Archives pour la catégorie Religion et arts religieux

Ce samedi, c’est Mouled à Tunis

Ce samedi, 4 février 2012, c’est Mouled à Tunis

Le Mouled est chez le musulman l’anniversaire de l’élu d’Allah. C’est un peu comme la fête de Noël chez les catholiques, mais il faut passer du calendrier solaire au calendrier lunaire pour en connaître le jour.  En 2012 en Tunisie, le Mouled était le 4 février.

À cette occasion, les tunisiens mangent des aasidas qui ce sont des gâteaux faits de semoule et de farine. Une variante de l’aasida est le zgougou confectionné avec de la farine de graines de pin d’Alep, de la crème et des fruits secs, principalement des pistaches, des noisettes et des amandes.

Petite histoire a 700 000 euros

La ville de Barcelone a annoncé quelques chiffres sur la visite du pape Benoit XVI, les mesures de sécurité et les déplacements ont couté 670000 euros, mais devrait générer un impact économique de 29,8 millions d’euros. Si l’hébergement de la suite du pape coutait environ 50000 euros, le chiffre de l’impact économique provient surtout des 25,2 millions d’euros qui sont le fruit des dépenses de logement, restauration, transports et achats divers des personnes présentent. Le bénéfice net serait de 4,6 millions d’euros selon la ville. Je me permets de vous rappeler que 700000 euros, c’était le coût de la garden party du 14 juillet de l’Elysée  suspendue par Nicolas Sarkozy cette année. Ces sommes dépensées en une journée sont équivalentes au coût d’une année terminale d’une école d’ingénieur d’excellence, mais combien rapporte une telle formation, je pense beaucoup plus !

L’or des chamanes

Les chamanes sortent de prêtres des populations autochtones recevaient des dons en or. Tout était bon pour évoquer la superstition des dieux, et même de véritables lacs naturels étaient la source de croyance.

Au musée de l’or, on découvre des flûtes, des maracas, des sifflets, ils émettaient des sons qui étaient censés représenter des animaux, les ancêtres ou les créateurs du monde. Les chamanes utilisaient les plantes pour leurs effets hallucinogènes. Ils utilisaient l’anadenanthera qu’ils inhalaient en petite quantité, mais ils usaient aussi de la coca (enthroxilium novognatense), du tabac, du yagé et yojo. Leurs activités contribuaient à faire ressortir la vérité et conduisaient à des sacrifices humains.

Le musée explique qu’il y avait des formations de chamane, et il a été retrouvé des signes des différents niveaux et de ce que l’on pourrait appeler des aspirants.

Source : Museo del Oro, Carrera 6, 15-88, Bogota, Colombie, Tel 571 343 2222, fax : 571 284 74 50, sites web : http://www.banrep.gov.co/museo, email wmuseo@banrep.gov.co

Le musée national de Rome, un intéressant bric à brac

La visite du Musée national commence par l’ascension d’une pente à l’intérieur de la forteresse. En haut, une vue sur la cité vaticane sera le point focal de la merveilleuse vue sur la ville.

 

En ce qui concerne l’intérieur de ce musée, imaginez un vaste bric à brac. Des vases étrusques et des céramiques côtoient un tableau de Renoir (1841-1919). Des armes de guerre (bombardes et canons) sont posées à coté d’un ostensoir. Un tableau de Paul Cézanne (1839-1906) est à deux pas d’une histoire des carabiniers italiens.

 

Bon… malgré ça, je vous en conseille la visite !

Mot doux pour dire « avoir une aventure »

Les mots doux pour dire « avoir une aventure » varient selon les pays.

 


Pour les Anglais

 

Jouer sur un autre terrain

 

Aux Etats-Unis

 

Avoir quelqu’un sous le coude

 

Pour les Hollandais

 

Expédition qui mène bizarre et consiste à pincer le chat dans le noir

 

En Irlande

 

Faire hors-jeu

 

En Israël

 

Manger à la table d’à côté

 

Au Japon

 

Prendre la tangente

 

En Russie

 

Tourner à gauche

 

Au Sénégal

 

Avoir un second bureau

 

Source : L’express, n 3020, semaine du 21 au 27 mai 2009

La cathédrale de Xalapa

La cathédrale de Xalapa est totalement dédiée à son Saint, Rafael Guizar y Valencia qui vécu de 1878 à 1938. Il serait à l’origine de nombreux miracles et a été béatifié par le Vatican en octobre 2006 par Benoît XVI. Un musée lui est consacré dans un bâtiment qui jouxte la cathédrale. Je vous conseille de le visiter !

Cet évêque présente la caractéristique d’être beaucoup parti à l’étranger, car à cette période, l’Etat mexicain cherchait à récupérer les biens de l’église qui possédait 95% des terres du pays ! Le musée arbore donc les différents laissers-passers que l’évêque à utiliser pour se rendre à l’étranger…

L’intérêt des vierges noires ou Tonantzin

Quand les espagnols et parfois d’autres peuples comme les français ont voulu christianisé l’Amérique latine, ils se sont heurtés aux problèmes de la couleur de la peau. Pour faciliter l’adhésion des populations locales au christianisme, ils ont créé des vierges noires ou encore vierge de guadelupe, qu’ils désignèrent sous le nom local de Tonantzin. Ainsi, la vierge avait la même couleur de peau et cela favorisait l’adhésion à la religion.

Le rituel du jeu de pelote chez les olmèques

Les olmèques jouaient à la pelote et les archéologues disposent de nombreux « codices » et objets pour en comprendre les règles et le fonctionnement. Les joueurs se mettaient une ceinture de pierre qui est relativement lourde, j’ai testé et je peux l’attester. La balle devait être propulsée par cette ceinture de pierre.

Les archéologues ont trouvé des champs de pelotes qui correspondent à la description à El Tapin, Tula, Xochicalco et Chichenitza.

Le point le plus intéressant dans ce jeu de pelote est le suivant : les gagnants sont sacrifiés sur l’hôtel des dieux. Comme les documents l’attestent, il s’agit d’éliminer les plus forts qui pourraient avoir des attitudes guerrières par la suite ! Autrement dit, c’est un système pour conserver la paix…

Source : Museo de Anthropologia de Xalapa, Max, Xalapa, Veracruz, Mexique

Le livre d’Esther


Le livre d’Esther dont je vais vous parler est présent au Musée du Quai Branly, il provient de Fès (Maroc). Sa forme particulière en fait une œuvre à admirer… Je vous conseille donc de vous arrêter devant lui si vous allez dans ce musée.

La caractéristique de ce livre est qu’il s’agit d’une bible hébraïque ou Tanakh. Ce qui fait son originalité, c’est qu’il ne fait jamais référence à Dieu ! Il est sorti pour la fête du Pourim. Il est aussi repris parmi les Livres historiques de l’Ancien Testament. Dans la tradition juive, il se présente sous la forme d’un rouleau de parchemin (Meguilat Esther).

La rédaction du livre d’Esther est traditionnellement attribuée à Esdras. Il s’agit de l’auteur présumé des textes de loi qui auraient donné une cohésion religieuse et nationale à la communauté juive de Jérusalem.