Archives pour la catégorie Société de la connaissance

D’Hippocrate à e-ppocr@te, les systèmes d’information en santé et l’éthique … un nouvel ouvrage

ISTE Editions vous annonce la parution d’un nouvel ouvrage sous la direction de Bruno Salgues dans la collection Systèmes d’information, web et informatique ubiquitaire dirigée par Jean-Charles Pomerol

Les systèmes d’information en santé et l’éthique
d’Hippocrate à e-ppocr@te


Jérôme BérangerEconomiste et gestionnaire de santé, Jérôme Béranger est consultant sénior et chercheur associé (PhD) pour la société Keosys. Ses recherches portent sur l’éthique et la sociologie des systèmes d’information destinés à l’e-santé, les m-health et les Big data.
Le livre est disponible en ebook au prix de 9,90 euros (prix réservé aux particuliers).
Le livre est disponible en  version papier au prix de 69 euros.
La numérisation exponentielle des données médicales a entraîné une transformation de l’exercice de la médecine. Cette évolution soulève notamment une nouvelle complexité des problèmes entourant les NTIC en santé. Le bon usage de ces outils de communication – la télémédecine, l’e-santé, les m-health, les Big data médicaux – doit permettre d’améliorer la qualité du suivi et de la prise en charge des patients pour un système d’information à « visage humain ».Face à ces enjeux, Les systèmes d’information en santé et l’éthique analyse sous un angle déontologique la relation médecin-patient, le partage, la transmission et le stockage de l’information médicale, établissant les repères d’une éthique propre à la numérisation de l’information médicale. S’appuyant sur des recommandations de bonnes pratiques étroitement associées à des valeurs, cette modélisation développe des outils de réflexion et présente les clés pour comprendre les enjeux décisionnels qui tiennent compte à la fois des contraintes technologiques et du caractère complexe de la réalité humaine en médecine.
Sommaire1. L’émergence de l’information médicale face aux enjeux de l’éthique personnelle et sociétale
2. La communication dans la relation médecin-patient orientée autour de la décision médicale
3. Le traitement de l’information médicale dans le droit
4. La modélisation éthique : de la conception à l’utilisation du système d’information
5. Les applications de ce modèle éthique
6. Les changements environnementaux indispensables entourant les SI en santé
7. L’organisation des SI tournée vers l’éthique et la connaissance médicale partagée
8. Une médecine personnalisée orientée vers l’éthique418 pages – Mars 2015
Ouvrage papier – broché
ISBN 978-1-78405-070-2

 

Pour acheter l’ouvrage : http://iste-editions.fr/products/les-systemes-d-information-en-sante-et-l-ethique

Pour acheter et consulter d’autres ouvrages écrits ou dirigés par Bruno Salgues: http://salgues.sopixi.fr/

Pour toute information complémentaire, merci de nous contacter à info@iste-editions.fr

Retrouvez toutes nos publications sur le site http://iste-editions.fr/

Mon interview sur Sud Radio

Dans la matinale de Sud Radio de 6h45 ce matin ….

Après l’annonce des suppressions d’emplois chez Bouygues…

logosudradio

mp3-214790-Le-6-9-Info-Bruno-Salgues-marketing-des-ojets-technologiques-et-des-services-numeriques-

Cliquez sur le lien mp3 pour m’écouter

Avec la complicité de Sud Radio : http://www.sudradio.fr

 

24 heures : Le progrés c’est nous …..

Fondapol, la fondation pour l’innovation politique, organisait le samedi 16 novembre à la mutualité française « 24 heures non stop ». Le thème global était « Le progrès, c’est nous ». Un des thèmes de cette journée était « 100 ans de santé sûre ».

 

Nicolas Bouzou, économiste, nous propose de soigner mieux et pour moins cher. Il nous propose surtout ses services via sa société Asteres.  La proposition du cabinet dans le domaine de la santé est résumée sur son site web par le schéma ci-dessous :

fondapol2013-1

 

Figure 1 : Proposition dans la santé du cabinet Asteres, source cabinet Asteres

Laurent Alexandre, l’un des deux créateurs du célèbre site Doctissimo, se lance dans un nouveau challenge avec d’une part le thème suivant : « La mort de la mort » qui fait référence au titre d’un ouvrage qu’il a publié en 2011. Il prône par ailleurs  la création de la société DNAvision dont l’objectif est de permettre à l’homme de vivre 1 000 ans !

 

Le coup de gueule de Yann Aubé, de la société Celtipharm est quant à lui beaucoup plus intéressant. Yann Aubé veut pouvoir utiliser les données médicales contenues dans les fichiers des caisses d’Assurances maladies. Malgré l’initiative « Open Data », ces données ne sont toujours pas accessibles. L’utilisation de ces données de santé pourrait réduire le nombre des 18 000 morts par an, décès sont liés à des erreurs médicales, des maladies nosocomiales, … Cela permettrait par ailleurs  d’économiser plus de 10 milliards d’euros, ce qui serait en soi positif eu égard à la situation actuelle des finances de la Sécurité sociale.

 

Étienne-Emile Baulieu s’intéresse dans son institut à la maladie d’Alzheimer. Ses travaux portent sur les hormones stéroïdes et leur impact sur la maladie. Le professeur avait montré l’importance du DHEA sur la qualité de la vie des personnes âgées. Parmi ces études, l’une d’entre elles concernant 280 personnes malades ayant entre 60 et 80 ans, traitées par 50 mg de DHEA par jour pendant une durée de un an et plus, a démontré une triple amélioration quant à : la qualité de la peau, de la libido et de la densité osseuse chez la femme ménopausée. La prégnénolone est le précurseur des hormones stéroïdiennes. Cette molécule donne naissance à toutes les autres hormones stéroïdes, tels que le cortisol, l’œstradiol, la progestérone, la testostérone mais aussi le DHEA. La prégnénolone est transformée de façon assez mal connue par le biais de réactions chimiques enzymatique (ce qui reste encore une hypothèse) afin de donner ces dérivés hormonaux. Son niveau dans le corps humain est le plus élevé entre 16 et 17 ans, puis son taux chute fortement pour atteindre son niveau le plus bas vers l’âge de 37 ans. Dans la conférence du Professeur Baulieu, elle apparaît comme une hormone clé dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

 

La Faculté de Médecine de l’Université Stanford a publié une étude intéressante dans le Journal of Neuroscience daté du 13 juin 2012. Chez les femmes porteuses d’une variante génétique dite ApoE4, le cerveau montre des changements caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, changements visibles avant même qu’un premier  symptôme ne se manifeste. De plus,  les hommes et les femmes qui héritent de deux copies de cette variante génétique (une en provenance de chacun des deux parents) courent un risque très élevé pour ce qui est de contracter la maladie d’Alzheimer. La double possession concerne 2 % environ de la population, et 15 % des personnes sont porteuses d’une seule copie du gène ApoE4. L’étude montre l’existence d’une distinction entre hommes et femmes plus âgés en bonne santé porteurs de ce gène. Dans ce groupe, les femmes et non les hommes, montrent des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Cependant, pour trois femmes qui seront atteintes, on ne comptera que deux hommes.

 

À ce stade, nombreux médicament comme les statines sont utilisés pour lutter contre le cholesterol. Ces molécules ont pour effet de diminuer la synthèse de prégnénolone. Ne seraient-elles pas à l’origine de l’augmentation des cas de maladie d’Alzheimer ? Ces résultats, dont les premiers sont assez anciens, ne sont pas négligeables en termes de qualité de vie pour les personnes âgées (peut-être notamment pour ce qui est de la femme de plus de 70 ans).

 

fondapol2013-2

Figure 2 : Modèle de la recherche en médecine (on centre ou pas le titre comme plus haut ou pas ?)

 

 

Le diabète est l’une des ces maladies chroniques que nous propose de traiter Séverine Sigrist. Directrice du Centre européen d’étude sur le diabète, elle a fondé la start-up Defymed avec l’ambition de créer un pancréas bio-artificiel. Un beau projet en perspective !

 

La mutuelle Matmut nous propose d’entreprendre autrement et selon deux axes : mettre en place des solutions à l’efficacité démontrée, et par ailleurs servir les hommes. Cette approche a été présentée par Arnaud Chneiweiss.

 

Dans le premier cas, il explique l’exemple des centres de santé Matmut dont l’efficacité est construite sur une idée simple. Il s’agit de construire une chaîne de production de soin la plus intégrée possible. Cette intégration est valable dans la chaîne de prélèvement pour l’analyse biologique, aussi bien que dans les applications informatiques. Pour les médecins recevant les patients, s’ils ont à faire face à des cas difficiles, une « hotline d’expertise » est à leur disposition.

 

Pour servir les sociétaires, a été imaginé un produit mutualiste simple qui permet trois consultations par an sans qu’il ne reste quoi que ce soit à la charge de ce dernier. Cela permet de servir des populations socialement ou financièrement peu favorisées.

 

Watchfrog est le nom de la start-up fondée par Barbara Demeneix, Professeur au Muséum d’Histoire Naturelle. Cette start-up part de la récession du crétinisme dans notre civilisation, récession liée à un constat assez ancien et elle s’insurge contre le phénomène des perturbateurs hormonaux.  Sans un minimum d’hormones thyroïdiennes au bon moment, le têtard de grenouille reste une larve et le bébé humain se retrouve atteint de crétinisme. Ce phénomène de crétinisme étant désormais bien connu, les enfants sont testés dès la naissance et sont traités en conséquence.

 

Un problème nouveau vient de ce que l’on nomme un « perturbateur endocrinien ». Les molécules thyroïdiennes ressemblent à celle des plastifiants, des pesticides, de certains retardants. Elles concernent environ 84 000 produits  de base couramment utilisés. À ce ceci, s’ajoute le manque d’iode dans notre alimentation actuelle.

 

La communauté ne craint-elle pas ce phénomène de crétinisme ? Telle est la question posée par Barbara Demeneix sur ce sujet, sujet qui reste en soi complexe. Un premier travail avait été couronné de succès en 2001 avec la mise au point d’une méthode de fluorescence qui a été largement améliorée dès 2006, puis plébiscitée le 7 février  2013 dans un article de Scientific American. Actuellement 1 enfant sur 6 serait contaminé, ceci étant dû en grande partie au phénomène de l’exposition des femmes au PCB. Une telle exposition correspond à 10 points de Q. I.  perdus pour les enfants en gestation. Il en est de même pour les pesticides et les « retardeurs de flamme[1] ». C’est l’homologie de structure qui fait que ces produits remplacent l’hormone thyroïdienne. Eu égard aux enjeux financiers et économiques que représentent ces molécules, un premier travail serait de faire un criblage des matières les plus dangereuses.

 

Alors que le pourcentage de crétinisme diminue, la chercheuse constate l’augmentation de l’autisme. Si l’autisme augmente, la France passera de 6 millions  d’enfants « doués » (dotés de capacités supérieures à la moyenne) à seulement 2 millions d’enfants doués, ce qui représentera un coût, sans compter les effets sociaux qui en résulteront.

 

« Santé active » est un programme des Caisses d’assurance maladie, lesquelles doivent faire face à une butée des possibilités assurantielles avec une dette sociale de 160 milliards d’euros qui provient principalement du développement des affections chroniques. Patrick Négaret, un des Directeurs de caisse, a présenté le programme « Santé Active ». Il s’agit de faire en sorte que l’on soit, selon ses termes,  dans une « situation de santé  active et pas assurance maladie ». La caisse a créé des outils pour cela : éléments de communication ou ateliers de coaching sur des thèmes comme la santé du dos, la santé du cœur, … Sur la population concernée par ce programme, on a pu montrer une diminution des dépenses de soin. Ce programme est associé avec des outils de santé en ligne, un programme de retour à domicile, ainsi que le programme national Sophia (ce programme a été mis en œuvre par les sociétés Altran et Healthways[2]). « Sophia » est l’un des plus importants programmes européens d’accompagnement personnalisé des patients atteints de maladies chroniques, principalement en ce qui concerne le diabète.

 

Pour les programmes de construction et d’infrastructure, Patrick Négaret propose de prendre en compte l’impact santé et non seulement l’impact écologique. Il donne plusieurs exemples, dont celui qui consiste à améliorer un parcours urbain : on dénombre alors moins de chutes et par conséquent moins de chirurgie orthopédique !

 

Arnaud Munnich s’intéresse quant lui au handicap chez l’enfant. Il vient de créer la « fondation imagine », un institut sur les maladies génétiques. Pour lui, des occasions de valoriser la recherche ont été perdues, car l’archaïsme de la recherche en agence paralyse l’innovation. Le bâtiment de la fondation, construit par l’architecte Nouvel, est adossé à l’hôpital Necker enfant malade.Cette fondation s’intéressera aux 20 000 enfants atteints de maladies rares. Pour lui, son institut représente en soi la preuve que l’on peut attirer les meilleurs chercheurs sur ce type de thème en France.

 

 

 

Pour en savoir plus :

 

Sur la journée « le progrès c’est nous » : www.leprogrescestnous.fr et la fondation pour l’innovation politique qui est l’organisateur : www.fondapol.org/

 

Sur Alzheimer : lire l’article de Baulieu E.E., Robel P., Fellous A., Duchossoy Y., Fontaine-Lenoir V., David S., « MAPREG: toward a novel approach of neuroprotection and treatment of Alzheimer’s disease », J. Mol. Neurosci., 2004, 24(1):63-5, review.

Pour la société Asteres : http://www.asteres.fr

Pour la société Celtipharm : http://www.celtipharm.org

Pour le programme de la CNAM « santé active » : http://www.masanteactive.com

Sur le diabète : http://www.ceed-diabete.org

Pour DNAvision : http://www.dnavision.com

Pour l’Institut Beaulieu : http://www.institut-baulieu.org

Pour la mutuelle Matmut ; http://www.matmut.fr

Pour la société Watchfrog : http://www.watchfrog.fr

 

 



[1] Ce sont des produits introduits dans des matières pour retarder leur inflammation.

[2] La Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), a attribué à Altran et Healthways l’assistance à maîtrise d’œuvre de son programme d’accompagnement « Sophia » pour une durée de 4 ans en mars 2011.

Comment co-construire un logiciel hospitalier

Sillages obstétriques est un des modules de la suite Sillage proposé par le SI (Syndicat Interhospitalier de Bretagne). Le CHIPS (Centre Hospitalier de Poissy Saint-Germain) dispose d’une maternité de type 3. L’éditeur et la maternité ont co-construit une nouvelle version de l’outil. Tel était l’objet de la présentation.

 

 

Quelques chiffres sur le CHIPS

Maternité de type 3, avec  plus de 4 700 naissances

280 professionnels de santé

37 748 accès aux plans de soins

4 873 patients informatisés

251  934 documents créés

4 807 naissances

Le logiciel

 

Le logiciel Sillage comportait un référentiel obstétrique, l’objectif du projet était de le faire évoluer par un accompagnement entre Sib et CHIPS. Celui-ci a débuté le 9 octobre 2011 par une mise en évidence : les manques de la première version. Un partenariat de 18 mois a été défini avec deux sessions de travail mensuelles.

 

La brique Sillage Obstétrique est intégrée au dossier patient dans différentes dimensions :

-          Rendez-vous

-          Dossier Obstétrique

-          Partogramme[1]

-          Dossier de soins

-          Production de soins

-          Circuit du médicament

-          Programme de médicalisation des systèmes d’information[2] (PMSI)

-          Bureautique

 

Le projet

 

Le projet a démarré avec le référentiel, version 5, avec la génération  de l’accès à l’information et une adaptation des fiches. C’est le cas en particulier des partogrammes qui ont été définis avec les sages-femmes. Ce travail a permis l’intégration du PMSI et d’une synthèse obstétrique. Une importante activité de refonte a été la création d’une cartographie qui permette les liens entre la mère et l’enfant. Il en résulte un meilleur suivi de l’accouchement et une synthèse qui s’enrichit.

 

Le projet a mobilisé sept sages-femmes cadres pour faire comprendre les besoins nécessaires. Elles ont acquis une bonne maîtrise de la solution. À ce stade, les promoteurs du projet ont remarqué le rôle important de la pharmacie dans les prescriptions.

 

La mise en œuvre

 

Il a fallu dans un premier temps augmenter le nombre de matériels. Une des demandes a été de disposer d’ordinateurs sur des chariots mobiles. Le choix du type de chariot de soins a été laissé assez libre à la discrétion des services.

Il a  fallu également faire participer les acteurs au paramétrage, en particulier pour la production de soins. La traçabilité de tous les personnels de santé a été également nécessaire. Elle a été complexe du fait même de la présence d’acteurs à temps partiel dans la structure.

Les apports et les limites du projet

Globalement, un gain de temps a été mesuré et apprécié. Il résulte d’une meilleure traçabilité et a pour conséquence une amélioration  de la qualité. L’accès à l’information a été facilité, le partage de l’information nécessaire a été un plus. Dans les deux cas, la rapidité a été plébiscitée.

Un besoin de synthèse dans les situations d’urgence est apparu, ce qui a engendré des demandes d’une meilleure lisibilité liée à l’information et à la quantité d’informations disponibles. Ces nouveaux besoins sont apparus avec l’utilisation du logiciel.

 

Au cours du déploiement,  le système a montré des limites au cours la saisie de l’urgence. Elle a été limitée aux seuls  cas où cela est nécessaire. Elle a été reportée après les actes médicaux.  L’ampleur de la couverture fonctionnelle a été l’origine de réflexions. La mise en œuvre a nécessité une formation initiale qui a été ciblée et dans laquelle les manipulations ont pris une grande place. La résistance aux changements des plus classiques, demande beaucoup de patience. Elle a été plus importante quant aux médecins.

 

Dans cette version, il manque la communication ville-hôpital, ce qui constituera l’étape suivante. Les grossesses sont le plus souvent suivies en ville mais par le biais d’un dossier papier commun.

 

 

Les clés de réussite

 

La réussite de ce projet passe clairement par une implication des différents métiers et la prise en compte de leurs référentiels. La coopération avec l’éditeur est nécessaire. Après un an et demi de travail préalable, il y a le moment où « il faut y aller », ce qui est une décision à prendre.

 

Source : 22 ème Journées nationales Athos de Grenoble, 17et 18 octobre 2013, Secrétariat ATHOS, Tél : 05.62.99.56.98 ou 05.62.99.52.60, Fax. 05.62.99.56.39, e-mail : athos@athos.asso.fr, Adresse : ATHOS Hôpitaux de LANNEMEZAN, 644 Route de Toulouse, BP 167, 65308 LANNEMEZAN, site web :  http://www.athos.asso.fr/



[1] Le partogramme, systématiquement réalisé dans les maternités, est une courbe sur laquelle le temps est porté en abscisse et la dilatation du col de l’utérus indiquée en centimètres, en ordonnée. La sage-femme ou le médecin notent tous les événements marquant le déroulement du travail (première étape de l’accouchement) : la dilatation du col de l’utérus, la hauteur de présentation fœtale, le rythme des contractions utérines, la couleur du liquide amniotique après rupture des membranes, le rythme cardiaque du fœtus, ainsi que la température de la femme et, le cas échéant, le traitement prescrit. Source : Larousse Médical.

[2] Le PMSI est un dispositif faisant partie de la réforme du système de santé français ayant pour but la réduction des inégalités de ressources entre les établissements de santé (ordonnance du 24/04/1996) sur la réforme de l’hospitalisation. Afin de mesurer l’activité et les ressources des établissements, il est nécessaire de disposer d’informations quantifiées et standardisées, le PMSI. Source : Wikipedia.

Question de modèle dans les TIC : interaction versus intension

 

La première question serait la suivante : comment améliorer les modèles d’adoption et de diffusion ? Face au succès du téléphone mobile, cette question n’a pas de sens. Mais il convient tout de même d’analyser ces modèles de diffusion, ce que nous ferons.

 

Les modèles traditionnels d’adoption des technologies ne sont guère pertinents quant aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Dès que l’on veut appliquer ces modèles dans le monde réel, les acteurs du marketing se heurtent à des difficultés. En outre, le facteur culturel ne semble pas être, dans ces cas, un facteur  déterminant du  succès du produit. Nous étudierons donc par la suite ces méthodes et ces approches issues du marketing.

 

Sur la planète, plus de deux humains sur trois (soit près de cinq milliards d’individus) utilisent un téléphone portable à la norme GSM, et trois milliards d’entre eux en possèdent un dans leur poche. Ils le nomment cellular, cellulaire, handy, telefonino ou portable selon les langues, ce qui pourrait laisser penser que les usages et cultures associés sont très différents. À peine plus d’un milliard d’adresses Internet sont actives dans le monde, ce qui concerne par conséquent un pourcentage de la population mondiale bien plus faible. Les fabricants de cartes à puce en ont vendu 4,3 milliards en 2007, ceci représentant plus de 4,5 milliards d’utilisateurs dans le monde  : il s’agit de ces fameuses cartes SIM qui permettent de  faire fonctionner les téléphones mobiles. Malgré ce succès fulgurant, force est de constater que certaines personnes sur la planète n’ont pas accès à cet outil, ou n’ont pas la possibilité d’utiliser toutes les fonctionnalités. Nous étudierons la réalité de la fracture numérique et ses conséquences.

 

Une des caractéristiques de ces technologies est l’interaction qu’elle permet.

 

Définition : l’interaction est le terme utilisé pour désigner à la fois la forme que prend le dialogue entre l’utilisateur et l’appareil, et le fait que plusieurs personnes peuvent communiquer par l’intermédiaire de cet appareil.

 

Cette notion d’interaction renvoie à une discussion sur la passivité de l’utilisateur dans la communication. Ces technologies ne sont utilisées que si un individu a l’intention d’y avoir recours, et si une forme d’individualisation en résulte.

 

Il n’est pas possible de se fonder sur une seule théorie de l’intention. Rappelons la définition de l’intention :

 

Définition : L’intension est la raison pour laquelle on communique. Elle est attribuée en général au destinateur.

 

Pour que cela soit vrai, il faudrait que chaque humain ait subitement voulu communiquer en masse avec le téléphone mobile, ce qui n’est bien évidemment pas le cas.

 

 Le téléphone mobile a longtemps été analysé en termes anthropologiques comme une « prothèse ». L’ensemble du marketing des constructeurs de matériel et des opérateurs se sont donc positionnés dans cette voie. Mais il est possible de l’analyser comme un processus d’individualisation, ce que nous retiendrons.

 

Définition : L’individualisation est un processus qui apparaît lorsque les individus utilisent ces technologies avec une interaction particulière.

 

Nous chercherons à qualifier ce processus d’individualisation. Auparavant, nous montrerons les faiblesses des analyses économiques, des modèles marketing et stratégiques d’adoption, puis nous expliciterons les nouvelles notions qui deviennent déterminantes. Ensuite, nous chercherons à définir une nouvelle approche de développement de ces produits.

 

 Source : enquête et études du Cabinet Eurosmart pour le Salon Cartes de Paris qui a eu lieu du 13 au 15 novembre 2007

 

Ce texte est issu de mon livre 30 ans de téléphonie mobile

Vous pouvez lire l’intégralité du document et l’acheter à partir de ce lien

http://www.lulu.com/spotlight/salgues                                      imagelulu

Vous pouvez aussi acheter mes livres sur Amazon

 

 

Les gagnants de la nuit du grand âge

La nuit du grand âge du 16 mai a commencé par un hommage à Geneviève Laroque et Richard Saconne,  deux acteurs de l’action auprès du grand âge, tous deux décédés depuis l’édition précédente.

Pour le concours qui a pour thème « Bien vieillir chez soi dans la cité », le lauréat est la société Viva lib. Cette société propose des appartements adaptés, conçus en amont, ou chaque pièce a été re-imaginée dans le but de correspondre aux besoins des personnes âgées ou dépendantes. Rupiani, a été récompensé pour son fauteuil de confort motorisable, fauteuil repensé  avec 6 roues qui permettent de tourner sur place. Madsap a proposé un système pour marcher assis-debout qui a reçu quant à lui le coup de cœur. C’est une réhabilitation de la draisienne adaptée à la circulation. Wellpedy walk est destiné à fonctionner dans la rue, et Wellpedy home est un système à roulettes conçu pour la maison. Ces produits ont obtenu le prix spécial des mains la Ministre Michèle Delaunay.

Le concours « Hébergements collectifs et maison de retraite »  a été très disputé cette année. AGiRC-ARCO a reçu le prix pour un guide dédié aux personnes en maison de retraite. Ce livre traite des déficiences corporelles. C’est une compilation d’éléments de bon sens. À titre d’exemple, il conseille d’éviter les puits de lumière, car ils sont analysés par le cerveau des personnes âgées comme des taches. Ce guide de solutions pratiques est réalisé avec la Mutualité Anjou Mayenne. L’établissement Orpea Corniche fleurie a été récompensé pour son action réalisée avec les enfants. Il s’agit de la création d’un potager, qui sert à la stimulation sensorielle et dont les légumes sont destinés ensuite au Resto du cœur.

En ce qui concerne le concours « Prévention pour soi et les siens », le lauréat est la société Movadom qui est en l’occurrence une entreprise d‘accompagnement au déménagement des séniors vers la maison de retraite. Elle guide par exemple ces personnes afin  d’envisager avec elles ce qu’elles peuvent emmener avec elles dans cet établissement. C’est également une assistance pour les aider à recréer leur univers dans ce nouveau lieu de vie. Les sociétés Assystel et Mitiki, ont été primées pour le court métrage « champagne » avec un coup de cœur du jury. C’est un film qui a la vocation de sensibiliser les personnes sur le phénomène de la chute à domicile. Le réalisateur Olivier Ducray prépare un nouveau film relatif au suivi durant une année d’infirmières à domicile. L’entreprise Logivitae fonctionne sur une logique d’entrepreneuriat social. Elle a obtenu une mention spéciale, du fait de son engagement dans le  développement durable et l’équité. Cette entreprise de 160 salariés est gérée de manière collégiale.

Le dernier concours avait pour thème « Santé et avancée en âge ». L’Assistance Publique Hôpitaux de Paris a reçu un prix pour ses tableaux sensorimoteurs accrochés dans les couloirs de déambulation et destinés aux personnes ayant des troubles dégénératifs avancés. Ces tableaux nommés TIPATSMA incitent à exécuter des activités physiques et sensorielles. Du fait de leur accrochage, il n’y a pas de gel de surfaces pour cette activité car les activités ne sont pas posées sur le sol. La marque Selfia propose des vêtements adaptés à des personnes qui ont des déficiences physiques. Le groupe Medica a été primé pour l’utilisation de vaisselle bleue qui « valorise » les aliments.

La firme Doro qui fabrique des téléphones et des équipements spécialisés a été mise en avant par le prix spécial des organisateurs.

Comment fidéliser ses professeurs d’université : méthode malgache

Voilà une histoire vraie. Dans la période récente, les universités malgaches ont eu des difficultés pour payer leurs enseignants. Il en a résulté des réactions de mauvaises humeurs de la part du corps enseignant. La solution a été trouvée. L’université a fait cadeau d’un bout de terrain sur le campus qui s’est juste un peu densifié et les enseignants ont pu construire leur maison dessus. Le temps de trajet pour aller au travail a été réduit et tout laisse à penser que les enseignants qui ont ainsi construit des maisons ont été fidélisés.

Et si nous faisions pareil en France à ne pas payer les enseignants pendant quelques mois ? Les universités retrouveraient de l’aisance financière et les enseignants seraient peut-être contents de récupérer une parcelle de terrain constructible sur le campus…

La robotique façon Aldebaran

Nao est un robot humanoïde de la société française Aldebaran Robotics qui a été déjà vendu à plus de 3 000 exemplaires. Un de ses usages consiste dans le maintien  de personnes âgées. Le robot dispose alors d’applications d’aide à la personne. Il s’agit de fonctions de localisation, de navigation, d’apprentissage par imitation. La facilité d’utilisation du robot vient de sa capacité de perception et de sa capacité d’évoluer dans les mêmes environnements que l’homme. Il embarque des fonctions de reconnaissance verbale et non verbale, comme la compréhension des gestes et la détection audio des émotions.

L’évolution de ces robots d’assistance est d’aller vers des robots plus grands, plus lourds, avec davantage d’inertie, donc se rapprochant plus de l’homme, avec en revanche davantage de consommation d’énergie. Ils disposent d’actionneurs plus complexes et de nouveaux capteurs plus performants. Le robot Romeo d’Aldebaran Robotics existe, mais il est encore à l’état de prototype. Il est construit avec plus d’actionneurs et de nouveaux capteurs.

Source : Intervention de Nicolas Boudot, lors de la cérémonie solennelle de remise des diplômes de l’école IMERIR à Perpignan le 26 octobre 2012.

Pour vous renseigner sur l’école : http://www.imerir.com/

Pour vous renseigner sur Aldebaran : http://www.aldebaran-robotics.com

Université d’été de la e-santé à Castres!

L’Université d’été de la e-santé répond aux enjeux d’un secteur innovant en plein développement et s’adresse aux entreprises du secteur des technologies et de la santé, professionnels de santé, associations de patients et d’aidants, décideurs, élus, représentants de collectivités, chercheurs, enseignants, étudiants, acteurs de la protection sociale…

Cet évènement de portée nationale s’ouvre cette année plus largement sur l’Europe, et se positionne autour d’une double approche :

  • journées d’expertise et de veille économique et technologique, rencontres d’affaires.
  • rencontres d’affaires.

Le bouquet de formation Tic et Santé Montpellier et l’ISIS de Castres sont deux partenaires naturels de cet événement.

L’édition 2011 est bâtie sur 3 axes thématiques :

  • la dépendance des personnes âgées : les enjeux, les investissements, les nouveaux métiers,
  • comment lever les freins au développement de la e-santé : les contraintes juridiques, économiques, technologiques, normatives, …
  • les réalisations et les projets e-santé remarquables en 2011 : en Midi-Pyrénées, mais aussi en France et en Europe.

- 5 conférences et débats et 15 ateliers, validés par un comité scientifique -
- Un espace « exposition » et un espace pour des rendez-vous d’affaires -
- La remise des Trophées de la e-santé 2011-

 

« Le marché européen de la e-santé a représenté plus de 50 milliards d’euros en 2010. Certains sujets, comme la dépendance, sont considérés comme des enjeux quasi immédiats. Par exemple, le nombre de Français âgés de plus de 85 ans va passer de moins de 2 millions actuellement à 4 millions en 2020, dans à peine moins de 10 ans ! De même, la part des personnes de plus de 65 ans dans la population devrait être d’environ 40% à cette date, contre 26% aujourd’hui. C’est pourquoi nous pensons qu’il est indispensable de poursuivre ce rendez-vous professionnel afin de permettre aux acteurs de la e-santé nationaux d’échanger avec les régions et de se confronter aux pratiques européennes », soulignent les co-organisateurs de l’Université d’été de la e-santé, Caroline Lapelerie (Castres-Mazamet Technopole (CEEI)), Anne Decq (Centre e-santé), et Edouard Forzy (La Mêlée).

Pour plus d’information sur l’Université d’été :

www.universite-esante.com

Pour plus d’information sur les cursus de formation

http://www.telecom-montpellier.fr

http://www.isis-ingenieur.fr

Combien ca coute le soutien scolaire…

La France est officiellement le pays de l’école gratuite.

Selon Mark Bray, directeur du centre de recherche en éducation comparée de l’Université de Hong Kong, les français ont consacré 2,2 milliards d’euros en 2007 au soutien scolaire. Le soutien scolaire concernerait entre 850 000 et 2 millions d’élèves selon l’institut national de recherche pédagogique, sur les 12 millions d’élèves de l’enseignement primaire et secondaire.

Le leader français du secteur Acadomia annonce un chiffre d’affaires annuel de 110 millions d’euros pour 80 000 élèves en 2009?
D’ou le prix de revient de la scolarité de soutien:

INRP bas : 1100 euros par an (2007)
Acadomia : 1375 euros par an (2009)
INRP haut :  2588 euros par an (2007)

Chercher l’erreur!