais la qualité était au rendez-vous. Nous avons hésité ! Le hareng chaud était épuisé mais le feuilleté au saumon était parfait et la terrine de canard dépassait quant à elle nos espérances. Le filet de perche était servi sur un lit de carottes et la pintade parfaitement cuite. Ces deux plats étaient accompagnés de trois légumes : un gratin de pommes de terre, des carottes à la tomate et des épinards en branche à la crème. Le plateau de fromages donnait envie, il était varié et comportait des fromages traditionnels ainsi que des spécialités plus locales comme le Chaource ou bien encore du Munster. Pour le dessert, j’ai eu du mal à me décider entre une poire au vin et de la crème caramel maison !

 

Le Chemin des pèlerins, un vin de Saint-Mont, célèbre lieu du Gers qui élève du vin à base de cépage Tannat, était bien associé au plat choisi. Les sites de vins le donnent comme un choix idéal avec un plat de canard !

 

La salle de restaurant est magnifique. Le vert anis des murs et la mise en valeur des colombages de cette vieille demeure s’harmonisent parfaitement avec le mauve des nappes. Le service du jour de notre passage a été parfait. Les plats sont amenés chauds et sous cloche. L’endroit est également un hôtel avec tout le confort y compris sauna  et piscine… Nous n’avons en revanche pas testé.

 

C’est vraiment un restaurant que je vous conseille !

 

Le Tadorne, 1 Place de la Halle, 10220 Piney, tél : 03 25 46 30 35, fax : 03 25 46 36 49, email : le.tadorne@wanadoo.fr, site web : http://www.le-tadorne.com

Une brasserie fort sympathique à Lorient

Si vous passez par Lorient, il suffit par commencer à suivre la vallée artificielle perpendiculaire au Scorrf et au Blavet, qui est le port historique de Lorient. Le cours de la Bove donne sur le quai des Indes, tout un projet de voyage ! La brasserie l’Avenue est située sur une rue perpendiculaire. Côté décor, elle reprend le style des brasseries parisiennes, et même son affiche est celle d’une terrasse d’un établissement de la capitale.

 

Côté repas, le menu est aussi à la hauteur. Cassolette de coquilles Saint-Jacques en entrée, chaude et de bonne texture qui permet de commencer le repas en douceur. La « souris d’agneau » avec une sauce aux amandes et raisins secs était parfaite. Elle était servie avec une purée qui semblait faite maison ! Ajoutez à cela  un dessert fromage blanc aux fruits rouges ou une crème brûlée, voilà un repas idéal !

 

La brasserie propose une eau Ferrarelle, bouteilles d’eau qui restent encore rares en France, où Badoit est la seule offre d’eau pétillante quand San Pellegrino est absente ou vice versad

!  Si vous faites un petit crochet restauration pendant un trajet entre Brest et Nantes, je vous conseille cette  brasserie dont le service rapide est également un atout.

 

L’avenue, 7 cours de la Bove, 56100 Lorient, tél : 02 97 64 15 72

Une déception dans une brasserie rennaise…

J’ai voulu dîner dans une brasserie rennaise qui affichait des publicités sur les bières et les produits locaux.  Je désirais boire une bière locale de marque La licorne. J’avais choisi la « brune », mais j’ai dû me rabattre sur la « blonde » car la première  n’était plus disponible. J’ai pris une choucroute « pleine mer », la choucroute dite de la mer me semblant « artificielle » telle qu’elle était présentée sur la table de mon voisin. Tout d’abord, elle était servie sans réchauffe-plat, donc dans une assiette. Les produits étaient de qualité moyenne, les filets de Saint-Pierre, les deux coquilles Saint-Jacques, la crevette et la langoustine semblaient arriver  tout droit d’un congélateur. De plus, les deux filets de haddock étaient sans saveur. Heureusement que la choucroute était de bonne qualité.

En dessert, la coupe de la vallée de la Loire était composée de glace à la poire et d’un alcool de poire. Assez classique ! J’avais demandé un verre de Chouchen mais je n’ai jamais pu l’obtenir.

Fait intéressant, l’écailler ne se trouve n’est pas dehors, mais dans un grand bocal de verre au centre de la salle. Dans ce décor assez banal, l’addition était assez salée pour une ville de province.

Le relais d’Alsace, Taverne Karlsbrau, 2 rue de l’Alma, 35000 Rennes, tél : 02 99 30 26 00, fax : 02 99 65 56 28, email : inforennes@lesrelaisdalsace.com, site web : http://www.relaisdalsace-rennes.com

 

À La Rochelle, s’éloigner du port pour manger mieux

Prenez une petite rue depuis le port, vous arriverez dans une ruelle sympathique dans laquelle plusieurs restaurants vous accueillent. Nous avons opté pour le Bistrot d’la chaîne, le premier restaurant que nous avions choisi nous ayant refusé sa table ! Nous sommes arrivés trop tard paraît-il, mais en fait, le restaurateur attendait un groupe. Mal vu !

 

Nous avons commencé par un foie gras de canard servi sur un lit de lentilles avec des feuilles de bacon grillé. Pour l’un d’entre nous, c’était le magret de canard qui était succulent. Il était servi avec une sauce aux amandes. Pour l’autre, c’était la côte de veau associée avec de la purée, des petits pois et un petit bol de sauce. Présentation et goût parfaits ! Pour la fin du repas nous avons choisi de consommer un petit camembert cuit sur un lit de salade

 

Quelques peintures ornaient les murs avec des titres originaux. Par exemple, la mention « Les thons thons flingueurs » était écrite sur une toile présentant des thons. Sur une autre dont le thème était des sardines , était affiché « Les arts dînent grillés »…

 

Fait de plus en plus rare, on nous a servi une bouteille de Badoit en verre à l’ancienne, qui semble ne pas avoir le même goût que celle que l’on achète en supermarché. Nous avons goûté un vin local, un Mareuil fiefs vendéens.

 

Bistrot d’la chaîne, 16, Rue de la chaîne, 17000 La Rochelle, Tél 05 46 34 96 49

Le Flo Aurillac, une bonne table et un chef d’œuvre en bois

Nous nous sommes arrêtés au « Flo » d’Aurillac  qui se situe en fait dans l’Hôtel Saint-Pierre. Je vous conseille ce lieu magnifique pour ses boiseries sur le thème de la chasse. Elles dateraient de 1898 ! Vous y verrez des scènes d’animaux et des dieux sculptés. Rien que le décor est une raison d’y aller se restaurer.

 

Le repas est aussi excellent. Coupe de champagne Mumm, une gentiane Couderc à apéritif permet de se positionner dans « la classe du champ »  ou l’apéritif local. Nous avons opté pour une eau de San Pelegrino. Continuer par un foie gras aux figues ou un tartare de thon nous paraissait de bon sens. Tant pis, le magret de canard s’imposait, servi sur des galettes, il était parfait. Le Baba au Rhum devient la règle au dessert à moins que vous préfériez un café gourmand bien servi.

 

Le vin Marcillac 2011 vigneron du vallon était certes un peu jeune, mais s’associait bien avec les plats.

 

Brasserie Flo, 16 Cours Monthyon, 15000, Aurillac, France, Tél : 04 71 48 37 50, mail : info@brasserie-flo.fr, site web : http://www.flobrasseries.com

 

Marcillac, Cépage oublié, Vigneron du Vallon, 2011, 12230 Valady