Archives pour la catégorie Amérique Latine

Le marché central de Belo Horizonte

C’est le grand marché de cette ville. Un bric à brac innommable ou les cages pour oiseaux côtoient des étals de fromages et des femmes en train d’essayer une tenue. C’est peut être pas pour cela qu’il faut y aller, mais peut être plutôt pour aller prendre une collation dans l’un de ces petits bistrots, je vous conseille de prendre du foie et la bière locale, un vrai délice…

El corral, une chaine d’hamburger

El Corral est une chaine de restaurant fondée sur le concept d’hamburger. D’abord, vous choisissez le poids de la viande que vous voulez manger, 200 ou 300 grammes, puis le type, j’ai opté pour la version catalana à base d’oignons. Le hamburger était composé de viande, d’oignon et de salade et servi avec un plat d’oignon en beignet, dit petalos cebolla, ce qui fait plus chic. J’ai pris comme dessert une « seduccion de fresas » qui est largement en dessous de celle que j’avais déjà mangé dans les pays andins, cela ressemblait trop à une fraise melba ! Le restaurant fait aussi « station de bière », il y a donc d’excellentes bières à la pression dans de vrais demi ou des litres.

Le décor est composé d’affiches de sociétés françaises, et les références à l’Europe sont nombreuses dans le décor. Le bar s’affiche comme un mur de boissons géantes et une échelle permet au serveur d’accéder à celles situées dans les étagères supérieures. Ne vous y trompez pas, le mur fait au moins trois étages de haut. Devant ce restaurant, on peut y voir de belles voitures qui attendent avec leur chauffeur ! Le lieu doit être chic. Un système simple de borne avec trois boutons permet d’appeler le serveur et de demander l’addition, sans avoir à les héler au passage ! Ce système porte le nom de Vellux comme nos fenêtres de toit.

Restaurant El Corral, Avenida Calle 116, N015-65, Bogota, Colombie

 

Système d’appel Velux, http://www.velluxsystems.com

Les deux spots de Bogota

Bogota se caractérise par quelques spots particuliers. Par moment, les guides les considèrent comme incontournables, pour d’autres, ils disparaissent…

Le premier point de référence de cette ville est le sanctuaire de Montserrat qui est situé à 3130 mètres, je vous rappelle que Bogota est à environ 2600 mètres. Ce lieu surplombe la ville et est un excellent lieu pour faire des photos. Traditionnellement, ce point est considéré comme le gardien de la cité !

Le deuxième point de référence, j’aurais plutôt du dire les, points de référence consistent à se situer sur une des montagnes de l’est et d’observer le coucher du soleil, le célèbre Sunset de Bogota, je devrais dire LES car il y a plusieurs points dont les points de vue de La Calera et de La Paloma.

Suero, le plat de viande colombien

Le restaurant Hecho en el Sini est l’un des restaurants qui proposent un Suero, il s’agit d’un plat de viande sous différentes formes, chorizo mou et cuit, steak, côte de porc, des sortes de ventrêches, mais plus épaisses que celles que l’on trouve dans le midi de la France, et des chucholas. Le tout est accompagné d’une banane géante cuite. En entrée, nous avions pris des bananes grillés accompagnées de différentes sauces, ce qui fait que nous n’avions plus de place pour le dessert et qui avons demandé un « doggy bag ».

Le décor est composé de nombreux éléments extraits des ranchs et la cuisine présente un plateau de cuisson très typique issu du siècle dernier.

Hecho en el Sini, Avenida Pepe Sierra, calle 11, 116, n’16-89, site web : http://www.labongadelsinu.com

Se transporter à Bogota (Colombie)

Bogota reste le paradis du taxi à pas cher, et il suffit de se retourner pour voir un  véhicule jaune. Aucune chance que l’on ait cela à Paris ! Le tarif est fondé sur des taximètres, il est clairement expliqué, donc aucun trouble !

Depuis mon dernier passage en 1993, une ligne de bus en site propre a été construite, cela ne vaut pas le métro, mais ça y ressemble sur certains points. Elle s’appelle le transmilenio, mais les habitants de Bogota parle de transmilleno, ce qui signifie, avec le jeu de mots en Espagnol que ces lignes sont toujours bondées… Le nouveau maire a promis le métro tant attendu ! Cela n’a pas remplacé la cohorte de ces mini-bus multicolores qui desservent des endroits improbables dont seuls les utilisateurs en ont le secret. Je n’ai jamais réussi à avoir une information claire sur ces lignes…

Le vélo reste la petite reine, il y a dans Bogota 300 km de route exclusivement ouverte aux vélos et à ceci, s’ajoute les dimanches et fêtes 100 km d’avenues transformées en voies cyclables et dédiées aux activités sportives !

Manger et boire dans le centre ville de Bogota

Le centre ville de Bogota se nomme quartier « Candelara », il est situé entre la Carrera 7, l’avenida 10 et l’avenida Jerez de Quescha. Vous y trouverez de nombreuses boutiques qui vendent de tout mais aussi des lieux sympathiques pour vous restaurer à pas cher. Dans une d’elle, dont je n’ai pas noté le nom, j’ai mangé les traditionnelles empanadas et une part de pizza, les deux étaient excellentes. Il y a aussi des pandebonas, sorte de petits pains bien locaux. Vous pouvez boire une avena, une sorte d’horchata à base d’avoine, ou une masalo, la variante à base de riz.

Il faut aussi vous arrêtez dans les cafés traditionnels de cette zone. Assurément, le plus branché est le café marron, où vous verrez des jeunes s’embrasser en public, vous y trouverez outre des cafés, des mateadas (boissons à base d’autres graines soit du malt, du blé ou de l’avoine et d’excellent granizados, les deux plus prisées sont parait-il le granizado de Maracuya et celui qui mélange café et liqueur de Bayleys. En tout cas, c’est le conseil de la serveuse que j’ai interviewée. De plus, elle garantie que le café est 100% colombien. L’autre café a le nom prédestiné de cafe Leyenda. Dans celui du centre ville, deux machines à torréfier sont présentes et exhalent leur délicieuse odeur.

Les guides citent souvent Juan Valdez café, Oma café, Café Renault, mais ce sont devenus des chaînes qui n’ont pas le charme, ni souvent même pas la qualité de ces vieux cafés de La Candelara.

Café  Marron, Avenida Jimenez, 7-31, Bogota, Colombie, Tel 28324 73

 

Café Leyenda, site web : http://www.cafe-leyenda.com

Bogota a beaucoup changé !

Je reviens à Bogota 16 ans après mon dernier passage qui date de 1993. Cette ville a beaucoup changé, les quartiers de maisons pauvres, pour ne pas dire des bidonvilles ont laissé la place à des immeubles de grandes hauteurs voire à des gratte-ciels. Dans la vieille ville, il est impossible de faire une photo de maison coloniale sans avoir un de ces immeubles modernes en ligne de mire. Malgré tout, les parcs et jardins de la ville sont toujours là, si vous avez quelques minutes, le parc El Tunal prés du quartier du centre ville La Cadeleria et le parc Virrey méritent votre visite.

Le Musée de l’or, Museo del oro, a été complètement refait, il accueille des expositions temporaires et a énormément améliorer la qualité de ses explications. Dans ce même quartier, les petits vendeurs d’émeraude ont beaucoup disparu… signe de crise ?

L’insécurité apparente a beaucoup régressé, et les mendiants de rue et autres jongleurs de carrefour ont disparu ou presque ! La police est présente partout et il n’est pas rare de trouver des contrôles de police dès que l’on sort de la capitale. Bogota reste de ses villes duales où les niveaux de revenus semblent restés différents, mais dont la multiplicité des librairies spécialisées est le signe d’un attrait par les études. Librairie pour ingénieur, rayon juridique, catholique, ésotérique, se suivent sur les mêmes boulevards.

Le quartier de Pampulha

Le quartier de Pampulha est un quartier chic de Belo Horizonte. C’est le quartier du lac, en effet, un lac artificiel donne un cachet particulier à cet endroit. Il faut faire le tour du lac, pour découvrir cette zone naturelle ou diverses plantes, oiseaux et animaux semblent bien cohabiter. Ce lieu est aussi à voir pour les magnifiques villas qui bordent ce lac, elles pourraient vous donner des idées pour votre future résidence.

Les écoles secondaires mexicaines sont les plus dangereuses au Monde

L’OCDE vient de publier son étude internationale sur l’enseignement et l’apprentissage, ou TALIS. On y apprend que les écoles mexicaines sont les plus dangereuses au Monde et ce pays se situe en tête du classement des 23 pays. Les pays qui participent à cette étude sont l’Australie, l’Autriche, le Belgique, la Corée, le Danemark, l’Espagne, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, l’Italie, le Mexique, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la Slovaquie et la Turquie, ainsi que des pays non membres de l’OCDE : le Brésil, la Bulgarie, l’Estonie, la Lituanie, Malte, la Malaisie, la Slovénie. Notez que la France et l’Allemagne ne participent pas, les mauvaises langues disent que ces deux pays craignent d’avoir des mauvais résultats.

La moyenne des pays est de 10,6 points.

En ce qui concerne les résultats, le Mexique est en tête de la violence. Pour les facteurs d’intimidation verbaux entre étudiants, elle est à 61,2 points, 57,1 points pour les agressions physiques, 56 pour les vols, 51 pour la possession de produits illicites et des drogues, 47,2 pour les agressions verbales et physiques des enseignants. Une enquête parallèle sur 3840 enseignants mexicains montre qu’il passe 30% du temps de classe à faire de la discipline.

Le pays qui a le taux le plus faible est la Bulgarie avec une moyenne de 1,6, il serait équivalent à la Turquie qui atteint une moyenne de 25,9 du fait de la forte présence de drogues et de produits illicites. Sur les vols, le meilleur résultat est obtenu par l’Irlande, 4,7 points.

Sources :

OCDE, enquête Talis

Journal mexicain Milenio, numéro du 17 juin 2009

Les panaméens se lancent dans une planification verte

Les panaméens se caractérisent actuellement par leur dynamisme économique qui n’a de concurrent que les chinois. Mais ce pays a décidé de ne pas se laisser s’enfermer dans une croissance incontrôlée, une planification verte a été décidée et son responsable Franck Schaffarczyk est chargé de la mise en œuvre.

La première idée est de décider qu’il y aurait une zone « verte » avec des arbres à une distance maximale qui correspond à 5 minutes à pied de toute habitation. Ainsi, le littoral maritime est en restructuration dans ce sens. Ces zones seront interdites aux véhicules. Il est associé à un plan de développement urbain que je résumerais en « plus de tours, mais plus de vertes ».

Deuxième point, la mise en place de système de filtration naturelle de l’eau permettra de l’utiliser pour ces zones vertes.

Le troisième axe est plus classique car il s’agit de développer les transports en commun.

Le développement d’activité verte et la réduction de pollution des industries est le contenu du quatrième axe.

Spécifique à ce pays, la remise en marche des anciennes bases américaines et leurs réhabilitations peuvent être considérées comme le cinquième chantier. L’exemple de la cité des savoirs qui a transformé une de ces bases en parc technologique est un exemple réussi.

Enfin, le dernier axe consiste à travailler sur le milieu ambiant comme par exemple, éviter l’érosion des zones de montagne.

Source et contact :

The visitor, El visitante, 5 au 11 juin 2009

Panama Pacifico, site web http://www.panamapacifico.com, tel 316 3500